La consommation de café aide-t-elle à prévenir le carcinome du foie ?

Une femme se saisit douloureusement de la région du foie dans le fond blanc.

Ad

C'est sous les latitudes nord de l'Europe que l'on consomme de loin le plus de café. Le Luxembourg, les Pays-Bas et la Finlande sont en tête de la liste mondiale, avec une consommation annuelle moyenne de 9,43 kg de café par habitant. On attribue également à la fève des effets sur la santé, car la consommation de café réduirait le risque de carcinome hépatocellulaire du foie. Des scientifiques se sont penchés sur cette question à l'aide de méta-analyses d'études épidémiologiques.

Une femme se saisit douloureusement de la région du foie dans le fond blanc.

shutterstock.com / mi_viri

Le café pour la santé ?

Il existe aujourd'hui de nombreuses études qui indiquent qu'une consommation de café pourrait réduire le risque de carcinome hépatocellulaire (CHC). Le CHC est une tumeur maligne qui se développe à partir des hépatocytes, le tissu fonctionnel du foie, et qui est favorisée par des maladies telles que la cirrhose du foie ou l'hépatite B et C.

Parallèlement, d'autres études font état d'une association inverse avec la consommation de café, tandis que d'autres études suggèrent que plusieurs tasses de café par jour ou plus de deux par jour réduisent le risque de CHC. Le nombre de doses de café fait également l'objet de controverses. Le café contient plus de mille substances, dont plusieurs ont déjà été étudiées pour leurs effets protecteurs. Les composés chimiques contenus dans le café, le cafestol et le kahweol, pourraient avoir des effets antioxydants et la caféine, bien connue, agirait in vitro contre la fibrose du foie par la voie métabolique du TGF-bêta.

Le programme de lignes directrices en oncologie sur le carcinome hépatocellulaire et le carcinome biliaire de l 'AWMF (Arbeitsgemeinschaft der Wissenschaftlichen Medizinischen Fachgesellschaften e.V.) de juin 2021 recommande également la consommation de café aux patients atteints de maladies chroniques du foie. Afin d'examiner systématiquement ces nombreuses données, des scientifiques ont publié en 2013 et 2020 des méta-analyses de toutes les études menées en association avec la consommation de café et le risque de CHC ou de carcinome hépatocellulaire. Ils ont évalué le lien entre le café et l'incidence du CHC ainsi que la dose de café nécessaire pour réduire ce risque de carcinome hépatocellulaire.

Les méta-analyses examinent les effets possibles

L'analyse d'études publiée en 2013 dans l'American Gastroenterological Association (en abrégé : aga) a examiné toutes les études pertinentes menées en anglais entre 1966 et 2012 qui étaient liées à la consommation de café et au CHC. Le risque relatif pour une consommation quelconque, faible ou élevée de café a été comparé à l'absence de consommation de café. Le seuil de tolérance a été fixé à un maximum de 3 tasses par jour dans 9 études et à une tasse par jour dans 5 études.

La méta-analyse publiée en 2020 dans le Journal of gastrointestinal and liver diseases a également examiné des études de contrôle, de cohorte et prospectives en anglais entre les années 1996 et 2019, en recherchant une corrélation entre la consommation de café et le carcinome hépatocellulaire ou le CHC et en calculant le risque relatif des deux maladies (modèle à effet aléatoire selon : DerSimonian et Laird avec pondération inverse de la variance). Au total, 20 études ont été examinées et relativisées sur une tasse de café par jour.

Résultats

Le risque relatif pour une consommation de café quelconque par rapport à l'absence de consommation, indépendamment du sexe, de la consommation d'alcool et des antécédents d'hépatite ou de maladie du foie, était de 0,60 (avec un intervalle de confiance à 95% de 0,50 - 0,71). Cela signifie que le risque calculé de CHC chez les buveurs de café est inférieur de 40% à celui des personnes qui ne boivent pas de café du tout. Si l'on compare le groupe qui ne consomme pas de café avec les autres groupes, on obtient les valeurs RR suivantes : 0,72 pour une faible consommation de café, 0,44 pour une forte consommation. En résumé, la valeur RR était de 0,80 pour une tasse de café quotidienne (c'est-à-dire un risque réduit de 20 %).

L'étude de 2020 a montré une valeur de risque relative totale de 0,69, mais selon les chercheurs, des différences significatives ont été notées dans les études. Une analyse de sous-groupe a alors été réalisée, avec une graduation d'une tasse de café comme quantité. La méta-analyse a montré que des quantités de café plus élevées étaient corrélées à une réduction significative du risque de CHC ou de carcinome hépatique.

Conclusion

Selon une méta-analyse de 2013, le risque de CHC a été réduit de 40 % en cas de consommation de café, quelle qu'elle soit, par rapport à l'absence de consommation de café. Les chercheurs ont également souligné la possibilité d'une corrélation inverse, car les patients souffrant de maladies du foie ou de maladies digestives pourraient également avoir réduit leur consommation de café. La méta-analyse note toutefois que d'autres études montrent que le café pourrait influencer les enzymes du foie et le développement de la cirrhose et qu'il pourrait donc également avoir un effet protecteur contre le développement de carcinomes hépatiques. La dépendance de la dose par tasse de café par jour, déterminée en plus, offre cependant des indices d'un effet causal pour la réduction du risque de 20 % (c'est-à-dire une valeur RR de 0,80).
Auch die systematische Meta-Analyse des Fachjournals gastrointestinal and liver diseases legt eine Risikoreduktion für die Leberkarzinome und HCC nahe. Dabei haben auch größere Mengen an Kaffee einen größeren Nutzfaktor in Bezug auf die Reduktion.

Pour pouvoir déterminer ou comprendre l'effet exact de la consommation de café, d'autres études biologiques et épidémiologiques sont toutefois nécessaires, qui analysent également certains sous-groupes (p. ex. : CHC en association avec l'hépatite C).

Sources

Auteur

Danilo Glisic

Dernière mise à jour

08.11.2021

Ad

Partager

Ad

Ton assistant personnel en matière de médicaments

Médicaments

Consultez ici notre vaste base de données de médicaments de A à Z, avec leurs effets et leurs ingrédients.

Substances

Toutes les substances actives avec leur application, leur composition chimique et les médicaments dans lesquels elles sont contenues.

Maladies

Causes, symptômes et options de traitement pour les maladies et blessures courantes.

Le contenu indiqué ne remplace pas la notice originale du médicament, notamment en ce qui concerne le dosage et l'effet des différents produits. Nous ne pouvons assumer aucune responsabilité quant à l'exactitude des données, car les données ont été en partie converties automatiquement. Un médecin doit toujours être consulté pour les diagnostics et autres questions de santé. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet ici.

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify.