Méningite chez les bébés et les enfants

Méningite chez les bébés et les enfants

Principes de base

La méningite désigne une inflammation aiguë des méninges, qui menace principalement les personnes dont le système immunitaire est affaibli, mais aussi les nourrissons et les jeunes enfants. Elle est généralement déclenchée par une infection par des virus ou des bactéries. La vaccination est possible contre deux des agents pathogènes de la méningite, à savoir le méningocoque et le pneumocoque. Depuis 2006, la Commission permanente des vaccinations de l'Institut Robert Koch recommande la vaccination contre les méningocoques et les pneumocoques. Cette recommandation de vaccination s'applique aux enfants et est considérée comme une vaccination de base.

Si une méningite est suspectée, un traitement immédiat est particulièrement important. Les méninges entourent le cerveau et ont pour mission de le protéger des chocs mécaniques. En outre, les vaisseaux sanguins et les canaux de drainage du liquide nerveux produit dans le cerveau (liquide céphalo-rachidien) traversent cette zone. Si ces méninges sont enflammées, cela peut altérer considérablement le fonctionnement du cerveau. La température et l'équilibre hydrique sont perturbés. Pour cette raison, les effets peuvent être particulièrement graves pour les petits enfants. Dans le pire des cas, la méningite peut être mortelle. Une attention particulière doit être accordée à la méningite bactérienne, car elle peut être très grave et doit donc être traitée rapidement. Pour éviter une détection tardive, les parents doivent être capables de reconnaître les symptômes les plus importants. Il s'agit notamment de la raideur de la nuque, de la fièvre et de la sensibilité à la lumière.

La méningite est plus fréquente en hiver et au printemps. Au total, la méningite est néanmoins l'une des maladies infectieuses les plus rares en Allemagne. Actuellement, le nombre de cas est d'environ 0,5 à 5 pour 100 000 habitants. Dans les pays où les conditions d'hygiène sont moins bonnes, le nombre de maladies est considérablement plus élevé.

Causes

Bactéries :

Les agents pathogènes les plus courants de la méningite bactérienne chez les enfants sont les pneumocoques, les méningocoques et Haemophilus influenzae. Chez de nombreuses personnes, les méningocoques peuvent se trouver inaperçus dans le nasopharynx sans causer de dommages. Cependant, si la personne affectée souffre d'un système immunitaire affaibli, les bactéries se propagent facilement par la circulation sanguine et atteignent ainsi les méninges, où elles peuvent être le déclencheur de la méningite.

La méningite peut également se développer en tant que complication d'une pneumonie, d'une otite moyenne ou d'une tuberculose. Un autre facteur de risque est une fracture de la base du crâne, qui permet aux bactéries d'atteindre facilement les méninges ou le cerveau depuis l'extérieur.

Les méningocoques, qui sont transmis par gouttelettes, sont considérés comme particulièrement infectieux. Cela se produit, par exemple, en toussant, en éternuant ou en parlant. Les lieux où de nombreuses personnes se réunissent dans un espace restreint, comme les jardins d'enfants ou les écoles, sont particulièrement menacés.

Chez les nouveau-nés, on peut généralement supposer que d'autres bactéries, telles que les streptocoques (Streptococcos agalactiae), Escherichia coli et Proteus mirabilis, provoquent la méningite.

Les virus :

La méningo-encéphalite estivale précoce (FSME) est transmise par des virus. Le risque d'infection est particulièrement élevé dans les zones épidémiques densément boisées, de mars à novembre. Les enfants doivent être vaccinés dans tous les cas, car ils sont très souvent victimes de morsures de tiques.

Symptômes

La méningite peut présenter tous ses symptômes en quelques jours. Dans certains cas, cela peut également se produire en quelques heures.

Les symptômes caractéristiques sont les suivants :

  • Maux de tête
  • Raideur de la nuque
  • Sensibilité à la lumière
  • Sensibilité au toucher
  • Sensibilité à la douleur

Toutefois, ces caractéristiques ne doivent pas nécessairement se produire. Les nourrissons présentent souvent d'autres symptômes, qui peuvent inclure des douleurs abdominales, des troubles de la parole et/ou des vomissements.

D'autres signes peuvent être

  • Fièvre élevée
  • Manque d'enjouement, perte d'appétit
  • Fatigue, somnolence, pouvant aller jusqu'à la confusion ou l'inconscience
  • Crises épileptiques
  • Éruption cutanée, qui peut se manifester par des taches ou des points rouge vif ou foncé (pétéchies).

Chez les bébés, les autres symptômes sont les suivants :

  • Refus soudain de s'alimenter
  • Sautes d'humeur
  • Pleurs aigus et stridents
  • Somnolence et apathie manifestes
  • Fente osseuse bombée dans le crâne de l'enfant (fontanelle).

Si ces symptômes apparaissent, il faut consulter immédiatement un médecin.

Diagnostic

Il existe souvent des symptômes très clairs qui suggèrent une méningite. Ces symptômes comprennent une raideur du cou (méningisme), des maux de tête, une sensibilité à la lumière et au toucher.

Ponction lombaire :

Pour diagnostiquer une méningite, le médecin prélève du liquide céphalorachidien (LCR). Cette opération s'effectue à l'aide d'une aiguille fine, qui est utilisée pour aspirer une petite quantité de liquide céphalo-rachidien dans le canal rachidien. Cet échantillon est ensuite examiné à la recherche de bactéries, de virus et de signes d'inflammation. Cet examen peut ne pas être totalement indolore. Des patchs d'anesthésie locale sont utilisés pour atténuer la douleur.

Analyse de sang :

Pour identifier également les bactéries et les signes d'inflammation, un échantillon de sang est prélevé pour être analysé en laboratoire. Une fois l'échantillon de sang prélevé, la réponse immunitaire du sang et du LCR est comparée. Si des anticorps contre un certain pathogène sont trouvés dans les deux fluides, la cause peut être déterminée avec certitude. Pour certains agents pathogènes, tels que les méningocoques, la méthode de détection particulièrement rapide de la réaction en chaîne par polymérase (PCR) peut également être utilisée.

Examens complémentaires :

Si l'on soupçonne qu'un enfant souffre d'une méningo-encéphalite, c'est-à-dire que les méninges et le tissu cérébral sont tous deux touchés, on procède également à une tomographie par ordinateur (CT) ou à une imagerie par résonance magnétique (IRM). Cela permet de détecter à temps d'éventuelles complications telles qu'un gonflement du cerveau (œdème cérébral), des troubles du drainage des ventricules cérébraux (hydrocéphalie) ou des abcès.

Thérapie

Méningite bactérienne :

Même si la suspicion de méningite n'est pas encore confirmée, une antibiothérapie doit être administrée immédiatement. Cela devrait durer huit à dix jours. Si les résultats de laboratoire fournissent une confirmation claire, le patient est traité à l'hôpital pendant sept à 14 jours supplémentaires.

Si l'agent pathogène responsable n'a pas encore été isolé, le traitement consiste généralement en une combinaison de plusieurs antibiotiques. Une fois que l'agent pathogène a été identifié et que sa sensibilité aux antibiotiques a été testée, le traitement peut être poursuivi avec un seul antibiotique qui est le plus efficace contre l'agent pathogène en question.

Dans la plupart des cas, on peut supposer une faible probabilité d'effets secondaires lors de l'administration d'antibiotiques. Cependant, des réactions d'intolérance telles que des démangeaisons, des diarrhées et des irritations locales au niveau de l'aiguille de perfusion peuvent parfois survenir.

La méningite virale :

En général, on peut supposer que l'évolution de la méningite virale est plus légère. Elle n'est donc pas traitée par des antibiotiques, car cette méthode ne permet pas de lutter contre les virus. En fonction des symptômes et du virus, des analgésiques et des médicaments pour faire baisser la fièvre peuvent être utilisés. Néanmoins, les enfants atteints de méningite virale doivent rester en observation à l'hôpital afin de traiter les complications à un stade précoce.

Prévision

Méningite bactérienne :

Si la méningite est reconnue et traitée à temps, il y a de bonnes chances de guérison dans la plupart des cas. Toutefois, cela dépend du type d'agent pathogène et du délai entre les premiers symptômes et le début de l'antibiothérapie. Une fois que l'enfant a survécu à la méningite, un suivi doit être assuré.

Contrairement à la méningite bactérienne, la méningite virale est plutôt rare. Sans traitement, la méningite bactérienne entraîne souvent la mort. Même avec un traitement opportun, jusqu'à dix pour cent des enfants et des adultes meurent de cette maladie, car elle peut se développer très rapidement dans certains cas. Chez les nourrissons, la situation est aggravée par le fait que les symptômes ne sont souvent pas clairement identifiables et que le traitement ne commence donc que plus tard.

La méningite virale :

Chez l'enfant, la méningite causée par un virus évolue généralement de façon plus bénigne que la méningite bactérienne.

L'un des dangers de la méningite est le passage à l'encéphalite (inflammation du cerveau). Cela peut laisser des dommages permanents à l'audition et au cerveau de l'enfant. Elle peut également entraîner des crises d'épilepsie et, dans le pire des cas, la mort. Les dommages permanents peuvent également entraîner des handicaps physiques ou mentaux chez l'enfant.

Prévention

Afin de contrer la méningite et d'autres maladies infectieuses, il est important de s'assurer que le système immunitaire de l'enfant n'est pas affaibli pendant une longue période. Cela peut être le cas, par exemple, si l'enfant a une mauvaise alimentation ou a contracté une infection grippale. Il est donc important d'avoir une alimentation équilibrée et riche en vitamines et de toujours soigner les petites maladies.

Depuis 2006, la Commission permanente des vaccinations (STIKO) de l'Institut Robert Koch recommande les vaccinations méningococcique et pneumococcique pour les enfants comme vaccination de base. Dès l'âge de trois ans, les enfants peuvent également être vaccinés contre l'Haemophilus influenzae de type b (Hib).

Après la première année de vie, la vaccination contre la méningo-encéphalite estivale précoce (FSME), qui peut être transmise par les tiques, est également une option. Les personnes qui vivent dans des régions où l'encéphalopathie spongiforme bovine est répandue doivent être vaccinées.

Si un cas de méningite est connu dans le voisinage, il faut éviter tout contact avec des personnes potentiellement infectées. Les infections à méningocoques doivent être signalées et isolées. Si une méningite a été diagnostiquée, les parents, les membres de la famille proche et les amis reçoivent également des antibiotiques à avaler (chimioprophylaxie), comme la rifampicine, qui est également efficace contre les pneumocoques.

Ton assistant personnel en matière de médicaments

Médicaments

Consultez ici notre vaste base de données de médicaments de A à Z, avec leurs effets et leurs ingrédients.

Substances

Toutes les substances actives avec leur application, leur composition chimique et les médicaments dans lesquels elles sont contenues.

Maladies

Causes, symptômes et options de traitement pour les maladies et blessures courantes.

Le contenu indiqué ne remplace pas la notice originale du médicament, notamment en ce qui concerne le dosage et l'effet des différents produits. Nous ne pouvons assumer aucune responsabilité quant à l'exactitude des données, car les données ont été en partie converties automatiquement. Un médecin doit toujours être consulté pour les diagnostics et autres questions de santé. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet ici.

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify.