Lésion cérébrale traumatique

Lésion cérébrale traumatique
Classification internationale (CIM) S06.-

Principes de base

Un traumatisme cranio-cérébral survient au cours d'une violence externe et entraîne une lésion du cerveau.

La fonction du crâne postérieur est de protéger le cerveau des blessures en l'enfermant. À sa base, le crâne est relié à la colonne cervicale. Le crâne de la face antérieure porte l'orbite de l'œil, ainsi que les mâchoires supérieure et inférieure.

Une grande partie des fractures du crâne peuvent entraîner des lésions cérébrales. D'autre part, les commotions ou les contusions cérébrales peuvent également se produire sans conséquences. Néanmoins, les lésions cérébrales graves peuvent également entraîner des hémorragies dans le tissu cérébral sous-jacent ou des contusions cérébrales.

Les effets les plus graves d'une lésion cérébrale traumatique sont les hémorragies dans le cerveau. Cela peut se produire immédiatement après la blessure, ou être retardé jusqu'à 48 heures. Pour cette raison, les patients souffrant de traumatismes crâniens doivent être surveillés et traités comme des patients hospitalisés.

Selon les estimations, 332 personnes sont victimes d'un traumatisme crânien chaque année en Allemagne. La plupart du temps, ces blessures ne sont pas trop graves, mais beaucoup de personnes touchées succombent à leurs graves conséquences. En particulier au début de l'âge adulte, les lésions cranio-cérébrales figurent parmi les causes les plus fréquentes de décès.

Causes

La cause d'un traumatisme cranio-cérébral est une force extérieure, comme un coup ou une chute. Les os du crâne peuvent se briser et, par conséquent, le cerveau peut être blessé. Dans ce cas, on parle d'un traumatisme craniocérébral au sens médical du terme.

Symptômes

Outre les maux de tête, un certain nombre d'autres symptômes peuvent indiquer une lésion cérébrale traumatique :

  • Troubles de la conscience allant de la somnolence à la perte de conscience.
  • Désorientation
  • Confusion
  • Troubles émotionnels tels que l'agressivité
  • Nausées et vomissements
  • Troubles visuels
  • Vertiges violents
  • Crises épileptiques

Les médecins divisent les lésions cérébrales traumatiques (TCM) en trois étapes :

  • Lésion cérébrale traumatique légère (LCT1) : perte de conscience brève (quelques secondes à 30 minutes au maximum, perte de mémoire pour la période suivant l'événement durant moins de 60 secondes), les effets tardifs sont peu probables.
  • Lésion cérébrale traumatique modérée (SHT2) : perte de connaissance pendant plus de 30 minutes, les effets tardifs sont également rares ici.
  • Lésion cérébrale traumatique grave (SHT3) : inconscience prolongée, des effets tardifs sont à prévoir.

Plus de 90 % des lésions cranio-cérébrales sont de forme légère (SHT1). En outre, le score sur l'échelle de coma de Glasgow (GCS) détermine la gravité de la lésion cérébrale traumatique. Dans ce classement, la personne concernée reçoit un certain nombre de points pour certaines réactions dont elle est capable lors de l'examen d'orientation sur le lieu de l'accident. Les réactions typiques sont les suivantes :

  • Ouverture des yeux
  • Réaction aux stimuli de la douleur
  • Les énoncés verbaux

À la fin, les points sont additionnés. Le meilleur score pouvant être atteint est de 15, le pire de 3. Les lésions cérébrales traumatiques légères ont généralement un score GCS de 13 à 15 (modéré : 9 à 12, grave : 5 à 8). Aujourd'hui, on distingue également un quatrième stade dans les lésions cranio-cérébrales, qui décrit les cas les plus graves (valeur GCS 3-4).

Chez ces patients, qui sont généralement inconscients, les réflexes pupillaires manquent au début ou sont nettement plus lents. En général, on peut supposer que ces patients présentent des lésions importantes du tronc cérébral, qui est responsable du contrôle de la respiration et de la circulation, entre autres choses.

Diagnostic

Les patients présentant un traumatisme cranio-cérébral doivent recevoir une clarification neurologique et chirurgicale immédiate. Les services d'urgence des hôpitaux sont des institutions appropriées pour cela.

Si la suspicion d'un traumatisme cranio-cérébral est confirmée, il appartient au médecin de rechercher les circonstances qui ont provoqué l'accident. Dans le meilleur des cas, les témoins de l'accident ou les ambulanciers sont interrogés. L'objectif est de reconstituer le déroulement de l'accident de la manière la plus réaliste possible afin d'avoir une idée de la durée de l'inconscience de la personne blessée.

L'étendue des fractures osseuses plus importantes du crâne, surtout si les fragments individuels sont déplacés les uns contre les autres, peut être bien déterminée sur la base d'une radiographie. Cependant, l'examen par tomographie assistée par ordinateur (CT) est le point central de tout traumatisme cranio-cérébral, car c'est le seul moyen d'exclure d'éventuelles lésions cérébrales. Le scanner est considéré comme l'examen le plus fiable immédiatement après l'accident, car c'est le meilleur moyen de détecter les hémorragies cérébrales, les contusions et autres blessures. Toutefois, si le scanner ne révèle aucune anomalie, mais que les symptômes liés à l'accident persistent, une imagerie par résonance magnétique (IRM) sera demandée.

En plus de ces examens, le médecin prélèvera un échantillon de sang pour déterminer la quantité de plaquettes sanguines (thrombocytes) et d'autres paramètres de coagulation.

Thérapie

En cas de traumatisme craniocérébral léger, il est possible, dans certaines circonstances, de renoncer à une hospitalisation. C'est le cas si, par exemple, il n'y a qu'une courte perte de conscience (moins de 15 minutes) et une perte de mémoire de moins de 30 minutes directement après l'accident. Toutefois, les conditions préalables à ce traitement ambulatoire sont que le scanner soit sans particularité et que le patient ne se soit pas plaint depuis l'accident.

Si le patient a subi une lésion cérébrale traumatique plus grave, il doit être placé sous observation en milieu hospitalier pendant au moins 24 heures. Cela est particulièrement vrai pour les patients qui prennent également un anticoagulant, car ils présentent un risque accru d'hémorragie cérébrale tardive.

Dans de rares cas, un traitement chirurgical par un neurochirurgien est nécessaire. Ce n'est le cas qu'en cas d'hémorragie importante, afin d'éviter les hémorragies secondaires ou de soulager les tissus cérébraux environnants de la pression du sang.

Le traitement ultérieur du traumatisme cranio-cérébral dépend des dommages causés au cerveau. Les fractures ordinaires du crâne ne nécessitent pas de traitement complémentaire particulier. Les lésions cérébrales graves, en revanche, peuvent rendre indispensable l'admission dans une clinique spéciale ou un établissement de rééducation précoce.

Prévision

Si le patient ne subit qu'un traumatisme cranio-cérébral mineur, la probabilité de complications telles que des troubles de la cicatrisation, des infections ou des hémorragies secondaires est très faible. Le taux de mortalité y est également très faible.

Dans le cas d'un traumatisme cranio-cérébral grave, on ne peut cependant pas exclure des dommages permanents. Il peut s'agir de légers troubles de la personnalité ou de la mémoire, mais aussi de déficits graves, comme un coma vigile (syndrome apallique).

Ton assistant personnel en matière de médicaments

Médicaments

Consultez ici notre vaste base de données de médicaments de A à Z, avec leurs effets et leurs ingrédients.

Substances

Toutes les substances actives avec leur application, leur composition chimique et les médicaments dans lesquels elles sont contenues.

Maladies

Causes, symptômes et options de traitement pour les maladies et blessures courantes.

Le contenu indiqué ne remplace pas la notice originale du médicament, notamment en ce qui concerne le dosage et l'effet des différents produits. Nous ne pouvons assumer aucune responsabilité quant à l'exactitude des données, car les données ont été en partie converties automatiquement. Un médecin doit toujours être consulté pour les diagnostics et autres questions de santé. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet ici.

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify.