Syphilis

Syphilis
Classification internationale (CIM) A53.-

Principes de base

La syphilis est une maladie sexuellement transmissible (MST) causée par une bactérie, qui est due à l'agent pathogène Treponema pallidum. Dans les milieux médicaux, la syphilis est parfois aussi appelée lues venerea, mais certaines personnes connaissent aussi la maladie sous le nom de chancre dur ou maladie française.

Une caractéristique typique de la syphilis est que la maladie évolue en plusieurs étapes. A l'époque où il n'y avait pas d'antibiotiques, le dernier (=4ème) stade était particulièrement redouté, car il provoque des lésions du système nerveux. Aujourd'hui, cependant, la syphilis peut être bien contrôlée par une thérapie antibiotique. Toutefois, si la maladie n'est pas traitée, elle peut entraîner des dommages conséquents, voire la mort.

Dans les années 1990, les cas de syphilis ont fortement diminué car de nombreuses personnes se sont protégées de manière adéquate lors des rapports sexuels par crainte d'une infection par le VIH. Ces dernières années, cependant, la protection lors des rapports sexuels a été de plus en plus négligée, de sorte que les taux d'infection par les IST ont à nouveau augmenté.

Le pic de la maladie se situe entre 30 et 40 ans, et les hommes sont plus fréquemment touchés par la syphilis que les femmes. Toute infection par l'agent pathogène de la syphilis fait l'objet d'une notification obligatoire au département de la santé publique.

Causes

La syphilis est causée par une infection par la bactérie Treponema pallidum. L'agent pathogène est transmis lors de rapports sexuels non protégés. La bactérie forme de petits ulcères dans la zone génitale, qui sont à leur tour des sources de transmission. Toutefois, Treponema pallidum peut également être transmis par d'autres formes de contact sexuel, comme le sexe anal ou oral. Le risque de contracter la syphilis augmente considérablement chez les personnes qui changent fréquemment de partenaires sexuels.

Les femmes peuvent également infecter leur enfant en pleine croissance par le biais du placenta pendant la grossesse. Si le fœtus est infecté pendant la grossesse, cela peut conduire à une syphilis dite connatale, qui se traduit par une fausse couche ou des malformations congénitales.

Il n'est pas possible de transmettre la syphilis par le biais de toilettes, de piscines ou d'ustensiles de cuisine contaminés, ni par le biais de l'approvisionnement en sang.

Symptômes

La syphilis, si elle n'est pas traitée de manière adéquate, a une évolution typique de la maladie, qui est divisée en quatre stades. Les premier et deuxième stades sont regroupés sous le nom de syphilis précoce, les troisième et quatrième stades ensemble sont appelés syphilis tardive.

Stade primaire (1er stade)

La période d'incubation, c'est-à-dire le délai entre l'infection et l'apparition des premiers symptômes, peut être comprise entre 10 et 90 jours. Après cette période d'incubation, un ulcère peut devenir visible sur le site de la peau ou de la muqueuse où l'agent pathogène a précédemment pénétré. On l'appelle aussi l'effet primaire ou le chancre dur. La syphilis étant transmise par les rapports sexuels dans la plupart des cas, ces ulcères se trouvent généralement sur le pénis ou le vagin. Si un ulcère apparaît dans la zone intime, il faut toujours envisager la syphilis. Cependant, un tel ulcère peut également se trouver dans l'intestin après un rapport anal et dans la bouche après un rapport oral.

Il s'agit d'un ulcère rougi qui sécrète généralement une sécrétion très infectieuse. Par la suite, les ganglions lymphatiques voisins sont touchés par l'infection, qui se manifeste par un gonflement de ceux-ci. Même sans traitement antibiotique, l'ulcère guérit généralement au bout de quelques semaines.

Stade secondaire (stade 2)

Ce stade, qui survient environ trois à six semaines après les premiers symptômes, se caractérise par des symptômes non spécifiques, tels que l'augmentation de la température corporelle, la fatigue et des douleurs aux membres et à la tête. En outre, de nombreux ganglions lymphatiques peuvent gonfler sur tout le corps. Après deux semaines supplémentaires, une éruption cutanée apparaît, qui présente d'abord des taches tendres et faiblement rougies. Par la suite, ces taches se transforment en nodules grossiers et sombres, que l'on appelle aussi peupliers. Les peupliers particulièrement grands sont appelés condylomata lata, qui peuvent éclater et ainsi sécréter de grandes quantités de sécrétion infectieuse. Dans certains cas, ces lésions de syphilis sont également visibles sur la muqueuse de la bouche ou de la zone génitale. La perte de cheveux est également observée dans de très rares cas.

Ces modifications de la peau et des muqueuses régressent au bout de quatre mois maximum, mais sans traitement adéquat, elles peuvent réapparaître de manière récurrente dans les deux ans.

Phase latente

Après les stades de la syphilis précoce, la maladie peut devenir sessile chez de nombreuses personnes atteintes. Toutefois, à partir de la phase de latence, la maladie peut réapparaître après une longue période et conduire à la syphilis dite tardive. Même dans la phase de latence de la syphilis, les bactéries sont toujours présentes dans le corps de la personne infectée, c'est pourquoi il existe également un risque d'infection à ce moment-là. Cependant, plus le temps passe sans que les symptômes n'apparaissent, moins il y a de risque d'infecter d'autres personnes.

Stade tertiaire (3ème stade)

Environ trois à cinq ans après les symptômes locaux (ulcères, gonflement des ganglions lymphatiques), la maladie peut prendre une tournure systémique. Différents organes du corps sont touchés, comme les vaisseaux sanguins, les voies respiratoires, le tube digestif, les muscles et les os. En outre, des nœuds durcis semblables à du caoutchouc, appelés gommes (singulier : gumma), se forment dans les organes touchés.

Ces nodules peuvent s'ouvrir et causer des dommages aux tissus environnants. Si de tels gommages se produisent dans la zone de l'aorte (artère principale), cela peut entraîner un renflement des parois du vaisseau (anévrisme), qui peut mettre la vie en danger.

Neurolues (4e étape)

Si la syphilis continue à être traitée de manière inadéquate, la maladie atteint un stade de dix à vingt ans après son apparition, où le système nerveux est gravement endommagé. Dans environ 25 % des cas, il y a une inflammation persistante du cerveau (syphilis cerebrospinalis), qui entraîne une perte régulière des capacités cérébrales et finalement une démence.

La syphilis peut également affecter la moelle épinière ainsi que les racines nerveuses et les nerfs qui en émergent. Au début, cela se manifeste par une douleur intense, puis la destruction des nerfs entraîne une perte de la perception de la douleur et de la température. Les fonctions organiques qui sont contrôlées par le système nerveux autonome (inconscient) peuvent également être altérées. Par exemple, le contrôle de la miction et de la défécation peut être perturbé. En outre, les personnes atteintes ont des problèmes de coordination lors de la marche. Dans le pire des cas, la maladie peut entraîner une paralysie.

Toutefois, ce stade de la syphilis n'est plus observé dans les pays occidentaux, la maladie étant facilement traitable par des antibiotiques.

Diagnostic

Dans un premier temps, le médecin traitant posera des questions sur les symptômes et l'évolution de la maladie (anamnèse) et procédera à un examen physique. En cas de suspicion de syphilis, il effectuera un frottis sur le site de l'infection et prélèvera du sang. Une culture bactérienne peut être préparée à partir du sang et du frottis, ce qui permet de détecter l'agent pathogène. En cas de suspicion de syphilis, il convient également de vérifier si d'autres IST sont présentes.

-Dans le cas de la syphilis précoce (1er et 2e stades), l'agent pathogène peut être détecté directement en prélevant un frottis au site de l'infection ou de l'ulcère et en examinant le frottis au microscope.

L'examen de l'échantillon de sang permet de détecter les anticorps dirigés contre l'agent pathogène de la syphilis. La réaction en chaîne par polymérase (PCR) permet de vérifier si l'ADN de la bactérie est présent dans le sang.

Si les neurolues sont déjà présentes, une ponction de la moelle épinière avec examen du liquide céphalo-rachidien (LCR) est généralement effectuée.

Au début d'une grossesse, chaque femme est aujourd'hui systématiquement testée pour la syphilis, ce qui signifie que l'infection du nouveau-né est désormais rare.

Thérapie

Antibiotiques

La syphilis peut être bien traitée par une thérapie antibiotique. La durée de l'administration des antibiotiques est principalement déterminée par l'évolution et la durée de la maladie et l'état du patient.

Les stades de la syphilis précoce (stade 1 et 2) sont généralement traités par la pénicilline pendant environ 14 jours. La pénicilline de dépot, qui est injectée dans le muscle (intramusculaire) une ou deux fois, est particulièrement adaptée. Si la maladie a déjà évolué vers une syphilis tardive, une thérapie de trois semaines est généralement nécessaire. Une thérapie de cette durée peut s'accompagner d'effets secondaires de type grippal.

Si la syphilis a déjà atteint le stade des neurolues, une forte dose de pénicilline est nécessaire.

Si la personne concernée est allergique à la pénicilline, l'érythromycine, la doxycycline ou la tétracycline peuvent être administrées en remplacement.

Traitement du partenaire

La syphilis se transmettant par les rapports sexuels, il est nécessaire de vérifier que le partenaire de la personne infectée n'est pas lui aussi infecté. En outre, les personnes atteintes de syphilis et se trouvant au stade primaire doivent contacter tous leurs partenaires sexuels des trois derniers mois et les informer d'une possible infection.

Si le diagnostic n'est posé qu'au stade secondaire, la personne atteinte devrait même informer ses partenaires sexuels des deux dernières années.

L'importance de faire tester ses partenaires sexuels pour détecter une éventuelle infection est soulignée par les résultats d'études qui ont montré un taux d'infection de plus de 50 % des partenaires sexuels.

Examens de suivi

Après un traitement réussi de la syphilis, des examens de suivi avec des échantillons de sang doivent être effectués à intervalles mensuels pendant les trois premiers mois. En outre, d'autres examens de suivi sont recommandés après six mois et après un an. Ensuite, il faut se rendre chez le médecin au moins une fois par an pour un examen de suivi.

Après le traitement de la syphilis précoce, les analyses de sang permettent généralement de suivre l'évolution de la maladie. Toutefois, si la maladie n'a été détectée et traitée qu'au stade de la syphilis tardive, les tests sanguins ne fournissent pas toujours des résultats fiables, raison pour laquelle un test de cardiolipine doit être effectué dans ces cas.

Prévision

Le pronostic de la maladie est essentiellement déterminé par le stade de la maladie au moment du diagnostic et par le succès du traitement. Si les stades primaire et secondaire de la syphilis peuvent également guérir sans traitement médicamenteux, un traitement médical est absolument nécessaire pour les stades de la syphilis tardive, faute de quoi des dommages graves et permanents peuvent survenir.

Dans la plupart des cas, les dommages consécutifs irréversibles peuvent être évités par un traitement efficace, mais si la maladie a déjà atteint le stade des neurolues au début du traitement, les perspectives de guérison sont généralement faibles, même avec une antibiothérapie conséquente.

Prévention

Certaines mesures peuvent être prises pour prévenir l'infection par l'agent pathogène de la syphilis. L'une des mesures préventives les plus importantes est l'utilisation de préservatifs lors des rapports sexuels. En particulier, les personnes qui changent fréquemment de partenaire sexuel doivent accorder une attention particulière à une protection efficace lors des rapports sexuels. Bien que le risque de contracter la syphilis puisse être fortement réduit par des rapports sexuels protégés, il est également possible, dans de rares cas, que l'agent pathogène soit transmis par un baiser ou un simple contact.

Si vous pensez avoir été infecté par la syphilis, il est conseillé de consulter un médecin. Cela doit être fait le plus tôt possible, car un bon pronostic ne peut être obtenu que par un traitement rapide. Il est également important de se rappeler que votre ou vos partenaires sexuels doivent également être examinés et traités.

Les femmes enceintes sont systématiquement testées pour la maladie dans le cadre du passeport mère-enfant. Si la femme enceinte est réellement infectée par l'agent pathogène, des mesures spéciales peuvent largement empêcher la transmission au fœtus.

Ton assistant personnel en matière de médicaments

Médicaments

Consultez ici notre vaste base de données de médicaments de A à Z, avec leurs effets et leurs ingrédients.

Substances

Toutes les substances actives avec leur application, leur composition chimique et les médicaments dans lesquels elles sont contenues.

Maladies

Causes, symptômes et options de traitement pour les maladies et blessures courantes.

Le contenu indiqué ne remplace pas la notice originale du médicament, notamment en ce qui concerne le dosage et l'effet des différents produits. Nous ne pouvons assumer aucune responsabilité quant à l'exactitude des données, car les données ont été en partie converties automatiquement. Un médecin doit toujours être consulté pour les diagnostics et autres questions de santé. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet ici.

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify.