Cancer de la prostate (carcinome de la prostate, tumeur de la prostate)

Cancer de la prostate (carcinome de la prostate, tumeur de la prostate)
Classification internationale (CIM) C61

Principes de base

Le cancer de la prostate (CP) est une tumeur maligne de la glande prostatique masculine. La prostate a la taille et la forme d'une châtaigne. Elle est située directement sous la vessie et entoure la partie supérieure de l'urètre dans un anneau. La principale fonction de la prostate est de produire une sécrétion qui se mélange au liquide séminal lors de l'éjaculation (éjaculation).

Lorsque le cancer de la prostate progresse, l'urètre peut se rétrécir, ce qui entraîne des problèmes de vidange de la vessie. Dans la plupart des cas, cependant, les problèmes de miction sont dus à d'autres causes, comme l'hyperplasie bénigne de la prostate (augmentation du volume de la prostate) causée par un adénome (tumeur bénigne). En outre, une prostatite ou une infection des voies urinaires peut provoquer des symptômes similaires.

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez les hommes en Allemagne. Selon les estimations, environ 60 000 hommes en Allemagne reçoivent chaque année un nouveau diagnostic de cancer de la prostate. L'âge moyen d'apparition de la maladie est d'environ 70 ans. Les cas de cancer de la prostate avant l'âge de 50 ans sont très rares.

Le pronostic étant bien meilleur lorsque le cancer de la prostate est diagnostiqué et traité à un stade précoce, il est recommandé aux hommes de plus de 45 ans de se soumettre à un contrôle annuel chez un urologue. Cependant, le cancer est souvent diagnostiqué tardivement car le cancer de la prostate ne provoque pas de symptômes avant d'être à un stade avancé et peu d'hommes effectuent le dépistage recommandé. Dans un cas sur trois de cancer de la prostate, le cancer est diagnostiqué si tard qu'il n'y a que peu ou pas de chance de guérison.

Causes

La cause exacte du cancer de la prostate n'est pas connue. Toutefois, certains facteurs sont soupçonnés de favoriser le développement du cancer de la prostate :

  • L'âge : l'âge est le plus grand facteur de risque pour le développement du cancer de la prostate. Plus de 80 % des patients atteints du cancer de la prostate ont plus de 60 ans au moment du diagnostic.
  • Disposition génétique (prédisposition) : les facteursgénétiques jouent également un rôle dans le développement du cancer. Le risque que les parents au premier degré des patients atteints du cancer de la prostate développent également ce cancer est au moins deux fois plus élevé que dans la population moyenne. Si deux parents proches ou plus ont un cancer de la prostate, le risque est multiplié.
  • Hormones : Les hormones ont une influence majeure sur le développement du cancer de la prostate, mais leur rôle exact n'est pas encore totalement compris. Il est certain que l'hormone sexuelle mâle testostérone influence le développement du cancer en stimulant la croissance des cellules cancéreuses. La testostérone est principalement produite dans les testicules et est nécessaire au fonctionnement de la prostate. Sans l'influence de la testostérone, le cancer de la prostate ne peut pas se développer.
  • Facteurs ethniques : Le risque de cancer de la prostate diffère fortement entre les différents groupes ethniques. Par exemple, les tumeurs de la prostate sont moins fréquentes dans la population blanche des États-Unis que dans la population de couleur. Au niveau mondial, les hommes originaires de Scandinavie sont les plus susceptibles de souffrir d'un cancer de la prostate, tandis que les Asiatiques sont les moins susceptibles.
  • Les habitudes alimentaires : On pense qu'un régime alimentaire riche en graisses et en calories et pauvre en fibres augmente la probabilité de développer un cancer de la prostate. Le cancer de la prostate étant beaucoup moins fréquent chez les Asiatiques et les végétariens, on peut supposer que la consommation fréquente de légumes, de céréales et de produits à base de soja a un effet préventif.
  • Facteurs de risque professionnels : il est très probable que l'exposition aux radiations et aux métaux lourds ainsi que la carence en vitamine D augmentent également le risque de cancer de la prostate.

Symptômes

Étant donné que le carcinome de la prostate se développe principalement dans la couche externe de la prostate, il ne provoque aucun symptôme dans la phase initiale de développement. Ce n'est que lorsque le cancer a progressé au point de provoquer un rétrécissement de l'urètre que les plaintes suivantes peuvent apparaître :

  • Pollakiurie : miction fréquente avec de petites quantités d'urine - la quantité totale d'urine n'est pas augmentée.
  • Dysurie : difficulté à vider la vessie lorsqu'on essaie de le faire.
  • Algurie : douleur en urinant
  • Dysfonctionnement de l'érection
  • Forte envie d'uriner
  • Dans de rares cas, du sang peut être présent dans le liquide séminal ou l'urine.

Il est très rare qu'une tumeur de la prostate se développe dans la zone interne de la prostate, rétrécissant l'urètre à un stade très précoce de la maladie.

Si des métastases (tumeurs filles) se forment, les ganglions lymphatiques du bassin sont généralement touchés en premier. Le cancer peut alors se propager plus loin dans le corps, de préférence dans les os du bassin et de la colonne lombaire. La destruction des os peut provoquer des douleurs très importantes. En outre, en raison de la stabilité réduite des os, même des blessures mineures peuvent entraîner des fractures. En outre, des métastases peuvent se former dans le foie ou le tissu pulmonaire.

L'atteinte des ganglions lymphatiques dans la région de l'aine et du bassin peut entraîner l'apparition d'œdèmes (rétention d'eau) dans le scrotum et les jambes. En outre, dans de nombreux cas, il existe des symptômes généraux du cancer, tels que des sueurs nocturnes, de la fièvre, de la fatigue, une perte de poids indésirable et une diminution des performances.

L'hypertrophie bénigne de la prostate (hyperplasie bénigne de la prostate) se développe dans la couche interne de la prostate. Comme l'urètre se rétrécit très rapidement, cette maladie, contrairement au carcinome de la prostate, provoque des troubles de la vidange de la vessie dès les premiers stades de son développement.

Diagnostic

Détection précoce

Étant donné que le pronostic du cancer de la prostate est nettement meilleur lorsque le cancer est diagnostiqué et traité à un stade précoce, les hommes devraient passer régulièrement des examens de dépistage du cancer chez leur médecin généraliste ou, de préférence, chez un urologue. Le dépistage annuel du cancer est recommandé pour tous les hommes âgés de plus de 45 ans. Les hommes dont des parents par le sang sont atteints du cancer de la prostate doivent être dépistés plus tôt.

Palpation

La palpation rectale de la prostate (appelée palpation) est le premier examen permettant de détecter un cancer de la prostate. Il s'agit de palper la prostate à travers le rectum avec un doigt, ce qui permet au médecin de détecter toute hypertrophie de la prostate et tout durcissement nodulaire aux premiers stades du cancer. Dans de nombreux cas, cependant, le cancer de la prostate a déjà pénétré la capsule de la prostate, de sorte qu'il n'est plus encapsulé de façon nodulaire. Les tumeurs de la prostate qui se trouvent sur le côté ou vers la paroi abdominale ne peuvent pas être palpées. Le toucher rectal permet de suspecter un cancer de la prostate, mais il n'est pas possible de poser un diagnostic définitif.

Test PSA

L'antigène spécifique de la prostate (PSA) est une protéine produite dans la glande prostatique. Il ne s'agit pas d'un marqueur tumoral spécifique car le taux de PSA peut généralement être élevé dans toute maladie de la prostate. En outre, la valeur peut augmenter lorsque la prostate est massée - par exemple, lors d'une palpation rectale, d'un cyclisme ou d'un rapport sexuel. La valeur du PSA peut alors être élevée jusqu'à 24 heures.

Contrairement à l'Allemagne, le test PSA fait partie du dépistage urologique en Autriche. On détermine la valeur de l'antigène spécifique de la prostate dans le sang. Toutefois, le test ne garantit pas un diagnostic exact, car le test PSA peut être négatif malgré un carcinome de la prostate ou il peut être positif en raison d'une autre maladie de la prostate.

Biopsie (prélèvement de tissus) et examen échographique

Un diagnostic fiable du cancer de la prostate ne peut être posé qu'au moyen d'une biopsie. Au cours d'une biopsie, plusieurs échantillons de tissu sont prélevés dans la prostate à l'aide d'une aiguille fine. Les échantillons sont prélevés sous guidage échographique à travers le rectum (échographie transrectale). Les échantillons de tissu sont ensuite examinés en laboratoire au microscope pour détecter la présence de cellules cancéreuses. En outre, l'agressivité de la tumeur de la prostate peut être déterminée, ce qui facilite la planification de la thérapie suivante.

La biopsie est une procédure d'examen sûre dans laquelle il n'y a aucun risque de propagation des cellules tumorales. L'échantillon de tissu peut être prélevé sous anesthésie locale.

Contrôle de la propagation de la tumeur

Après un diagnostic réussi, des examens complémentaires sont effectués afin de détecter, par exemple, les métastases existantes (tumeurs filles) :

  • Une échographie peut montrer si la tumeur fait obstacle à l'écoulement de l'urine des reins.
  • Une urographie excrétoire (examen radiographique des voies urinaires) montre si des parties de l'urètre, de la vessie ou de l'uretère sont touchées par le cancer. Aujourd'hui, cette procédure d'examen n'est toutefois que rarement réalisée, par exemple en cas de résultat anormal à l'échographie.
  • Une radiographie du thorax (radiographie de la poitrine) permet de détecter les métastases du cancer de la prostate dans les poumons.
  • Une scintigraphie du squelette peut être utilisée pour déterminer si le cancer s'est déjà propagé aux os.
  • Une imagerie par résonance magnétique(IRM) ou une tomographie par ordinateur(CT) est réalisée pour détecter d'autres métastases. En outre, les résultats de ces procédures d'imagerie aident à décider si une intervention chirurgicale est souhaitable.

Tests supplémentaires

Comme toutes les parties de la prostate ne sont pas atteintes lorsque le tissu est prélevé à l'aide d'une aiguille à biopsie, dans certains cas, les résultats peuvent être négatifs, même si un cancer de la prostate est présent. Si l'on soupçonne que la personne est néanmoins atteinte d'un cancer de la prostate, la biopsie peut devoir être répétée.

Afin d'éviter ce problème, des méthodes de diagnostic totalement nouvelles sont actuellement en cours de développement. L'analyse des protéines, par exemple, permet de détecter des modifications de la composition de certaines protéines dans l'urine, ce qui peut indiquer un carcinome de la prostate. Toutefois, il ne s'agit pas encore d'une procédure de routine établie.

Thérapie

Le type de traitement d'un carcinome de la prostate dépend fortement du degré de progression du cancer. En outre, la vitesse de croissance de la tumeur ainsi que l'état général, l'âge et le risque chirurgical de la personne concernée jouent un rôle majeur. Il existe de nombreuses options de traitement différentes, qui peuvent également être utilisées en combinaison les unes avec les autres. Il est donc conseillé de demander l'avis d'un autre médecin avant de commencer le traitement.

En principe, les approches thérapeutiques suivantes sont disponibles :

  • Chirurgie
  • Chimiothérapie
  • Hormonothérapie
  • Radiothérapie

Les stades du cancer de la prostate

Les options de traitement et les perspectives de guérison varient considérablement en fonction du stade du cancer de la prostate :

Cancer de la prostate limité

À ce stade du cancer de la prostate, la tumeur est encore située exclusivement dans le tissu prostatique. Le traitement qui offre les meilleures chances de guérison est l'ablation chirurgicale complète de la prostate. Si la tumeur est encore petite, une radiothérapie peut être effectuée à la place de la chirurgie.

Chez les patients âgés de plus de 75 ans ou chez les personnes atteintes de petites tumeurs peu agressives, il convient d'envisager la possibilité de ne pas effectuer de traitement dans un premier temps et d'observer la vitesse d'évolution du cancer. Sinon, le traitement du cancer pourrait causer une gêne bien plus grande que le cancer lui-même.

Cancer de la prostate avancé

À ce stade, la tumeur de la prostate a déjà traversé la capsule de la prostate et s'infiltre dans les tissus environnants. Étant donné que, dans de nombreux cas, le tissu cancéreux ne peut plus être entièrement retiré par voie chirurgicale, la guérison du cancer de la prostate n'est possible que dans une mesure limitée.

En complément de la chirurgie, on peut tenter de tuer les cellules tumorales restantes à l'aide de la radiothérapie. Il est également possible d'inhiber la croissance des cellules cancéreuses restantes en retirant aux cellules l'hormone favorisant la croissance, la testostérone.

Métastases

Si le cancer de la prostate a formé des métastases dans d'autres organes, comme les poumons ou les os, il n'est généralement plus possible de guérir le patient. On procède à une thérapie dite palliative, dans laquelle l'objectif du traitement est d'améliorer la qualité de vie du patient cancéreux. La poursuite de la croissance de la tumeur de la prostate est inhibée par le retrait radical des hormones. En outre, on tente de détruire les cellules des métastases à l'aide de médicaments cytostatiques.

Les options thérapeutiques en un coup d'œil

Observation active

Si la tumeur de la prostate est petite et se développe très lentement, le traitement peut être reporté si nécessaire. Cette option doit être envisagée, en particulier chez les patients âgés de plus de 75 ans ou ceux qui sont en mauvaise santé. Sinon, le traitement du cancer pourrait causer une gêne bien plus grande que le cancer lui-même. Le développement ultérieur du carcinome de la prostate est régulièrement examiné et suivi de près.

Chirurgie

La prostatectomie radicale (ablation complète de la prostate) est la procédure recommandée si la propagation de la tumeur est limitée à la prostate et si les tissus environnants n'ont pas été infiltrés. À ce stade du cancer, la chirurgie offre les meilleures chances de guérison. En plus de la prostate, les glandes vésiculaires situées sous la prostate et, dans certains cas, les ganglions lymphatiques voisins sont enlevés chirurgicalement.

Si le cancer a déjà touché les tissus environnants, l'opération permettra au moins de soulager les symptômes. En plus de la prostate et des glandes vésiculaires, tous les ganglions lymphatiques voisins doivent être enlevés.

Dans la procédure chirurgicale classique, la prostate est retirée par une incision abdominale d'environ 12 centimètres de long au-dessus de la ligne des cheveux pubiens. La procédure laparoscopique mini-invasive est une méthode alternative dans laquelle le dispositif chirurgical est inséré dans l'abdomen par cinq incisions d'environ 1,5 centimètre de long. Une ouverture complète de la paroi abdominale n'est pas nécessaire ici - l'opération se déroule à l'aide d'une caméra vidéo insérée dans la cavité abdominale. Cependant, selon certaines études, la procédure laparoscopique n'est pas nécessairement plus douce pour le patient. La douleur de la plaie, le temps de récupération et les effets tardifs tels que les problèmes de continence (capacité à retenir l'urine) et de fonction érectile ne sont pas toujours inférieurs à ceux de la chirurgie conventionnelle. La raison en est que les plaintes postopératoires dépendent moins de la voie d'accès que des circonstances chirurgicales individuelles et des compétences du chirurgien.

Une conséquence tardive fréquente de l'ablation chirurgicale de la prostate est la perte de la puissance. Comme certains nerfs importants pour l'érection passent directement le long de la capsule prostatique, le risque est grand que ces nerfs soient endommagés pendant l'opération. Malgré les procédures chirurgicales épargnant les nerfs, environ 80 % des hommes souffrent de problèmes d'érection après l'opération. L'incontinence d'effort se produit dans environ 3 à 5 % des cas. Cela peut se produire en cas de toux, d'éternuement ou de rire.

Radiothérapie

La radiothérapie peut être administrée à une tumeur de la prostate à la fois de l'extérieur (radiothérapie percutanée) et directement de l'intérieur (implantation de radionucléides, curiethérapie) :

  • La radiothérapie de l'extérieur : En règle générale, cinq séances d'irradiation sont effectuées par semaine sur une période d'environ huit semaines. Une seule séance de radiation dure environ 15 minutes.
  • La radiothérapie de l'intérieur : Lors d'une procédure unique, des grains radioactifs de la taille d'un grain de riz sont placés dans la prostate. Ces particules radioactives émettent en continu des rayonnements à quelques millimètres de profondeur dans le tissu prostatique environnant, sur une période d'environ un an. Le retrait ultérieur des grains n'est pas nécessaire.

Tout comme la chirurgie, la radiothérapie interne ou externe peut également provoquer des troubles de l'érection. La raison en est que les radiations radioactives peuvent également endommager les tissus nécessaires à l'érection. Environ 50 % des personnes concernées souffrent de problèmes d'érection après une radiothérapie. La fréquence des effets tardifs du traitement, tels que l'altération de la puissance ou de l'érection, est similaire pour la chirurgie de préservation des nerfs et la radiothérapie - les différences sont principalement le résultat de circonstances individuelles et des compétences du médecin traitant.

Les radiations radioactives peuvent également endommager les intestins et l'urètre, ce qui explique pourquoi certains patients ont des problèmes pour uriner ou pour digérer (par exemple, des diarrhées).

Cryothérapie

La cryothérapie consiste à geler le tissu prostatique au-dessus de l'intestin, ce qui entraîne sa mort. Cependant, les données actuelles suggèrent que la cryothérapie est moins efficace que les autres traitements établis, et qu'elle ne constitue donc pas une alternative équivalente dans le traitement du cancer de la prostate.

Privation d'hormones

Dans de nombreuses tumeurs de la prostate, l'hormone sexuelle mâle, la testostérone, favorise la croissance et la propagation du cancer. Dans environ 80 % des cas, l'inhibition de la production de testostérone permet de ralentir la croissance de la tumeur et de soulager la douleur causée par la tumeur. Cependant, la mesure dans laquelle les carcinomes de la prostate répondent au retrait des hormones varie d'un patient à l'autre. En outre, le traitement perd de son efficacité avec le temps et le cancer peut alors se développer indépendamment de la testostérone, ce qui rend le traitement plus difficile par la suite.

L'inhibition médicamenteuse complète de la testostérone a les mêmes effets sur l'organisme que la castration. Le patient souffre d'impuissance, d'une baisse de la libido (libido), de bouffées de chaleur, d'une prise de poids, d'une augmentation du volume des seins et d'une perte accrue de la masse osseuse et musculaire, ce qui entraîne un risque accru d'ostéoporose. La densité osseuse doit donc être mesurée régulièrement dans le cadre du traitement de sevrage hormonal, et il peut être nécessaire d'instaurer un traitement contre l'ostéoporose.

Hormonothérapie

Les analogues de la LHRH et les analogues de la GnRH peuvent être utilisés pour abaisser le taux de testostérone. L'effet est basé sur le fait que les substances actives correspondent aux propres hormones du corps, qui ont pour effet de réduire la production de testostérone.

Lesantiandrogènes , en revanche, protègent le carcinome de la prostate contre l'hormone testostérone sans en affecter la production. Ces préparations provoquent nettement moins d'effets secondaires, car le taux de testostérone dans le sang n'est pas abaissé. Cependant, les antiandrogènes sont moins efficaces que les bloqueurs de testostérone.

Les œstrogènes (hormones sexuelles féminines) peuvent faire baisser le taux de testostérone dans le sang en sept jours. Cependant, ils provoquent des effets secondaires beaucoup plus graves chez les hommes que les bloqueurs de testostérone. En outre, ils ne doivent pas être utilisés chez les patients souffrant de maladies cardiovasculaires.

L'ablation des testicules

La majeure partie de la production de testostérone ayant lieu dans les testicules, leur ablation peut apporter un soulagement rapide de la douleur dans le cas d'un cancer de la prostate à un stade avancé, en abaissant le taux de testostérone. Étant donné que l'ablation des testicules ne peut être inversée et qu'il s'agit donc d'une procédure psychologiquement très stressante pour le patient, cette intervention est désormais rarement pratiquée pour les tumeurs de la prostate.

Chimiothérapie

Si le cancer de la prostate ne répond pas ou plus au retrait de la testostérone, une chimiothérapie est administrée pour tuer les cellules cancéreuses. Cependant, les médicaments cytostatiques (médicaments contre le cancer) peuvent être utilisés principalement pour endommager les cellules tumorales à croissance rapide. Comme une tumeur de la prostate se développe parfois très lentement, la chimiothérapie du cancer de la prostate est difficile. L'effet de prolongation de la vie du traitement cytostatique n'a été prouvé que pour les formes de cancer de la prostate à croissance rapide. Comme les médicaments cytostatiques tuent non seulement les cellules cancéreuses, mais aussi toutes les cellules de l'organisme qui se divisent rapidement (par exemple, les cellules intestinales ou les cellules de la racine des cheveux), la chimiothérapie entraîne de graves effets secondaires.

Thérapie palliative

Dans de nombreux cas de tumeur métastatique avancée de la prostate, les personnes concernées souffrent de douleurs intenses. Comme il n'est généralement plus possible de guérir, le contrôle efficace de la douleur est un objectif thérapeutique important.

Le cancer de la prostate à un stade avancé entraîne souvent la formation de métastases dans le tissu osseux, ce qui peut provoquer de fortes douleurs et des fractures. Le risque de fractures osseuses peut être réduit par la radiothérapie. En outre, il est possible d'administrer certains médicaments tels que les bisphosphonates, qui inhibent la dégradation de la substance osseuse.

Mesures propres

Comme il n'y a de chance de guérison que si le cancer de la prostate est diagnostiqué à un stade précoce, le dépistage annuel du cancer chez les hommes de plus de 45 ans est très important. S'il y a eu des cas de cancer de la prostate dans la famille, les examens de dépistage doivent être effectués plus tôt.

Prévision

La vitesse de croissance de la tumeur de la prostate peut varier considérablement d'une personne à l'autre. Dans certains cas, le cancer se développe très lentement pendant plusieurs années, de sorte qu'un traitement peut ne pas être nécessaire. Cependant, il existe également des formes de cancer de la prostate dans lesquelles le cancer se développe rapidement et de manière agressive et peut entraîner la mort en un temps relativement court. Les raisons exactes pour lesquelles certaines tumeurs de la prostate se développent rapidement ou lentement ne sont pas connues.

Au moment du diagnostic, l'évolution de la maladie ne peut être estimée avec précision dans de nombreux cas, ce qui rend difficile le choix de la thérapie à mettre en œuvre. Par conséquent, le cancer de la prostate doit être suivi et traité régulièrement par un urologue expérimenté.

Le pronostic du cancer de la prostate dépend largement du stade auquel la tumeur est diagnostiquée. En général, cependant, le pronostic est assez favorable. Si le cancer de la prostate s'étend aux tissus environnants, et surtout si la tumeur forme des métastases, les chances de guérison diminuent rapidement. Le taux de survie à 5 ans pour le cancer de la prostate est d'environ 87 %.

Prévention

Un mode de vie sain peut réduire le risque de cancer de la prostate. Un poids corporel normal, une alimentation saine et variée et une activité physique régulière sont importants. L'alcool doit être consommé avec modération. Les points suivants doivent être respectés :

  • Poids corporel normal : un poids corporel sain peut être maintenu ou atteint grâce à une alimentation saine et modérée et à une activité physique suffisante. Un moyen efficace et sain de réduire l'apport calorique consiste à diminuer les sucreries, le sucre, les graisses et l'alcool. Tous ces aliments sont très riches en calories et n'apportent que peu de nutriments essentiels à l'organisme tels que des vitamines, des fibres ou des minéraux.
  • Un exercice régulier : L'activité physique peut réduire le risque de maladie. Une demi-heure à une heure d'exercice léger au moins cinq jours par semaine vous permettra de rester en forme.
  • Unealimentation saine : les fruits et légumes doivent être consommés quotidiennement si possible, mais les produits carnés (surtout la viande rouge) ne doivent être consommés qu'avec modération.
  • Consommation modérée d'alcool : il est recommandé aux hommes de ne pas consommer plus de deux boissons alcoolisées par jour. Un verre correspond, par exemple, à une petite bière, un verre de schnaps ou un huitième de vin.
  • Détection précoce : plus le cancer de la prostate est diagnostiqué et traité tôt, plus les chances de guérison sont grandes. Les hommes devraient donc se soumettre à un dépistage annuel du cancer dès l'âge de 45 ans. S'il y a déjà eu des cas de cancer de la prostate dans la famille, le dépistage doit être commencé plus tôt.

Ton assistant personnel en matière de médicaments

Médicaments

Consultez ici notre vaste base de données de médicaments de A à Z, avec leurs effets et leurs ingrédients.

Substances

Toutes les substances actives avec leur application, leur composition chimique et les médicaments dans lesquels elles sont contenues.

Maladies

Causes, symptômes et options de traitement pour les maladies et blessures courantes.

Le contenu indiqué ne remplace pas la notice originale du médicament, notamment en ce qui concerne le dosage et l'effet des différents produits. Nous ne pouvons assumer aucune responsabilité quant à l'exactitude des données, car les données ont été en partie converties automatiquement. Un médecin doit toujours être consulté pour les diagnostics et autres questions de santé. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet ici.

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify.