Un test d'urine pour détecter le cancer de l'utérus ?

Medikamio Hero Image

Ad

Avec environ 12 000 nouveaux cas par an, le cancer de l'utérus est l'un des cancers les plus fréquents chez les femmes en Allemagne. Actuellement, les femmes sont examinées à l'intérieur de l'utérus à l'aide d'un télescope étroit. 31% d'entre eux rencontrent des difficultés techniques ou une douleur insupportable - et doivent donc répéter la procédure. C'est pourquoi des chercheurs britanniques ont maintenant mis au point une méthode de diagnostic simple et non invasive.

Illustration d'un utérus humain.

shutterstock.com / Anatolir

Le cancer de l'utérus expliqué :

L'utérus, également appelé matrice, est un organe musculaire creux. Par sa forme, il ressemble à une poire renversée et se divise comme suit :

  • Cavité utérine (Cavum uteri) : intérieur plat de l'utérus.
  • Corps de l'utérus (corpus uteri) : Les deux tiers supérieurs de l'utérus. Dans la partie la plus haute se trouve ce que l'on appelle le dôme (fundus uteri).

Lecancer de l'utérus, également appelé carcinome utérin (ou carcinome du corps), se développe dans la partie supérieure de l'utérus et est une tumeur maligne du corps utérin. Il se développe presque exclusivement à partir de l'endomètre, la muqueuse située à l'intérieur de l'utérus, et non à partir de la couche musculaire, comme c'est le cas pour de nombreux autres types de cancer. Le carcinome utérin est considéré comme le quatrième cancer le plus fréquent chez les femmes - l'âge moyen d'apparition étant d'environ 68 ans. La plupart des diagnostics sont posés pendant la ménopause, car des changements se produisent dans la muqueuse pendant cette période, et des cellules individuelles peuvent se transformer en cellules cancéreuses par mutation. C'est pourquoi le terme de carcinome de l'endomètreest utilisé dans la terminologie technique.

Le carcinome de l'endomètre se manifeste généralement par des saignements - dits post-ménopausiques. (Attention : à l'inverse, seuls 5 à 10 % des saignements post-ménopausiques sont à l'origine d'un carcinome utérin). Actuellement, les tumeurs malignes sont diagnostiquées par échographie transvaginale, hystéroscopie ambulatoire (c'est-à-dire des procédures utilisant un télescope étroit à l'intérieur de l'utérus) et biopsie de l'endomètre. En raison d'un échec technique ou de douleurs insupportables, jusqu'à 31 % des femmes doivent répéter l'examen sous anesthésie générale.

Test non invasif :

Dans ce contexte, il est particulièrement important d'effectuer des examens de dépistage réguliers afin de pouvoir détecter et traiter une éventuelle tumeur à un stade précoce. Pour faciliter la détection précoce, il est donc urgent de mettre en place de nouvelles stratégies permettant une hystérectomie curable (c'est-à-dire l'ablation chirurgicale partielle ou totale de l'utérus) chez les femmes atteintes de maladies agressives.

Actuellement, des millions de femmes sans cancer de l'endomètre subissent chaque année ces tests invasifs, ce qui entraîne des conséquences financières pour les prestataires de soins et des coûts personnels pour les femmes. C'est pourquoi les chercheurs ont maintenant créé un test simple, facile à administrer et non invasif pour dépister les femmes atteintes d'un cancer de l'utérus, alors que la majorité des femmes en bonne santé verraient leur incertitude levée par ce test.

L'analyse de l'université de Manchester, publiée dans la revue Nature Communications, décrit le test non invasif, qui peut être réalisé par les femmes à domicile. Elle consiste à diagnostiquer le carcinome en prélevant un échantillon d'urine ou de vagin sous microscope.

Nouvelle étude :

Au total, 216 femmes ont participé à cette étude. 103 d'entre elles avaient un carcinome utérin connu ou suspecté et 113 présentaient encore des saignements post-ménopausiques inexpliqués. L'âge moyen était de 61 ans et leur IMC de 30 kg/m2. Les femmes atteintes d'un cancer de l'endomètre avaient en moyenne 68,5 ans, tandis que le groupe souffrant de saignements post-ménopausiques enregistrait une moyenne de 58 ans.

Des résultats prometteurs :

La nouvelle procédure de test a permis d'identifier 91,7 % des femmes atteintes d'un cancer de l'utérus. La proportion de personnes sans cancer de l'utérus dont le test était négatif avec le nouveau test était de 88,9 %.

Selon l'étude, ces résultats montrent que les cellules cancéreuses utérines peuvent être détectées dans des échantillons d'urine et de vagin à l'aide d'un microscope. En conséquence, les femmes dont le test est positif peuvent être orientées vers une analyse diagnostique, tandis que celles dont le test est négatif ne nécessitent pas de chirurgie invasive. Puisque l'on sait déjà que le cancer de l'utérus libère des cellules malignes à travers le col de l'utérus dans les voies génitales inférieures, ces cellules peuvent être recueillies par rinçage ou à partir d'échantillons d'urine collectés par l'intéressé. La procédure connue sous le nom de cytologie pour tester les cellules pourrait être une méthode utile, car l'expertise et l'infrastructure nécessaires pour le faire sont généralement déjà disponibles dans les établissements de santé. Les chercheurs estiment que ce nouveau test est une solution simple et facile à administrer qui pourrait être utilisée comme méthode de triage (c'est-à-dire de priorisation des soins médicaux) pour les femmes suspectées de cancer de l'utérus. La réduction des coûts, la rapidité des délais d'exécution et la possibilité de réaliser des diagnostics de laboratoire à proximité du patient (c'est-à-dire directement à l'hôpital, au cabinet du médecin ou à la pharmacie) pourraient figurer parmi les avantages d'une telle méthode.

Conclusion :

Selon des études, le cancer de l'utérus est le sixième cancer le plus fréquent chez les femmes dans le monde, avec environ 380 000 diagnostics par an. Si la plupart des femmes souffrant d'hémorragie post-ménopausique ont de bonnes chances de pronostic, seules 5 à 10 % d'entre elles présentent une pathologie maligne. Selon la recherche, le test urinaire non invasif nouvellement développé pourrait aider à diagnostiquer plus efficacement la majorité des femmes grâce à cette méthode plus rapide, moins coûteuse et plus conviviale pour les patients. Malgré des résultats prometteurs, d'autres études diagnostiques de plus grande envergure chez les femmes présentant des saignements post-ménopausiques inexpliqués sont encore nécessaires pour confirmer un test de diagnostic définitif.

    Auteur

    Danilo Glisic

    Dernière mise à jour

    30.08.2021

    Ad

    Partager

    Ad

    Ton assistant personnel en matière de médicaments

    Médicaments

    Consultez ici notre vaste base de données de médicaments de A à Z, avec leurs effets et leurs ingrédients.

    Substances

    Toutes les substances actives avec leur application, leur composition chimique et les médicaments dans lesquels elles sont contenues.

    Le contenu indiqué ne remplace pas la notice originale du médicament, notamment en ce qui concerne le dosage et l'effet des différents produits. Nous ne pouvons assumer aucune responsabilité quant à l'exactitude des données, car les données ont été en partie converties automatiquement. Un médecin doit toujours être consulté pour les diagnostics et autres questions de santé. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet ici.

    This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify.