Douleur chronique

Douleur chronique

Principes de base

La douleur aiguë (douleur de protection) peut être comprise comme un signal d'alarme de l'organisme, qui a pour but de signaler un trouble physique au cerveau. La douleur chronique, en revanche, a perdu sa raison d'être et existe indépendamment. Cela se produit lorsque les cellules nerveuses signalent au cerveau une douleur qui n'a pas de cause apparente.

Selon la Ligue allemande contre la douleur, plusieurs millions de personnes sont touchées par des douleurs aiguës ou chroniques. Certaines des personnes concernées souffrent de douleurs si complexes que seuls des spécialistes doivent être consultés, ce que l'on appelle des thérapeutes médicaux de la douleur. Cependant, leurs services de traitement sont encore largement inutilisés.

Les experts distinguent trois types fondamentaux de symptômes de douleur chronique :

  • Douleur de projection périphérique (par exemple, névralgie du trijumeau, syndrome de Sudeck).
  • Douleur centrale qui se propage à partir du cerveau ou de la moelle épinière (par exemple, douleur brûlante continue après un accident vasculaire cérébral, "douleur thalamique").
  • La douleur de transfert (la douleur qui est projetée sur une zone cutanée spécifique en raison de la lésion d'un organe, "zone de tête").

Causes

La douleur chronique ne fait pas partie des états naturels du corps, mais survient lorsque les impulsions nerveuses deviennent indépendantes. Si une cellule nerveuse donne des impulsions au cerveau pendant des semaines, par exemple après une blessure, son métabolisme subit un changement.

Si la douleur dure au moins trois à six mois et entraîne une restriction mentale et physique chez le patient, on parle de douleur chronique.

L'origine de la douleur chronique peut être une maladie rhumatismale, une hernie discale ou une inflammation. Lorsque cette douleur cesse, la cellule continue néanmoins souvent à envoyer des impulsions. Dans ce cas, on parle d'une mémoire de la douleur entraînée.

L'altération de la transmission des signaux a généralement lieu dans la moelle épinière. C'est là que se produit l'activation de la mémoire de la douleur. Une fois que cette activation a eu lieu, il est difficile de ne pas ressentir comme une douleur des stimuli agréables tels que la chaleur, le toucher ou l'étirement. Cela peut aller si loin que même le stress mental, la peur ou le simple souvenir de la piqûre et de la traction peuvent avoir un effet déclencheur de la douleur.

Pour éviter l'activation de la mémoire de la douleur, la douleur aiguë doit être prise au sérieux et traitée en temps utile. C'est le seul moyen d'éviter le passage d'une douleur aiguë à une douleur chronique.

Symptômes

Si la douleur persiste pendant une période d'au moins trois à six mois et entraîne une forte déficience de la personne concernée, on parle de douleur chronique. Dans ce cas, la cause initiale de la douleur n'est généralement pas présente ou ne peut être éliminée. En outre, certaines influences environnementales, comme le stress ou les changements climatiques, peuvent entraîner une augmentation de la douleur, voire la déclencher.

Les formes les plus courantes de douleur chronique sont

  • Douleurs dorsales (par exemple, après une hernie discale, un syndrome de compression des racines nerveuses)
  • Maux de tête (par exemple, migraine, céphalées de tension, céphalées dues aux analgésiques, céphalées en grappe)
  • Douleurs rhumatismales (y compris arthrite, firbomyalgie)
  • Névralgie (par exemple, névralgie du trijumeau, zona)
  • Douleurs tumorales (principalement en cas de métastases osseuses)
  • Douleur causée par des processus dégénératifs (douleur dégénérative, par exemple ostéoporose, arthrose)
  • Douleur fantôme (par exemple après une amputation ou certaines lésions nerveuses (rupture du plexus))

Diagnostic

Environ 50 % des personnes souffrant de douleurs chroniques consultent un médecin. Les nombreuses différences dans la forme de la douleur, ainsi que les différentes origines de la douleur chronique, montrent clairement qu'un diagnostic détaillé est nécessaire afin de créer une thérapie à multiples facettes.

Normalement, le médecin traitant prend beaucoup de temps pour les personnes souffrant de douleurs chroniques et recueille un historique détaillé de la douleur. La personne concernée doit tenir un journal de la douleur. Cela aide le médecin à trouver la raison des symptômes. D'autres éléments, tels que des lettres de médecins plus anciens et des radiographies, peuvent également être utiles au diagnostic.

Le médecin essaie également de découvrir les éventuels facteurs de stress dans la situation de vie actuelle, car ceux-ci ont une grande influence sur la perception actuelle de la douleur. En outre, l'intensité de la douleur est évaluée par la personne concernée elle-même sur une échelle (échelle visuelle analogique).

Les examens suivants peuvent être utilisés :

  • Examen physique détaillé
  • Examen neurologique
  • Examen orthopédique
  • Éventuellement, diagnostics neurophysiologiques supplémentaires : électoneurographie (ENG) et électromyographie (EMG).
  • Méthodes d'examen d'imagerie telles que l'échographie, la tomographie par ordinateur (CT) ou l'imagerie par résonance magnétique (IRM).

Thérapie

La thérapie est orientée vers les nombreuses causes et facteurs qui aggravent la maladie. Cela se fait à la fois avec des médicaments et au moyen de méthodes complémentaires comprenant des composantes physiques, psychologiques et sociales.

L'objectif du traitement de la douleur est, d'une part, d'interrompre la conduction de la douleur (médicamenteux) et, d'autre part, de modifier la perception de la douleur par la personne (non médicamenteux).

Médicaments :

Les médicaments constituent souvent la base de nombreux traitements à long terme. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le traitement de la douleur est divisé en trois étapes (schéma des étapes de l'OMS) :

  • Phase I : Des anti-inflammatoires non stéroïdiens pour les douleurs légères.
  • Niveau II : Opioïdes pour la douleur modérée à sévère
  • Niveau III : Opioïdes pour les douleurs sévères à très sévères

Souvent, le traitement commence par le retrait des médicaments énumérés ci-dessus, qui peuvent jouer un rôle dans la chronicité de la douleur chronique. C'est le cas des maux de tête d'origine médicamenteuse, qui apparaissent lorsque les personnes concernées consomment des analgésiques pendant plus de dix jours par mois. Des médicaments supplémentaires peuvent être administrés pour certaines formes de douleur, comme des anticonvulsivants pour les coliques. Certains antidépresseurs ont parfois un très bon effet antidouleur comme effet secondaire positif.

En outre, les médicaments du groupe des antiépileptiques peuvent également être utilisés contre la douleur continue. Cela est particulièrement vrai pour les douleurs nerveuses (névralgie), où des agents tels que la carbamazépine, l'oxcarbamazépine, l'oxcarbazépine, la gabapentine ou la prégabaline se sont avérés avoir un effet nettement positif.

Autres thérapies :

En fonction de la forme de la douleur, il existe d'autres formes de thérapie à choisir en plus de la psychothérapie et des médicaments :

  • Acupuncture
  • Thérapie par l'exercice
  • Thérapie comportementale, telle que l'entraînement à la gestion du stress ou le biofeedback.
  • la physiothérapie et la thérapie manuelle pour renforcer ou soulager les groupes musculaires
  • La stimulation électrique transcutanée des nerfs (TENS) peut être utilisée pour stimuler les structures nerveuses en appliquant des impulsions électriques sur la peau.
  • Entraînement autogène
  • Blocages nerveux, par exemple blocage du nerf sympathique par l'administration de guanéthidine.
  • Les pompes antidouleur, qui sont implantées et délivrent en continu des substances actives pour soulager la douleur.
  • Anesthésie locale ou régionale, par exemple avec des cathéters périduraux.
  • Opérations de soulagement, par exemple pour le syndrome du canal carpien
  • Chirurgie palliative pour réduire la douleur en cas de cancer non guérissable

Mode de vie :

Parfois, des méthodes simples, comme un changement de régime alimentaire ou un changement de travail, peuvent avoir un effet positif sur la douleur.

Certaines thérapies contre la douleur ne peuvent être pratiquées que dans le cadre d'une hospitalisation ou d'une consultation externe dans une clinique de traitement de la douleur. Différents experts y travaillent ensemble, tels que des anesthésistes, des psychothérapeutes, des chirurgiens, des orthopédistes et des neurologues.

Afin de se faire une idée de l'évolution et de la réussite, les patients sont encouragés à continuer à tenir chez eux des questionnaires sur la douleur, des journaux de la douleur et des documents sur les progrès réalisés.

Prévision

Le manque de soins spécialisés constitue un problème majeur pour les patients souffrant de douleurs chroniques. En conséquence, de nombreuses personnes souffrent plus que nécessaire de la douleur, car aucun soin individuel n'est fourni.

Les personnes souffrant de douleurs chroniques devraient prendre à cœur les points suivants :

  • Il convient de consulter un spécialiste de la douleur spécialement formé.
  • Les médicaments doivent être pris tels qu'ils ont été prescrits et pas seulement en cas de besoin pour prévenir la réapparition de la douleur.
  • L'autocontrôle est important, notamment pour savoir dans quelles situations la douleur s'améliore ou s'aggrave.
  • L'exercice sous toutes ses formes est important. Il peut s'agir de jogging, de marche ou de natation. Une activité physique régulière renforce le corps et le psychisme et contribue ainsi à soulager la douleur.

Ad

Ad

Ton assistant personnel en matière de médicaments

Médicaments

Consultez ici notre vaste base de données de médicaments de A à Z, avec leurs effets et leurs ingrédients.

Substances

Toutes les substances actives avec leur application, leur composition chimique et les médicaments dans lesquels elles sont contenues.

Maladies

Causes, symptômes et options de traitement pour les maladies et blessures courantes.

Le contenu indiqué ne remplace pas la notice originale du médicament, notamment en ce qui concerne le dosage et l'effet des différents produits. Nous ne pouvons assumer aucune responsabilité quant à l'exactitude des données, car les données ont été en partie converties automatiquement. Un médecin doit toujours être consulté pour les diagnostics et autres questions de santé. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet ici.

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify.