Accident vasculaire cérébral (insulte)

Accident vasculaire cérébral (insulte)

Principes de base

Le terme d'accident vasculaire cérébral (méd. : insulte) désigne un symptôme causé par une perturbation brutale de la circulation. Les cellules du cerveau (neurones) étant très sensibles, elles périssent après quelques minutes sans apport suffisant d'oxygène.

Le risque de subir une insulte augmente régulièrement avec l'âge. Le taux d'incidence annuel pour les personnes âgées de 55 à 65 ans est d'environ 250 pour 100 000 habitants ; pour les personnes de plus de 65 ans, le taux d'incidence est même presque multiplié par trois. Dans de rares cas, des personnes plus jeunes ou même des enfants peuvent également subir une insulte. Les hommes sont généralement victimes d'une attaque cérébrale un peu plus souvent que les femmes. Un accident vasculaire cérébral peut être causé par différents changements, c'est pourquoi il peut être divisé en différents types :

  • Infarctus ischémique : il s'agit de la cause la plus fréquente d'accident vasculaire cérébral, qui représente 80 % des cas. L'athérosclérose ou les caillots sanguins peuvent entraîner l'obstruction des vaisseaux qui irriguent le sang.
  • Hémorragie cérébrale : les lésions vasculaires peuvent provoquer des saignements dans le cerveau, qui sont responsables de près de 20 % des lésions.
  • Dans de rares cas, les troubles circulatoires sont causés par des maladies inflammatoires des vaisseaux.

Les insultes sont la première cause d'invalidité permanente dans le monde et la deuxième cause de décès. Il est donc clair que les AVC jouent également un rôle important dans l'économie nationale. Les soins et le soutien aux personnes touchées prennent beaucoup de temps et sont très coûteux. Les coûts à vie d'un patient victime d'un AVC s'élèvent à environ 45 000 euros en Europe.

Causes

Infarctus ischémique :

Comme nous l'avons déjà mentionné, cette cause est responsable d'environ 80 % des accidents vasculaires cérébraux. L'infarctus ischémique peut à son tour être provoqué par diverses modifications. Par exemple, les vaisseaux peuvent être bloqués par l'athérosclérose, une calcification des artères, ou par des caillots sanguins transportés (thrombus).

Ces modifications de l'irrigation sanguine entraînent un manque d'oxygène et de nutriments dans les zones du cerveau concernées. Comme les cellules nerveuses ne peuvent pas survivre longtemps sans oxygène, elles sont détruites de manière irréversible au bout de quelques minutes.

Au cours d'une crise de sommeil, les vaisseaux dans la zone de l'occlusion vasculaire peuvent être endommagés, ce qui peut entraîner une hémorragie dans le tissu de l'infarctus. Cela peut conduire à une augmentation régulière des symptômes dans les jours suivants.

Un certain nombre de facteurs ont été identifiés qui peuvent favoriser de manière significative la survenue d'une insulte :

  • Pression artérielle élevée (hypertension)
  • Taux de glycémie élevé (diabète sucré)
  • Adiposité (obésité)
  • Fumer
  • Augmentation de la consommation d'alcool
  • Taux élevé de cholestérol ou de triglycérides dans le sang.
  • les contraceptifs oraux qui contiennent des œstrogènes

D'autres conditions peuvent entraîner un accident vasculaire cérébral :

  • fibrillation auriculaire
  • Arythmies cardiaques
  • Crises cardiaques
  • Maladies des valves cardiaques

Hémorragies cérébrales

Dans les hémorragies cérébrales, les vaisseaux du cerveau sont endommagés et saignent dans le tissu nerveux pour diverses raisons. Une distinction peut être faite entre une hémorragie de masse cérébrale et une hémorragie sous-arachnoïdienne. Le cerveau est entouré de manière protectrice par un liquide (le liquide céphalo-rachidien) et les méninges. Si les hémorragies se produisent dans l'espace du liquide céphalo-rachidien, elles sont appelées hémorragies sous-arachnoïdiennes. Dans l'hémorragie cérébrale massive, le tissu cérébral est déplacé et comprimé par le sang.

Un certain nombre de facteurs de risque ont également été identifiés pour les hémorragies cérébrales :

  • Pression artérielle élevée (hypertension)
  • Maladies de la moelle osseuse et troubles de la coagulation (par exemple, troubles de l'agrégation des thrombocytes, hémophilie A et B, syndrome de Von Willebrandt).
  • Vous prenez des médicaments anticoagulants (par exemple Marcumar ou héparine).
  • Les maladies du foie qui limitent la fonction de synthèse des protéines du foie, comme la cirrhose du foie.
  • Déformations vasculaires, telles que des dilatations circonscrites des artères (anévrisme) ou des néoplasmes vasculaires de type tumoral (angiomes).
  • Lésion des vaisseaux sanguins due à un dépôt accru de protéines amyloïdes (amyloïdose) ou à une inflammation de la paroi des vaisseaux (vascularite).

Symptômes

Il est extrêmement important de reconnaître rapidement un accident vasculaire cérébral afin de prendre rapidement les mesures appropriées. Le temps que la personne affectée reçoive la thérapie appropriée, de plus en plus de tissu nerveux peut être perdu. Si vous suspectez une insulte, vous devez donc appeler immédiatement un médecin d'urgence. Dans tous les cas, il est déconseillé de se rendre à l'hôpital en voiture, seul ou avec un ami, car l'état de la personne affectée peut rapidement s'aggraver et mettre sa vie en danger.

Signes d'avertissement

Les symptômes peuvent souvent apparaître avant l'AVC proprement dit, mais ils sont réversibles, c'est-à-dire qu'ils n'entraînent pas de dommages permanents au cerveau. Les symptômes comprennent des difficultés d'élocution, des troubles sensoriels, une faiblesse des membres, voire une paralysie, et des pertes de mémoire. Il peut s'agir d'un AIT (accident ischémique transitoire), qui peut provoquer des symptômes similaires à ceux d'un accident vasculaire cérébral, mais qui se résorbe complètement en 24 heures sans dommages secondaires. Bien qu'une telle attaque ne provoque pas de dommages massifs, vous devez vous rendre immédiatement à l'hôpital pour distinguer les symptômes d'un accident vasculaire cérébral ou pour découvrir la cause de l'AIT.

Symptômes typiques

Les symptômes d'une attaque cérébrale dépendent fortement de la zone du cerveau touchée et de son fonctionnement :

  • Très souvent, une paralysie d'un demi-côté (hémiparésie) peut être observée chez les personnes touchées. D'un côté, un coin de la bouche pend généralement vers le bas et le bras et la jambe du côté affecté peuvent être déplacés de façon très limitée ou pas du tout.
  • Dans de nombreux cas, on observe des troubles de l'élocution et des perturbations sensorielles.
  • En particulier en cas de saignement d'anévrisme, de nombreuses personnes font état de maux de tête massifs, semblables à des coups de fouet.
  • Certains patients signalent également des nausées et des vomissements.
  • Si de vastes zones du cerveau sont touchées, la conscience peut être gravement altérée, voire une perte de conscience peut survenir.

Alors que les symptômes chez les hommes sont souvent typiques, un accident vasculaire cérébral chez les femmes peut souvent être très atypique.

  • Nausées avec vomissements
  • Douleur dans les membres et le visage
  • Palpitations avec douleur thoracique
  • Essoufflement
  • Hoquet

Diagnostic

Antécédents médicaux

Au début, le médecin posera quelques questions sur les symptômes et leur évolution et vérifiera éventuellement s'il existe des facteurs de risque d'AVC. Parfois, la personne concernée ne peut pas donner plus d'informations parce qu'elle est trop affaiblie ou ne peut plus parler clairement. Dans ces cas, les proches du patient sont souvent consultés pour en savoir plus sur les symptômes et l'évolution de l'AVC.

Examens

Examen neurologique :

Il s'agit d'un examen physique qui teste principalement les fonctions neurologiques du corps. Cela permet de déterminer si des déficits neurologiques sont présents et d'attribuer grossièrement une zone du cerveau affectée.

Cependant, avant d'initier un traitement, il est essentiel de clarifier si l'AVC est un infarctus ou une hémorragie, car les deux sont traités très différemment.

Les techniques d'imagerie sont généralement utilisées à cette fin :

CT : En raison de sa faisabilité rapide, il s'agit de la procédure la plus couramment utilisée pour clarifier un accident vasculaire cérébral. Une hémorragie cérébrale peut être observée immédiatement après l'apparition des premiers symptômes sur le scanner, alors qu'un infarctus peut passer les quatre premières heures sans aucune anomalie sur le scanner. En outre, le scanner peut montrer la zone affectée du cerveau et la taille de la zone restreinte.

IRM : En raison de sa moindre disponibilité et de la durée plus longue des examens, l'imagerie par résonance magnétique (IRM) est moins fréquemment utilisée. Cependant, les changements dans la zone du tronc cérébral peuvent être mieux détectés avec l'IRM.

Échographie Doppler: ce type d'échographie peut être utilisé pour examiner la perméabilité des vaisseaux qui alimentent le cerveau en sang. De plus, le degré de calcification, qui peut conduire à une occlusion artérielle, peut être évalué.

Angiographie : selon le type d'AVC, un examen radiologique des vaisseaux du cerveau (angiographie) peut être nécessaire. Cela permet de mettre particulièrement bien en évidence les rétrécissements (sténoses), les occlusions, les ruptures de vaisseaux et les malformations.

ECG : Comme la fibrillation auriculaire ou d'autres arythmies cardiaques peuvent souvent être à l'origine d'un accident vasculaire cérébral, un ECG est systématiquement réalisé. En outre, une échographie cardiaque peut être réalisée pour voir si des caillots sanguins dans le cœur sont responsables de l'AVC.

En outre, un échantillon de sang peut être prélevé en complément pour évaluer l'état du patient et détecter d'autres facteurs de risque, tels que des troubles de la coagulation ou une élévation des lipides sanguins.

Thérapie

Urgence

Si l'on suspecte un accident vasculaire cérébral, il faut agir rapidement, c'est pourquoi il faut appeler immédiatement un médecin d'urgence. Les meilleurs soins peuvent être dispensés dans des unités de soins spécialisées (unités d'AVC), qui sont disponibles dans tous les grands hôpitaux.

Hémorragie cérébrale : s'il est souvent possible d'attendre un traitement pour les hémorragies localisées, car elles disparaîtront, une intervention chirurgicale est généralement nécessaire pour les hémorragies plus importantes.

Infarctus cérébral : le traitement approprié pour l'occlusion d'un vaisseau est la thérapie dite de lyse, dans laquelle un médicament spécial est utilisé pour dissoudre le caillot occlus. Cependant, de bons résultats ne peuvent être obtenus que par une thérapie de lyse dans les premières heures ; de plus, une hémorragie cérébrale doit absolument être exclue comme cause de l'attaque. Si la thérapie de lyse n'est pas une option, l'acide acétylsalicylique est généralement administré pour contrer la progression de l'insulte.

Réhabilitation

Après un accident vasculaire cérébral, une rééducation précoce et cohérente est très importante. Une thérapie par l'exercice précoce, par exemple, aide à prévenir les complications de l'AVC. Il s'agit notamment de la pneumonie, qui peut se développer en raison de l'inhalation de résidus alimentaires, de la thrombose dans les jambes ou des lésions cutanées dues au confinement au lit.

Une grande variété de méthodes thérapeutiques sont utilisées en réadaptation pour tenter d'améliorer de nombreuses fonctions physiques qui peuvent être très limitées par l'AVC et permettre ainsi la réintégration dans la vie quotidienne, voire dans la vie professionnelle.

Les troubles de la parole devraient être largement éliminés, et les séquences de mouvements, la mémoire et la capacité de concentration devraient être améliorées.

Il est également important de renforcer l'autonomie des personnes concernées. Il peut être nécessaire de réapprendre les tâches quotidiennes de base, comme se laver ou se changer. Malheureusement, tous les patients victimes d'un accident vasculaire cérébral ne peuvent pas réussir grâce à la thérapie par l'exercice. Dans ces cas, il faut trouver de nouveaux moyens avec la personne concernée pour gérer au mieux les déficits physiques. Lors des repas, par exemple, certaines postures permettent d'éviter l'inhalation d'aliments afin de prévenir la pneumonie.

La réadaptation après un accident vasculaire cérébral est très étendue et nécessite la coopération de plusieurs groupes professionnels. Par exemple, les kinésithérapeutes, les orthophonistes, les infirmières, mais aussi la famille sont nécessaires à la réussite de la rééducation. En outre, le succès de la réadaptation dépend du fait de commencer le plus tôt possible et de l'étendue de l'accident vasculaire cérébral.

Prévision

L'évolution de la maladie après un AVC est très variable, c'est pourquoi il est difficile de donner un pronostic individuel. Certaines personnes touchées peuvent retrouver une vie relativement normale après quelques semaines seulement, tandis que d'autres ne pourront plus jamais accomplir certaines activités quotidiennes malgré une physiothérapie intensive. Cependant, la famille et les proches peuvent constituer un soutien essentiel pour les personnes concernées et avoir une influence positive sur le pronostic.

La taille de la zone cérébrale affectée et la localisation de l'infarctus sont également déterminantes pour le pronostic. Le pronostic peut être considérablement amélioré par une réadaptation efficace, entreprise à un stade précoce. Dans certains cas, les zones cérébrales touchées sont si petites que les patients ne ressentent pratiquement aucune restriction. Dans ces cas, il est toutefois très important de prévenir un nouvel AVC en prenant des médicaments anticoagulants (par exemple : acide acétylsalicylique, ThromboAss).

Le taux de survie à un accident vasculaire cérébral est d'environ 80 %. La réhabilitation complète des déficits mentaux et physiques est atteinte chez environ un tiers des survivants. Un tiers, en revanche, reste chroniquement handicapé après une agression, et un tiers n'est plus en mesure de mener une vie indépendante et est dépendant des soins. La probabilité de mourir d'un accident vasculaire cérébral augmente avec le nombre de crises de sommeil qui se sont produites.

Prévention

Dans la prévention d'un accident vasculaire cérébral, il faut faire la distinction entre la prévention primaire et la prévention secondaire. La prévention primaire fait référence aux mesures qui empêchent la survenue d'un AVC. La prévention secondaire est la prévention d'un nouvel AVC après qu'il se soit déjà produit.

Prévention primaire d'un infarctus cérébral

Le moyen le plus efficace de prévenir un infarctus cérébral est de réduire autant que possible les facteurs de risque. Il convient avant tout de lutter contre la calcification vasculaire (athérosclérose), qui est le principal facteur de risque.

  • Une pression artérielle élevée est un facteur de risque majeur. En ajustant efficacement la pression artérielle, le risque de subir une insulte peut être réduit d'environ 40 %.
  • Fumer augmente de 2 à 3 fois le risque d'accident vasculaire cérébral. Il est donc conseillé d'arrêter de fumer.
  • Une bonne alimentation, de préférence riche en légumes et en fruits, peut également réduire le risque d'environ 30 %.
  • L'ampleur de la calcification vasculaire (athérosclérose) est fortement liée au taux de cholestérol dans le sang. C'est pourquoi vous devez suivre un régime pauvre en graisses et, si nécessaire, faire contrôler votre taux de cholestérol par un médecin.
  • Les diabétiques doivent contrôler régulièrement leur glycémie et, si nécessaire, faire réajuster leur traitement.
  • En outre, les personnes en surpoids sévère peuvent réduire leur risque d'AVC en réduisant leur poids. Mais les personnes qui ne sont pas touchées par l'obésité devraient également faire de l'exercice régulièrement.

Dans environ un cinquième des cas, les arythmies cardiaques, en particulier la fibrillation auriculaire, peuvent être identifiées comme la cause d'un AVC. Les contractions irrégulières des muscles cardiaques pendant la fibrillation auriculaire peuvent provoquer la formation de caillots sanguins (thrombus), qui peuvent se déplacer dans les artères jusqu'aux petits vaisseaux du cerveau et provoquer leur obstruction. Dans de nombreux cas, la fibrillation auriculaire peut être exempte de symptômes, mais il convient de procéder à un éclaircissement du sang pour éviter un accident vasculaire cérébral.

Prévention primaire de l'hémorragie cérébrale

La mesure la plus importante pour prévenir une hémorragie cérébrale est un bon contrôle de la pression artérielle, car l'hypertension artérielle est la cause la plus fréquente d'hémorragie cérébrale. Malheureusement, aucune mesure préventive ne peut être prise contre les déformations vasculaires congénitales, telles que les anévrismes (dilatations vasculaires), qui peuvent se rompre et entraîner des hémorragies, car celles-ci se produisent généralement de manière spontanée.

Prévention secondaire d'un infarctus cérébral

La probabilité de subir un autre accident vasculaire cérébral augmente à chaque fois qu'un AVC se produit, c'est pourquoi les patients victimes d'un AVC doivent recevoir des médicaments de prévention secondaire. Il s'agit notamment de l'acide acétylsalicylique (par exemple, dans ThromboAss) ou du clopidogrel (par exemple, dans Plavix).

En outre, un schéma de risque individuel peut être déterminé sur la base de l'âge, de la pression artérielle, de la glycémie et de la présence de certaines maladies vasculaires.

Les patients victimes d'un AVC et souffrant de fibrillation auriculaire doivent également prendre des anticoagulants oraux en prophylaxie secondaire.

Prévention secondaire de l'hémorragie cérébrale

Un contrôle efficace de la pression artérielle est également très important pour la prévention secondaire d'une hémorragie cérébrale. Si l'AVC a été causé par une malformation d'un vaisseau sanguin, une intervention chirurgicale peut être envisagée.

Conseils

Sport

Faire de l'exercice régulièrement après une attaque cérébrale peut aider les personnes concernées de plusieurs façons. D'une part, les déficits physiques et neurologiques peuvent être améliorés, voire complètement éliminés, grâce à un exercice physique régulier, mais d'autre part, le sport peut également être une aide importante pour lutter contre le stress mental après un accident vasculaire cérébral. Contrairement aux exercices de physiothérapie, de nombreuses personnes ont plus de plaisir à effectuer des mouvements similaires dans le cadre d'un sport. De nombreux patients trouvent plus facile de faire du sport que de suivre une physiothérapie classique, car ils ne sont pas toujours conscients de la maladie et les mouvements sont plus ludiques. Il est important d'avoir suffisamment de patience et de ne pas exiger de votre corps des performances complètes dès le départ.

Les principaux avantages d'une activité sportive après une blessure sont les suivants :

  • Le sport permet à la personne concernée de retrouver sa mobilité, ce qui facilite également la vie quotidienne. Il favorise les mouvements de motricité globale et fine, améliore la forme physique et les performances cérébrales.
  • D'autres maladies secondaires ou concomitantes pourraient être évitées grâce au sport.
  • L'exercice régulier favorise le bien-être psychologique et peut être utile contre les humeurs dépressives ou anxieuses.

Sports appropriés

Le type de sport qui convient le mieux à un patient victime d'un accident vasculaire cérébral ne peut pas être défini de manière générale, mais doit être déterminé individuellement. Le choix dépend avant tout des limites physiques de la personne concernée, de ses intérêts, d'autres maladies ainsi que de son âge. Il est conseillé d'en parler à votre médecin afin de trouver un type de sport adapté. Il peut également y avoir des cours ou des groupes de sport adaptés à la réadaptation qui sont dirigés par des entraîneurs spécialement formés.

Coûts

Depuis quelque temps, le sport est considéré comme un complément important aux programmes de physiothérapie et de réadaptation. L'activité sportive est un élément important de la prévention secondaire, en particulier pour les patients victimes d'une crise cardiaque, mais de plus en plus d'opportunités sportives sont également créées pour les patients victimes d'un accident vasculaire cérébral. Les compagnies d'assurance maladie couvrent au moins une partie des coûts, mais il est important que l'activité sportive soit prescrite par un médecin et approuvée par la compagnie d'assurance. Il convient également de mentionner que si le sport est une mesure de soutien importante après un accident vasculaire cérébral, il ne peut pas remplacer la physiothérapie, en particulier en cas de déficits physiques graves.

Sports possibles

Les patients qui ont subi une attaque cérébrale doivent également faire attention à certaines choses lorsqu'ils font du sport :

  • Les personnes concernées doivent mesurer leur tension artérielle et leur pouls de temps en temps. Il convient de discuter avec le médecin responsable des valeurs à ne pas dépasser et du moment où, le cas échéant, il faut faire une pause.
  • Il ne faut pas s'épuiser complètement pendant le sport.
  • Il est également conseillé de ne pas faire de sport au soleil ou par temps très chaud.

Les sports qui conviennent le mieux sont :

  • Gymnastique: ce type de sport peut être pratiqué par un grand nombre de patients. Au début, il s'agit principalement de mouvements issus de la physiothérapie.
  • Gymnastique aquatique: La résistance de l'eau rend les mouvements de cette forme de gymnastique plus difficiles, ce qui rend la gymnastique aquatique assez exigeante. Ce type d'exercice est particulièrement recommandé aux personnes âgées ayant des problèmes d'articulation, car il est doux pour les articulations. Cependant, les personnes souffrant de maladies du système cardiovasculaire devraient éviter la gymnastique aquatique en raison de l'effort physique élevé.
  • Lanatation: Ce type de sport, en particulier le dos crawlé, est très adapté aux patients victimes d'un accident vasculaire cérébral. La vitesse de nage et la distance parcourue ne doivent être augmentées que lentement de séance en séance.
  • Lamarche: C'est un autre sport qui peut être pratiqué bien après un AVC. Là encore, le rythme et la distance doivent être augmentés progressivement.

Sports inadaptés

Les sports qui exigent beaucoup de force du corps, comme la musculation ou les arts martiaux, ne sont pas très adaptés aux patients victimes d'un AVC, car ils peuvent entraîner de fortes variations de la pression artérielle.

Ad

Ad

Ton assistant personnel en matière de médicaments

Médicaments

Consultez ici notre vaste base de données de médicaments de A à Z, avec leurs effets et leurs ingrédients.

Substances

Toutes les substances actives avec leur application, leur composition chimique et les médicaments dans lesquels elles sont contenues.

Maladies

Causes, symptômes et options de traitement pour les maladies et blessures courantes.

Le contenu indiqué ne remplace pas la notice originale du médicament, notamment en ce qui concerne le dosage et l'effet des différents produits. Nous ne pouvons assumer aucune responsabilité quant à l'exactitude des données, car les données ont été en partie converties automatiquement. Un médecin doit toujours être consulté pour les diagnostics et autres questions de santé. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet ici.

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify.