Arthrose (usure des articulations)

Arthrose (usure des articulations)
Classification internationale (CIM) M19.-

Principes de base

Description

Les articulations ne sont pas exemptes d'usure. L'usure douloureuse et excessive de la couche de cartilage des articulations est appelée arthrose. Avec le temps, les os, les muscles, les capsules articulaires et les ligaments sont également touchés.

Les articulations les plus fréquemment touchées sont celles qui sont fortement utilisées :

  • Colonne vertébrale
  • Hanche
  • Le genou
  • Pieds

À ce jour, l'arthrose ne peut être guérie. Toutefois, il est possible de soulager des symptômes tels que la douleur et d'arrêter la progression de l'usure.

Si une articulation est particulièrement touchée par la maladie, elle peut être remplacée par une articulation artificielle (endoprothèse).

De toutes les maladies qui affectent les articulations, l'arthrose est la plus répandue dans le monde. Presque tout le monde est touché tôt ou tard, principalement au niveau des articulations du genou ou de la hanche.

Causes

Les bases de l'arthrose sont posées dès que le cartilage d'une articulation est surchargé. Si des dommages existent déjà, même une charge normale est suffisante.

La raison pour laquelle certaines personnes sont touchées plus tôt (dans certains cas déjà dans leur jeunesse) et d'autres pas n'a pas encore été suffisamment clarifiée. Les causes principales sont toujours déterminées comme étant la surcharge et de nombreuses années de chargement incorrect.

Facteurs de risque possibles :

  • Facteurs héréditaires (notamment au niveau des articulations des doigts)
  • Déformations congénitales (par exemple, genoux cagneux, jambes arquées, dysplasie de la hanche).
  • Blessures ou opérations mal cicatrisées (par exemple, ménisque, ligament croisé).
  • Années de surmenage (p. ex. sports de compétition, surpoids et travail physique lourd)
  • Maladies métaboliques (par exemple, diabète sucré)

Symptômes

Il n'est pas facile de reconnaître le début de l'arthrose. Il existe des plaintes plutôt discrètes telles que la raideur, la sensibilité aux intempéries ou une démarche instable.

L'apparition de la douleur est un signe d'alerte plus évident. Il s'agit d'une douleur articulaire au début d'un mouvement qui diminue avec la poursuite du mouvement.

Au fur et à mesure que l'usure des articulations progresse, la gêne devient plus prononcée :

  • Douleur à l'impact (par exemple, en courant dans une descente)
  • articulations surchauffées et rougies (inflammation due à l'usure du matériel, arthrose activée)
  • Déformation des articulations (jusqu'à l'immobilité)
  • Douleur au repos
  • Douleur nocturne

L'intensité de la douleur alterne généralement en phases plus ou moins prononcées.

Diagnostic

Les modifications arthritiques peuvent être déterminées par un examen radiographique, de même que le degré d'usure.

L'évolution visible de la maladie et la sensation subjective associée varient d'un patient à l'autre. C'est pourquoi une arthrose, même légère, peut provoquer de fortes douleurs.

La limitation de la mobilité est déterminée à l'aide d'un examen physique.

Une stratégie de traitement est ensuite déterminée en fonction de la douleur et des éventuelles restrictions de mouvement.

Thérapie

Les articulations déjà usées ne peuvent pas être régénérées à ce jour. Par conséquent, la détection précoce de la maladie est extrêmement importante.

Soulager les articulations

L'évolution de la maladie peut être influencée positivement, par exemple en soulageant les articulations.

C'est pourquoi les personnes en surpoids doivent de toute urgence réduire leur poids corporel. Les aides orthopédiques (cannes, talons tampons, semelles) peuvent compenser les malpositions et atténuer l'inconfort.

L'état nutritionnel du cartilage s'améliore grâce à des exercices sans contrainte (natation, vélo avec des vitesses très légères), ce qui permet de contrer la progression de l'usure.

La physiothérapie et la kinésithérapie ont également des effets positifs. Les massages, les traitements par la chaleur et le froid renforcent les muscles et protègent ainsi les articulations.

Médicaments et remèdes

La douleur et l'inflammation peuvent être réduites par des médicaments.

Le traitement de la douleur se divise en médicaments contenant de la cortisone et en médicaments sans cortisone (appelés anti-inflammatoires non stéroïdiens et inhibiteurs de la COX-2). Il est également possible d'injecter de la cortisone directement dans les articulations (dans les cas particulièrement graves).

Certains médecins recommandent d'injecter de l'acide hyaluronique dans les articulations touchées sous forme de liquide synovial. Certains patients y répondent très bien après 3 à 6 injections et les plaintes s'améliorent entre 6 et 12 mois.

En outre, de nombreuses pharmacies et drogueries vendent des compléments alimentaires. Ces préparations sont censées contribuer au renforcement du cartilage grâce à des ingrédients tels que le sulfate de chondroïtine et le sulfate de glucosamine. L'effet n'a pas encore été clairement prouvé, mais certaines études montrent un effet positif (stabilisation, atténuation de la douleur), tandis que d'autres ne montrent aucun effet.

Articulation artificielle

Les patients souffrant d'une arthrose particulièrement grave ont la possibilité de recourir à la chirurgie. Dans ce cas, l'articulation endommagée est remplacée par une prothèse (articulation artificielle) au cours d'une intervention chirurgicale. Elle est suivie d'un séjour à l'hôpital (jusqu'à deux semaines) et d'un entraînement de physiothérapie pour renforcer les muscles et apprendre à utiliser la nouvelle articulation.

En fonction du mode de vie, de l'activité et des contraintes exercées sur la prothèse, celle-ci restera fonctionnelle pendant environ 20 ans, voire plus. Si nécessaire, il peut être remplacé.

Tissu artificiel

Grâce aux progrès rapides de la biotechnologie, il est désormais possible de cultiver du tissu cartilagineux. Le tissu de départ est le cartilage de l'organisme, qui est cultivé artificiellement (ingénierie tissulaire) et implanté. Toutefois, l'implantation doit avoir lieu avant que l'os situé sous l'articulation concernée ne soit endommagé.

On espère que cette technique sera particulièrement efficace à l'avenir pour les articulations du genou.

Prévision

À ce jour, les dommages causés au cartilage et à la matière osseuse ne peuvent être inversés.

La thérapie se limite à soulager l'inconfort et à ralentir la progression de l'arthrose. Malgré la tendance à un pronostic négatif, tous les traitements disponibles doivent être utilisés.

Prévention

Afin de prévenir l'arthrose, le plus important est d'éviter une charge incorrecte et excessive des articulations. La correction des malpositions peut parfois être utile (chirurgie des genoux et des jambes arquées).

Perdre les kilos superflus est le meilleur moyen de soulager votre corps.

L'exercice renforce les muscles et le cartilage. Les sports qui sollicitent particulièrement les articulations, comme la natation ou le vélo, sont recommandés pour favoriser la nutrition du cartilage. Parallèlement, un entraînement ciblé de musculation est recommandé, ce qui sécurise les mouvements et évite les sollicitations unilatérales.

Essayez donc d'intégrer davantage de mouvements dans votre vie quotidienne. Par exemple, vous pouvez faire de petits achats à vélo, ou préférer une courte promenade à la voiture.