Un régime anti-inflammatoire peut-il aider à lutter contre la polyarthrite rhumatoïde ?

Gros plan d'un examen médical : une femme d'âge moyen souffrant d'arthrite montre ses mains à une femme médecin.

Ad

La polyarthrite rhumatoïde est l'une des maladies articulaires inflammatoires les plus fréquentes au monde, puisqu'elle touche environ 134 000 personnes chaque année dans l'UE. Les personnes concernées signalent toutefois un soulagement des symptômes grâce à certaines habitudes alimentaires. En l'absence d'études cliniques sur le sujet, les chercheurs ont examiné si une alimentation anti-inflammatoire avait un effet positif sur l'activité de la maladie chez les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde à traiter.

Examen médical avec une femme âgée qui montre ses mains au médecin.

shutterstock.com / NAR studio

La polyarthrite rhumatoïde :

La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une maladie auto-immune chronique qui évolue par poussées chez de nombreuses personnes. Cette maladie inflammatoire affecte les articulations et les personnes traitées souffrent d'une diminution de leur capacité fonctionnelle, de douleurs et de raideurs. L'une des méthodes de traitement actuelles repose sur l'immunosuppression, qui vise à prévenir une destruction supplémentaire des articulations et à soulager les symptômes. Cependant, toutes les personnes concernées ne peuvent pas obtenir une diminution durable de la douleur.

Certains patients se renseignent également auprès de leur médecin traitant afin d'obtenir certaines recommandations concernant leur alimentation. Selon les études menées à l'aide de questionnaires alimentaires, les personnes traitées font état d'une amélioration ou d'une aggravation des symptômes de la maladie en fonction des aliments consommés. Par exemple, des études antérieures ont rapporté que la viande rouge et les boissons alcoolisées pouvaient aggraver les symptômes de la PR. En revanche, le poisson et les baies pourraient améliorer l'activité de la maladie. Alors que ces études se concentrent sur des aliments spécifiques, il n'existe que peu d'analyses qui ont examiné l'ensemble d'une alimentation anti-inflammatoire.

Les chercheurs de l'étude actuelle ADIRA (en anglais : Anti-inflammatory Diet in Rheumatoid Arthritis) visent avec cette étude un portefeuille alimentaire comprenant des acides gras n-3, des fibres alimentaires et des probiotiques, qui peut compléter un traitement pharmacologique de la PR afin de pouvoir continuer à réduire l'activité de la maladie.

Conception suédoise de l'étude :

L'étude croisée en simple aveugle, publiée en 2020 dans la revue spécialisée The American Journal of Clinical Nutrition, a porté sur 50 patients* chez qui une polyarthrite rhumatoïde avait été diagnostiquée. Ces personnes ont été réparties au hasard en deux groupes pendant 10 semaines. Le premier groupe a suivi un régime d'intervention avec des aliments anti-inflammatoires recommandés, tandis que le groupe de contrôle a suivi un régime de contrôle correspondant à une alimentation moyenne en Suède. Après cette période, une phase de lavage de 4 mois a été effectuée. Ensuite, les participants au groupe ont changé de régime alimentaire.

Chaque semaine, des aliments représentant environ 50 % des besoins énergétiques quotidiens ont été livrés à domicile - pour le reste des repas, les participants devaient consommer de manière autonome le même type d'aliments que ceux pour lesquels ils avaient été répartis à ce moment-là. Les aliments ont été livrés chaque semaine au domicile des participants* par une chaîne de magasins d'alimentation à l'heure/au jour de leur choix. Ils ne devaient pas consommer de compléments alimentaires, sauf s'ils étaient prescrits par un médecin.

Selon les chercheurs, l'objectif principal était de modifier les valeurs d'activité de la maladie dans le système d'évaluation quantitative DAS28 (c.-à-d. Disease Activity Score 28), qui a été développé et validé par l'EULAR (c.-à-d. The European League Against Rheumatism). Le résultat final secondaire était les changements dans les différentes composantes du DAS28, comme les articulations douloureuses et gonflées, le taux de sédimentation articulaire et l'état de santé subjectif.

Pour participer à l'étude, une lettre d'invitation a été envoyée à tous les participants du SRG (c'est-à-dire le registre suédois de qualité en rhumatologie) âgés de 18 à 75 ans et souffrant de la maladie depuis plus de deux ans dans la région de Göteborg. Les critères d'exclusion étaient les suivants :

  • allergies ou intolérances alimentaires aux aliments inclus dans l'étude
  • autres maladies graves
  • grossesse ou allaitement

Le régime d'intervention, d'environ 1100 kcal/d, se composait de :

  • petit déjeuner(produits laitiers maigres, céréales complètes, grenade, myrtille, noix et jus 5x/semaine avec probiotiques comme Lactobacillus plantarum 299v)
  • 1x collation(fruit)
  • 1x plat principal(3-4x/semaine poisson, généralement du saumon et 1-2x/semaine végétarien avec légumineuses, pommes de terre, céréales complètes, légumes, yaourt et épices).

Les dispositions suivantes s'appliquaient aux aliments non fournis :

  • Consommation de viande 3x/semaine au maximum
  • Au moins 5 portions de fruits, baies ou légumes par jour (avec les produits livrés)
  • Utiliser de l'huile/margarine pour la cuisson
  • Utiliser des produits laitiers pauvres en matières grasses et des céréales complètes.

Des résultats significatifs ?

L'analyse principale portant sur les participants* ayant suivi la période de régime au moins une fois n'a pas montré de différence particulière dans le DAS28 entre les deux groupes. Cependant, l'analyse non ajustée a montré chez les participants* des deux périodes de régime que le DAS28 a diminué de manière significative pendant la période de régime et qu'il était nettement plus bas après l'intervention qu'après la période de contrôle.

Conclusion :

Selon l'analyse de cette étude, l'analyse principale n'a pas montré de minimisation cliniquement significative du DAS28 ou de ses parties avec un régime d'intervention comprenant des aliments ayant éventuellement des caractéristiques anti-inflammatoires par rapport à un régime suédois classique. Cependant, une analyse non ajustée a montré qu'une amélioration était significative au cours de la période d'étude et dans les résultats finaux de chaque période de régime. Selon les chercheurs, ces résultats indiquent un effet positif d'une éventuelle alimentation anti-inflammatoire comme thérapie de soutien chez les patients en ce qui concerne l'activité de la maladie chez les personnes atteintes de PR.

Quoi qu'il en soit, d'autres études cliniques plus précises sont nécessaires pour pouvoir constater clairement des améliorations précises et cliniquement significatives de l'activité de la maladie chez les personnes atteintes de PR.

Auteur

Danilo Glisic

Dernière mise à jour

07.02.2022

Ad

Partager

Ad

Ton assistant personnel en matière de médicaments

Médicaments

Consultez ici notre vaste base de données de médicaments de A à Z, avec leurs effets et leurs ingrédients.

Substances

Toutes les substances actives avec leur application, leur composition chimique et les médicaments dans lesquels elles sont contenues.

Maladies

Causes, symptômes et options de traitement pour les maladies et blessures courantes.

Le contenu indiqué ne remplace pas la notice originale du médicament, notamment en ce qui concerne le dosage et l'effet des différents produits. Nous ne pouvons assumer aucune responsabilité quant à l'exactitude des données, car les données ont été en partie converties automatiquement. Un médecin doit toujours être consulté pour les diagnostics et autres questions de santé. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet ici.

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify.