Crise cardiaque (infarctus du myocarde)

Crise cardiaque (infarctus du myocarde)
Classification internationale (CIM) I21.-

Principes de base

Une crise cardiaque (infarctus du myocarde) se produit lorsque les vaisseaux sanguins du cœur (vaisseaux coronaires), qui sont chargés d'alimenter le muscle cardiaque, se bouchent. Le muscle cardiaque a pour mission de pomper le sang dans tout le corps. Normalement, trois de ces gros vaisseaux sanguins (artères coronaires) alimentent le cœur en sang et en oxygène.

Si ces vaisseaux sont obstrués, comme c'est le cas lors d'une crise cardiaque, le cœur ne reçoit pas suffisamment d'oxygène et de nutriments. Si le vaisseau obstrué n'est pas ouvert dans les heures qui suivent, la partie du muscle cardiaque qui est alimentée par le vaisseau touché peut mourir. Pour cette raison, toute crise cardiaque est considérée comme une urgence.

Dans les pays industrialisés, le nombre de crises cardiaques ne cesse d'augmenter. La principale cause est la maladie coronarienne, favorisée par divers facteurs tels que l'obésité, le manque d'exercice et le tabagisme.

Causes

Des vaisseaux malades :

L'infarctus du myocarde est le plus souvent déclenché par une maladie coronarienne. Parfois, une inflammation des vaisseaux coronaires ou un caillot de sang (embolie) peuvent également provoquer une crise cardiaque.

La maladie coronarienne se reconnaît aux dépôts présents dans les artères, également appelés plaques. Parfois, même chez les jeunes adultes, on peut détecter le début d'une telle artériosclérose. Les plaques entraînent une réduction de l'espace intérieur des vaisseaux sanguins et, par conséquent, une restriction de la circulation sanguine.

Les plaques peuvent présenter de petites déchirures, qui sont alors immédiatement refermées par les plaquettes sanguines. Au cours de ce processus, des substances messagères sont libérées, qui attirent à leur tour davantage de plaquettes. Il en résulte la formation d'un caillot de sang (thrombus) qui bloque l'ensemble du vaisseau et entraîne ainsi une interruption de l'approvisionnement en sang. Dans l'ensemble, ces processus provoquent une crise cardiaque.

Cependant, on ne sait toujours pas pourquoi certaines plaques se rompent et entraînent ainsi un risque élevé de crise cardiaque, alors que d'autres ne se rompent pas pendant des années. Il est déjà connu que les dépôts contenant beaucoup de cellules graisseuses et peu de calcium sont instables. Il en va de même en cas de concentration élevée de substances inflammatoires dans le sang (comme la protéine C-réactive, CRP). Les niveaux élevés d'inflammation se retrouvent le plus souvent chez les personnes qui ont beaucoup de graisse abdominale ou qui souffrent du syndrome métabolique. Les autres facteurs de risque qui rendent les plaques instables sont la nicotine et les particules.

Facteurs de risque :

Certains facteurs sont connus pour augmenter le risque d'infarctus du myocarde dû à la calcification vasculaire. D'une manière générale, plus le nombre de facteurs de risque est élevé, plus le risque de crise cardiaque est important.

  • Régime alimentaire : les aliments riches en graisses et en énergie entraînent l'obésité et un taux de cholestérol élevé.
  • L'obésité : elle est le résultat d'une alimentation malsaine pendant de nombreuses années.
  • Manque d'exercice : l'exercice régulier entraîne une baisse de la pression artérielle, ainsi qu'une amélioration du taux de cholestérol et une augmentation de la sensibilité des cellules musculaires à l'insuline.
  • Sexe masculin : Les femmes pré-ménopausées sont moins à risque car les hormones sexuelles féminines (telles que les œstrogènes) assurent initialement une protection.
  • Prédisposition génétique : Les gènes semblent également jouer un rôle, car on a observé un regroupement des maladies cardiovasculaires au sein des familles.
  • Fumer : Certaines substances contenues dans la fumée de tabac (cigarettes, cigares, pipes) provoquent le développement de plaques instables.
  • Tension artérielle élevée : l'hypertension artérielle provoque des lésions des parois internes des vaisseaux sanguins.
  • Un taux de cholestérol élevé : un taux élevé de LDL et un faible taux de HDL sont particulièrement dangereux.
  • Diabète sucré : un diabète mal contrôlé provoque des taux de glycémie élevés en permanence, ce qui entraîne des lésions des vaisseaux.
  • Des niveaux d'inflammation élevés : un exemple est un niveau élevé de CRP, qui rend les plaques instables.
  • L'âge : L'artériosclérose augmente également avec l'âge.

Il n'a pas encore été prouvé qu'une augmentation du taux d'homocystéine, un acide aminé, soit également un facteur de risque.

Symptômes

S'il y a le moindre soupçon de crise cardiaque, les services d'urgence doivent être appelés immédiatement.

Les signes caractéristiques qui indiquent une crise cardiaque sont :

  • Forte douleur de pression ou de brûlure dans la zone avant gauche de la poitrine, qui survient soudainement. La douleur peut également être ressentie dans la partie supérieure de l'abdomen, le dos ou la mâchoire. Souvent, la douleur peut également irradier dans le bras gauche.
  • Sentiment d'anxiété, d'oppression ou de peur
  • Un essoufflement aigu sévère, ainsi qu'une perte de conscience ou des vertiges sévères.

Selon l'artère coronaire touchée, les symptômes peuvent se manifester différemment. Si les artères coronaires postérieures sont bloquées, il se produit un infarctus de la paroi postérieure, qui peut être ressenti comme une douleur dans la partie supérieure de l'abdomen. Un infarctus du mur antérieur se produit lorsque les artères coronaires gauches sont touchées par l'obstruction. Elle se caractérise par des plaintes dans la région de la poitrine.

La mort cardiaque aiguë survient généralement à la suite d'une occlusion des gros vaisseaux coronaires.

Il est important de faire la distinction entre une crise cardiaque et une crise d'angine de poitrine. Les deux peuvent provoquer les mêmes symptômes, mais l'angine de poitrine, contrairement à la crise cardiaque, est causée par un rétrécissement des vaisseaux et non par une obstruction des vaisseaux.

Environ 15 à 20 % de toutes les crises cardiaques se déroulent sans douleur (crises silencieuses). Cela se produit principalement chez les patients qui souffrent de diabète sucré. 30 à 50 % des crises cardiaques surviennent de manière soudaine et inattendue, sans aucune douleur préalable.

Les femmes présentent une symptomatologie différente de celle des hommes. Les caractéristiques sont les suivantes :

  • Seul un tiers des femmes ressentent des douleurs thoraciques
  • La majorité des personnes concernées ressentent de la fatigue
  • Environ 50 % se plaignent de troubles du sommeil
  • Certains patients sont essoufflés
  • Certaines femmes peuvent ressentir des douleurs d'estomac

Comme dans de nombreux cas, les signes ne sont pas interprétés correctement, les femmes subissent un traitement clinique environ une heure plus tard. Cela montre que la proportion de femmes qui meurent d'une crise cardiaque est plus élevée que celle des hommes.

Diagnostic

En général, une crise cardiaque peut être diagnostiquée sur la base des symptômes. Toutefois, afin d'être sûr et d'exclure d'autres maladies qui s'accompagnent également de douleurs thoraciques, les examens suivants peuvent être effectués :

  • ECG : L'électrocardiogramme (ECG) est la méthode d'examen la plus importante pour détecter une crise cardiaque. Cette procédure permet de rendre visibles les changements typiques qui permettent également de tirer des conclusions sur la taille et la localisation de l'infarctus. En outre, l'ECG peut également être utilisé pour diagnostiquer d'éventuelles arythmies cardiaques. Ce sont les complications les plus courantes d'un infarctus récent. Cependant, les changements ne peuvent pas être détectés immédiatement après l'infarctus, mais seulement quelques heures plus tard. C'est pourquoi, en cas de suspicion de crise cardiaque, il est recommandé de procéder à plusieurs examens, espacés de quelques heures.
  • Des tests sanguins : Si les cellules musculaires meurent, comme c'est le cas lors d'une crise cardiaque, certaines protéines sont libérées. Si le patient est victime d'une crise cardiaque, la concentration de ces protéines dans le sang augmente. Ces marqueurs comprennent la troponine T, la troponine I, la myoglobine et la créatinine kinase (CK-MB). Mais là encore, une augmentation ne peut être observée que quelques heures après la survenue de l'infarctus.
  • Échographie cardiaque/échocardiographie : si l'ECG ne révèle rien, mais que les symptômes font toujours penser à un infarctus, une échographie cardiaque (échocardiographie) peut fournir des indices. Grâce à cet examen, le médecin peut détecter les troubles du mouvement de la paroi. Si la circulation sanguine est interrompue à la suite de l'infarctus, il se produit un mouvement anormal de la partie du cœur concernée.
  • Cathétérisme cardiaque : Un cathéter cardiaque permet de détecter les vaisseaux coronaires atteints et de savoir si d'autres vaisseaux sont également touchés. De cette manière, le muscle cardiaque et les valves cardiaques peuvent également être contrôlés pour s'assurer de leur bon fonctionnement.

Thérapie

Les patients victimes d'une crise cardiaque doivent suivre un traitement dans l'unité de soins intensifs. Le traitement vise à rouvrir le plus rapidement possible le vaisseau sanguin obstrué (thérapie de reperfusion). Si le flux sanguin normal est rétabli le plus rapidement possible, il y a de bonnes chances que peu de tissu musculaire cardiaque soit mort ("le temps, c'est du muscle") et que moins de complications aiguës et chroniques surviennent.

Les méthodes de traitement suivantes peuvent être utilisées pour la thérapie de reperfusion :

  • Thérapie de lyse (thérapie thrombolytique) :

Dans cette forme de thérapie, le caillot sanguin (thrombus) à l'origine de l'infarctus est dissous par un médicament (lyse). Pour ce faire, on administre dans la veine des médicaments qui soit détruisent directement le thrombus, soit activent les enzymes de dégradation de l'organisme (plasminogènes), ce qui entraîne également la dissolution du caillot sanguin. Peu de temps après l'infarctus, on a toutes les chances de rouvrir un vaisseau coronaire touché. Ce traitement peut déjà être effectué par le médecin d'urgence. Cela signifie que le vaisseau bloqué peut être rouvert dans les 90 minutes dans 50 % des cas.

Si l'infarctus s'est produit il y a quelque temps, l'ouverture du vaisseau sanguin devient de plus en plus difficile. La lyse peut être effectuée au maximum 12 heures après une crise cardiaque. Après ces 12 heures, le caillot sanguin ne peut plus être dissous correctement, ce qui entraîne des effets secondaires considérables.

Les enzymes streptokinase et urokinase, ainsi que les activateurs génétiquement modifiés alteplase, reteplase ou tenecteplase peuvent être utilisés pour la lyse. Les médicaments de lyse provoquent une inhibition de la coagulation du sang dans l'organisme, car ils exercent leur effet sur l'ensemble du corps et pas seulement sur le cœur. Des hémorragies graves peuvent survenir en tant que complication. Parmi les autres complications, citons l'activation de sources d'hémorragie jusque-là non reconnues, comme les ulcères de l'estomac, et les malformations vasculaires dans le cerveau (anévrismes). L'un des effets secondaires les plus graves est l'hémorragie cérébrale, qui survient dans environ 1 % des cas. Après une thérapie thrombolytique, les patients souffrent souvent d'arythmies cardiaques, c'est pourquoi ils doivent être étroitement surveillés.

  • PTCA aiguë :

Dans ce traitement, un cathéter cardiaque est inséré immédiatement pour dilater le vaisseau obstrué à l'aide d'un ballonnet (ACTP aiguë). Dans de nombreux cas, un stent est implanté au cours de ce traitement pour éviter que le vaisseau ne se bouche à nouveau.

Chez la majorité des patients, une ACTP aiguë peut rouvrir le vaisseau. L'inconvénient, cependant, est que l'ACTP n'est pas immédiatement disponible pour tous les patients, car tous les hôpitaux ne disposent pas d'installations de cathétérisme cardiaque. La thérapie n'est efficace que si elle commence dans les 90 minutes. De nombreuses études montrent que l'ACTP aiguë présente certains avantages par rapport à la thérapie de lyse.

  • PTCA de sauvetage :

Si le traitement de lyse échoue et que le patient souffre toujours de douleurs, ainsi que d'une aggravation de son état, un cathéter cardiaque peut être envisagé pour ouvrir le vaisseau (ACTP de sauvetage).

Parfois, les artères coronaires sont tellement rétrécies qu'un pontage est nécessaire pour corriger la crise cardiaque. Dans cette opération, le rétrécissement du vaisseau est comblé par une veine, qui est soit une artère de la paroi thoracique, soit prélevée dans une autre partie du corps.

Le traitement de base de l'infarctus aigu du myocarde comprend :

  • L'acide acétysalicylique : cette substance active empêche les plaquettes de se coller entre elles et empêche ainsi le caillot sanguin de grossir. Si une crise cardiaque est suspectée, l'urgentiste injecte déjà de l'acide acétylsalicylique pour améliorer le pronostic.
  • Héparine : L'héparine interfère avec le système de coagulation du sang et s'oppose à l'élargissement du thrombus. Il peut également être administré par le médecin urgentiste.
  • Bêta-bloquants : les bêta-bloquants entraînent une réduction de la pression artérielle, ainsi qu'un ralentissement du rythme cardiaque et, par conséquent, un soulagement du cœur. Une administration précoce permet de contrer les arythmies cardiaques potentiellement mortelles (fibrillation ventriculaire) et de réduire la taille de l'infarctus.
  • Nitrates : ils dilatent les vaisseaux sanguins et entraînent une réduction de la demande en oxygène du cœur. Ils réduisent également la douleur, mais n'améliorent pas le pronostic.
  • Inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (IEC) : ces médicaments dilatent les vaisseaux sanguins et abaissent la tension artérielle. Cela soulage le cœur et réduit le risque de décès chez les patients victimes d'une crise cardiaque. Pour cette raison, le traitement doit commencer dans les 24 heures.
  • Traitement de la douleur : si le besoin s'en fait sentir, des analgésiques et des sédatifs peuvent être administrés afin de rendre le patient indolore.
  • Oxygène : l'oxygène est administré à tous les patients concernés par le biais d'une sonde nasale, car cela permet d'assurer l'apport d'oxygène au cœur.

Suivi :

Le suivi est également d'une grande importance pour le pronostic des crises cardiaques. Les patients doivent commencer la physiothérapie et les exercices respiratoires dès les premiers jours. L'activité physique peut également contrer une nouvelle occlusion vasculaire.

Quelques semaines plus tard, l'entraînement cardiovasculaire peut être commencé. Il ne s'agit pas de sports de compétition, mais plutôt de sports tels que la marche, le jogging léger, le vélo et la natation. Le médecin traitant est responsable d'un programme de formation individuel en coopération avec le patient.

Des facteurs tels que l'hypertension artérielle, l'hypercholestérolémie, l'obésité et le diabète augmentent le risque et doivent donc être contrôlés à intervalles réguliers. Un autre facteur important est le tabagisme, qui doit être arrêté immédiatement. En outre, des contrôles doivent être effectués à intervalles réguliers (tous les six mois ou tous les ans).

Prévision

Dans les crises cardiaques, la mort survient généralement à la suite d'une fibrillation ventriculaire.

Plus le vaisseau occlus est ouvert rapidement, meilleures sont les chances de guérison. Les meilleurs résultats sont obtenus avec une thérapie qui commence dans les 3 heures. Si une crise cardiaque est maintenant suspectée, le patient doit être traité immédiatement à l'hôpital.

La taille de l'infarctus, ainsi que les éventuelles modifications des autres vaisseaux coronaires, exercent également une influence sur le pronostic.

Complications aiguës :

De nombreuses personnes souffrent d'arythmie cardiaque au cours de l'infarctus. Dans de nombreux cas, on observe un rythme cardiaque très rapide (tachycardie sinusale), dans 10 à 15 % des cas, une fibrillation auriculaire. Les situations mettant la vie en danger, comme la fibrillation ventriculaire, ne sont pas non plus exclues.

Une crise cardiaque peut également s'accompagner d'une insuffisance cardiaque aiguë, dans laquelle le cœur n'est plus en mesure de pomper suffisamment de sang dans l'organisme. Parfois, une partie de la paroi cardiaque peut se rompre à la suite d'une crise cardiaque.

Les 48 premières heures après une crise cardiaque sont la période la plus risquée pour le patient. Environ 40 % des personnes touchées ne survivent pas aux premiers jours.

Complications à long terme :

Une crise cardiaque aiguë entraîne un changement majeur dans la vie de la personne concernée. Bon nombre d'entre eux souffrent de dépression par la suite. Il est particulièrement important de changer pour un mode de vie sain et actif.

Si une grande partie de la masse musculaire meurt à la suite de la crise cardiaque, une insuffisance cardiaque chronique se développera au fil du temps, car le tissu musculaire cardiaque mort forme des cicatrices. La capacité de pompage dépend alors de la taille de la zone affectée.

L'insuffisance cardiaque peut également résulter de plusieurs petites crises cardiaques ("maladie des petits vaisseaux"). Dans certains cas, une partie de la paroi cardiaque se gonfle (anévrisme), créant ainsi des conditions favorables à la formation d'un caillot sanguin. Si elles pénètrent dans l'organisme avec la circulation sanguine, elles peuvent rester coincées à un endroit et bloquer le vaisseau. Si cela se produit dans le cerveau, il s'agit d'un accident vasculaire cérébral.

La mort cardiaque subite due à une fibrillation ventriculaire est une cause fréquente de décès après une crise cardiaque. Toutefois, des arythmies cardiaques moins menaçantes, comme la fibrillation auriculaire, peuvent également survenir.

Prévention

Les crises cardiaques peuvent être évitées dans une certaine mesure en maintenant les facteurs de risque de l'artériosclérose aussi bas que possible. L'artériosclérose crée des conditions optimales pour les maladies coronariennes, qui sont la cause la plus fréquente des crises cardiaques. C'est pourquoi il convient d'accorder une grande importance à un mode de vie sain :

  • Il faut arrêter de fumer. Idéalement, il ne faut pas commencer à fumer.
  • Une alimentation saine doit être une priorité. Cela inclut beaucoup de fruits et de légumes, ainsi que peu de graisses.
  • Si vous êtes en surpoids, vous devez essayer de perdre du poids. Même quelques kilos en moins ont un effet positif sur la santé.
  • L'exercice régulier doit faire partie de votre routine quotidienne. Même une promenade d'une demi-heure a un effet positif.
  • Les facteurs tels que le diabète sucré, l'hypertension artérielle ou un taux de cholestérol élevé doivent être traités.
  • Les médicaments prescrits par votre médecin doivent être pris à intervalles réguliers. Cela vaut également si vous ne souffrez d'aucun symptôme pour le moment.
  • À long terme, le facteur de stress doit être maintenu aussi bas que possible.

Si l'on soupçonne une crise cardiaque, il faut appeler immédiatement le médecin des urgences. Vous ne devez en aucun cas conduire vous-même à l'hôpital, car votre état peut s'aggraver d'une seconde à l'autre.

Ton assistant personnel en matière de médicaments

Médicaments

Consultez ici notre vaste base de données de médicaments de A à Z, avec leurs effets et leurs ingrédients.

Substances

Toutes les substances actives avec leur application, leur composition chimique et les médicaments dans lesquels elles sont contenues.

Maladies

Causes, symptômes et options de traitement pour les maladies et blessures courantes.

Le contenu indiqué ne remplace pas la notice originale du médicament, notamment en ce qui concerne le dosage et l'effet des différents produits. Nous ne pouvons assumer aucune responsabilité quant à l'exactitude des données, car les données ont été en partie converties automatiquement. Un médecin doit toujours être consulté pour les diagnostics et autres questions de santé. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet ici.

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify.