BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive)

BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive)
Classification internationale (CIM) J44.-

Principes de base

Description

L'abréviation BPCO signifie "maladie pulmonaire obstructive chronique". Il s'agit d'une maladie chronique des poumons causée par une inflammation et, comme pour l'asthme, un rétrécissement permanent des voies respiratoires. Contrairement à l'asthme, les médicaments ne peuvent pas élargir complètement, mais seulement partiellement, les voies respiratoires.

La BPCO se développe à partir d'une bronchite chronique et/ou d'un emphysème (gonflement des poumons) avec des symptômes tels que des expectorations, une toux chronique ou un essoufflement.

La cause la plus fréquente est le tabagisme. Environ 90 % des patients sont des (anciens) fumeurs. Pour les fumeurs de longue durée, le risque de développer la maladie est de 20 %, ce qui ne doit pas être sous-estimé.

Parmi les causes de décès les plus fréquentes, la BPCO occupe la 4e place. Dans le monde, environ 210 millions de personnes sont atteintes de la maladie et environ 5 millions en meurent chaque année.

La tendance est à la hausse, car de plus en plus de personnes sont susceptibles de devenir fumeurs dans les prochaines années.

Parmi toutes les personnes concernées, les hommes sont plus susceptibles d'être touchés que les femmes.

Causes

La bronchite chronique est à la base de la BPCO. Les cils, qui sont normalement chargés de transporter le mucus et les saletés hors des poumons, sont paralysés. En outre, les poumons produisent des quantités excessives de mucus. Cela entraîne des symptômes tels qu'une toux et des expectorations fréquentes. Si la cause de la bronchite chronique est éliminée à ce moment-là (par exemple, le tabagisme), il y a de bonnes chances que tous les changements reviennent à la normale.

Si ce n'est pas le cas, une maladie pulmonaire obstructive chronique peut se développer au fil du temps. Les cils sont complètement détruits et la muqueuse bronchique s'épaissit, rétrécissant les voies respiratoires.

À un stade ultérieur, la muqueuse des bronches se rétracte, on parle d'atrophie (atrophie tissulaire).

La paroi des alvéoles s'amincit, devient instable (surtout à l'expiration) et s'effondre. Une fois que cela se produit, il n'y a pas de retour en arrière possible, ce qui entraîne un essoufflement et de mauvaises performances.

La BPCO peut s'aggraver si les septa alvéolaires (parois des sacs d'air) sont détruits, ce qui entraîne une perte d'élasticité des poumons et leur gonflement excessif, comme un ballon. Les experts appellent cela l'emphysème.

La principale cause incontestée de la BPCO est le tabagisme. La gravité et le développement de la maladie dépendent en grande partie de la quantité et de la durée du tabagisme. Il ne faut pas oublier que le tabagisme passif endommage également les poumons.

Outre le tabagisme, le risque de maladie est accru par la pollution atmosphérique générale et les infections respiratoires fréquentes pendant l'enfance. Des études récentes ont également montré que le fait de vivre à proximité d'une route très fréquentée, avec ses niveaux élevés de particules, est également lié au développement de la maladie.

Un autre facteur est l'environnement de travail. Les personnes qui sont exposées à des niveaux élevés de pollution atmosphérique, comme les mineurs, sont plus susceptibles de tomber malades.

Les causes les plus rares de BPCO sont les anomalies congénitales. Il peut s'agir d'un manque d'anticorps (syndrome de déficit en anticorps) ou d'un déficit enzymatique, par exemple un déficit en alpha-1-antitrypsine.

Symptômes

Signes de la maladie pulmonaire obstructive chronique :

  • Essoufflement (au début seulement à l'effort, puis aussi au repos).
  • Toux (s'aggrave progressivement, surtout le matin)
  • Expectoration (devient de plus en plus épaisse et difficile à cracher)
  • Perte de poids (éventuellement)

Les médecins parlent également des symptômes dits AHA (essoufflement, toux, expectoration).

Aux stades avancés de la maladie, un cor pulmonaire peut se développer. Dans ce cas, la moitié droite du cœur s'élargit et devient de plus en plus faible. Cette faiblesse du cœur droit entraîne des œdèmes (rétention d'eau) dans les jambes et une ascite dans l'abdomen.

Les plaintes peuvent s'aggraver de façon aiguë à tout moment (exacerbation). Les causes :

  • infections virales ou bactériennes
  • Pollution atmosphérique, par exemple smog, poussières fines
  • temps humide et froid
  • Les accidents qui blessent la poitrine
  • Médicaments

L'aggravation des symptômes se manifeste par

  • un essoufflement croissant
  • Augmentation de la toux
  • Augmentation de l'expectoration
  • Changement de couleur des expectorations, par exemple jaune-verdâtre dans les infections bactériennes.
  • Oppression thoracique
  • Sensation de malaise, fatigue
  • Fièvre

Si vous souffrez de BPCO et présentez les symptômes ci-dessus, vous devez consulter votre médecin de toute urgence !

La bronchopneumopathie chronique obstructive peut être classée en différents degrés de sévérité. Le principal critère est la fonction pulmonaire (capacité en une seconde ; le volume qui peut être expiré en une seconde après une inspiration maximale) :

Gravité Symptômes Capacité d'une seconde (FEV1)
0 - groupe de risque Toux chronique et expectoration discret
1 - doux éventuellement des symptômes chroniques : toux, expectoration, essoufflement lors d'un exercice intense discret (> 80 % de la valeur cible)
2 - modéré Symptômes éventuellement chroniques : Toux, expectoration, essoufflement limitée (50 - 80 % de la valeur cible)
3 - grave éventuellement des symptômes chroniques : Toux, expectoration, essoufflement limitée (30 - 80 % de la valeur cible)
4 - très sévère Sous-approvisionnement chronique en oxygène sévèrement limité (< 30 % de la valeur cible)

Une distinction peut également être faite selon l'apparence extérieure de la personne atteinte, les transitions sont fluides :

"pink puffer"

L'emphysème est le principal symptôme de ce que l'on appelle le "sifflement rose". Il est maigre, avec peu de muscles et souffre d'un grave essoufflement. Une toux irritante est également un symptôme occasionnel. Sa cause de décès la plus fréquente est l'insuffisance respiratoire.

"Blue Bloater"

La toux dite "bleue" a pour principaux symptômes la toux et les expectorations. Il est généralement en surpoids et présente une cyanose (coloration bleuâtre des lèvres et des ongles due à un manque d'oxygène). Bien qu'il souffre d'un manque d'oxygène, il éprouve rarement une détresse respiratoire. Sa cause de décès la plus fréquente est l'insuffisance cardiaque droite.

Diagnostic

Au début, le médecin traitant fait une anamnèse (antécédents médicaux). Il faut répondre aux questions suivantes :

  • Depuis combien de temps toussez-vous ? À quelle fréquence ?
  • Crachez-vous plus fréquemment du mucus (le matin) ? Si oui, de quelle couleur est le mucus ?
  • Souffrez-vous d'essoufflement ? Si oui, uniquement pendant l'effort ou également au repos ?
  • Fumez-vous ? Avez-vous déjà fumé ? Si oui, pendant combien de temps et combien de cigarettes par jour ?
  • Quelle est votre profession ? Êtes-vous exposé à des substances nocives ?
  • Vos performances ont-elles diminué ?
  • Avez-vous perdu du poids ?
  • Souffrez-vous d'autres maladies ?
  • Avez-vous d'autres symptômes, par exemple des œdèmes (rétention d'eau) sur les jambes ?

Si vous souffrez de BPCO, le médecin entendra des bruits (sifflements, bourdonnements) en écoutant vos poumons. Ils rechercheront également des signes de manque d'oxygène (cyanose, lèvres ou ongles bleus) ou d'insuffisance cardiaque (œdème, rétention d'eau dans les jambes).

Un test de la fonction pulmonaire mesure la résistance des voies respiratoires et la capacité des poumons pour différencier la BPCO de l'asthme, ce qui est très important.

Les niveaux de gaz sanguins peuvent être utilisés pour détecter un manque d'oxygène. Nous recherchons également un déficit en alpha-1-antitrypsine (une protéine) chez les patients de plus de 45 ans.

Comme certaines maladies pulmonaires et cardiaques peuvent provoquer des symptômes similaires, des radiographies, un ECG (électrocardiogramme) et des analyses sanguines supplémentaires sont souvent nécessaires pour confirmer le diagnostic. Parmi les autres méthodes d'examen possibles figurent une épreuve d'effort et un questionnaire, par exemple le SGRQ, qui est spécifique à la maladie.

Exacerbation - détérioration aiguë

En cas d'aggravation aiguë de l'état, une analyse des gaz du sang est indispensable pour mieux évaluer la gravité.

Les indications d'une exacerbation sévère sont des valeurs de débit de pointe < 100 l/min ou une capacité d'une seconde < 1 l.

De plus, nous recherchons les signes d'une infection. Les signes de l'hémogramme seraient, par exemple, une augmentation des cellules inflammatoires (leucocytose) ou une augmentation des valeurs de CRP (protéine C-réactive, un paramètre de l'inflammation). En cas de détresse respiratoire aiguë, une radiographie pulmonaire et un ECG sont recommandés.

Thérapie

Objectifs du traitement de la BPCO :

  • Augmentation de la capacité à faire de l'exercice
  • Atténuation des symptômes
  • Prévenir les exacerbations
  • Améliorer la qualité de vie
  • Éviter les complications

Arrêter de fumer

La première priorité dans le traitement de la BPCO est d'arrêter de fumer. Cela peut se faire à l'aide de médicaments et d'un soutien psychosocial. Après l'arrêt du tabac, les symptômes sont considérablement réduits, la fonction pulmonaire s'améliore et le taux de mortalité diminue. La restriction du tabagisme ne suffit pas à elle seule à réaliser ces changements.

Il est conseillé de se faire vacciner contre la grippe ou le pneumocoque, car les personnes souffrant de BPCO ont souvent des infections, quelle que soit la gravité de la maladie. Il faut également éviter toute exposition à la poussière (fine).

Il existe des formations spéciales où vous pouvez non seulement en apprendre davantage sur la maladie, mais aussi sur les techniques respiratoires spéciales (par exemple, le blocage des lèvres, la respiration avec les lèvres pincées) et la technique d'inhalation correcte.

Médicaments

En général, une thérapie par étapes est recommandée, en fonction de la gravité et des symptômes.

Scène Médicaments
I Bronchodilatateurs à action rapide si nécessaire (bêta-2-sympathomimétiques par exemple salbutamol et/ou anticholinergiques par exemple ipratropium).
II Bronchodilatateurs à action rapide au besoin (bêta-2-sympathomimétiques, par exemple salbutamol et/ou anticholinergiques, par exemple ipratropium, ET un ou plusieurs bronchodilatateurs à action prolongée en traitement continu (bêta-2-sympathomimétiques, par exemple formotérol et/ou anticholinergiques, par exemple tiotropium).
III Bronchodilatateurs à action rapide en cas de besoin (bêta-2-sympathomimétiques, par exemple salbutamol et/ou anticholinergiques, par exemple ipratropium) ET un ou plusieurs bronchodilatateurs à action prolongée en traitement continu (bêta-2-sympathomimétiques, par exemple formotérol et/ou anticholinergiques, par exemple tiotropium) ET cortisone inhalée (surtout en cas d'exacerbation).
IV Traitement comme au stade III ET éventuellement oxygénothérapie (à long terme) ou intervention chirurgicale

Bêta-2 sympathomimétiques

Les muscles des voies respiratoires sont détendus et les bronches dilatées. Cela améliore l'expectoration, la toux et l'essoufflement. Les préparations à courte durée d'action sont utilisées dans les cas aigus ; des préparations à longue durée d'action sont disponibles pour les traitements à long terme. Leur effet est plus lent, mais dure plusieurs fois plus longtemps.

Anticholinergiques

Ils détendent également les muscles des voies respiratoires et dilatent les bronches. Contrairement aux sympathomimétiques bêta-2, ils ont un effet plus faible et il faut plus de temps pour que l'effet se manifeste.

Cortisone

Supprime l'inflammation des voies respiratoires et prévient ainsi les exacerbations. Les inhalateurs de cortisone sont particulièrement recommandés car ils permettent à la cortisone d'aller directement dans les poumons et d'agir. De bons résultats sont déjà obtenus avec de faibles doses et donc peu d'effets secondaires. Les comprimés contenant de la cortisone ne sont pas adaptés à un traitement à long terme.

Théophylline

Une substance active pour la dilatation à long terme des bronches. Cependant, il s'agit plutôt d'un médicament de réserve au cas où la thérapie conventionnelle ne fonctionnerait pas. La raison en est le taux élevé d'effets secondaires causés par un niveau fluctuant de l'ingrédient actif. Par conséquent, lors de l'administration de la théophylline, une surveillance régulière du taux sanguin de la substance active par un médecin est nécessaire.

Les médicaments mucolytiques (expectorants, mycolytiques) ne sont pas nécessairement recommandés, mais ne sont utilisés qu'en cas d'excès de mucus ou d'infections aiguës. Les inhalations de solutions salines peuvent également aider à détacher le mucus. En cas d'infection bactérienne, des antibiotiques sont généralement nécessaires.

Autres thérapies

Physiothérapie

Cela permet de soutenir le traitement par les médicaments. Les massages de tapotement aident à lutter contre la toux et les exercices de respiration améliorent les performances.

Les exercices respiratoires aident à améliorer la technique de respiration, la ventilation (aération) des poumons pour alimenter le corps en oxygène. Une respiration idéale contribue également à réduire la susceptibilité aux infections. La thérapie respiratoire est utilisée pour apprendre des techniques de respiration spéciales qui donnent confiance en soi, entraînent les muscles abdominaux et augmentent les performances. Il apprend aux personnes concernées à s'aider elles-mêmes.

Siège du cocher : posez vos bras sur vos cuisses ou sur une table pour faciliter l'expiration. Fermez les yeux et respirez calmement et régulièrement.

Frein à lèvres : Fermez les lèvres sans les serrer. Maintenant, expirez par la bouche aussi lentement que possible. Les joues vont se gonfler un peu pendant que vous faites cela. Cette technique permet de ralentir le flux respiratoire et de maintenir les bronches ouvertes.

Exercice physique

L'exercice physique fait partie intégrante du traitement à long terme de la BPCO. L'exercice régulier améliore la qualité de vie, augmente la tolérance à l'exercice et minimise la fréquence des exacerbations.

Traitement à long terme avec de l'oxygène

Dans les cas de BPCO sévères, en particulier d'insuffisance cardiaque droite, l'oxygénothérapie est judicieuse. L'oxygène est inhalé à partir de bouteilles à travers un tube nasal pendant 16 à 18 heures par jour. Cela permet d'éviter l'essoufflement en stabilisant la saturation en oxygène du sang.

Opération

Les patients qui ont déjà développé un emphysème (gonflement des poumons) ont parfois la possibilité de subir une intervention chirurgicale. Il s'agit de retirer des bronches dilatées les tissus qui ne participent plus aux échanges gazeux. Il s'agit d'une chirurgie de réduction du volume pulmonaire, qui peut améliorer la fonction pulmonaire chez certaines personnes.

Régime alimentaire et poids

Une perte de poids non désirée peut indiquer une aggravation de la maladie. Par conséquent, le poids doit être contrôlé régulièrement. Dans certains cas, une thérapie nutritionnelle peut être nécessaire pour retrouver le poids perdu.

Cependant, il peut aussi y avoir une augmentation soudaine du poids. Il s'agit généralement d'une indication d'une insuffisance cardiaque droite. Cela signifie que la capacité du cœur n'est plus suffisante pour maintenir une circulation sanguine normale. Cela entraîne une stase sanguine, qui se traduit par des œdèmes (rétention d'eau), principalement dans les jambes.

Aides

Lorsque la BPCO est grave, de nombreuses personnes ne peuvent plus gérer seules leur vie quotidienne. De petites aides peuvent les aider à être indépendants. Il peut s'agir d'extensions de chausse-pieds ou de rollators (aides à la marche mobiles).

Exacerbation

Lorsque des infections ou un temps froid et humide affectent la BPCO, l'état peut s'aggraver de façon aiguë. Les médecins appellent cela une exacerbation. Des formations spéciales permettent d'apprendre à les reconnaître et à les traiter à un stade précoce.

Les exacerbations sont divisées en trois degrés de gravité : légère, modérée et grave.

En fonction de la gravité et des symptômes, les soins peuvent être dispensés en ambulatoire ou en hospitalisation.

Parfois, il suffit d'augmenter la dose de médicament. Si les symptômes tels que les expectorations, la toux et l'essoufflement augmentent encore, il faut consulter un médecin. La fièvre ou des expectorations jaune-verdâtre, qui indiquent une infection bactérienne, sont également alarmantes. S'il y a effectivement une infection, elle est traitée par des antibiotiques. S'il n'y a pas d'amélioration, un traitement en milieu hospitalier est nécessaire.

En cas d'exacerbation grave, un traitement en milieu hospitalier est également nécessaire :

  • un essoufflement sévère
  • Capacité en une seconde < 30
  • Détérioration rapide de l'état
  • âge avancé
  • autres maladies

Prévision

Le pronostic de la BPCO dépend largement de la possibilité d'arrêter la progression de la maladie. La première étape consiste à renoncer à la consommation de tabac. Si tel est le cas, tous les symptômes s'atténuent, la fonction pulmonaire s'améliore et l'espérance de vie augmente.

Les médicaments peuvent également améliorer la situation. Cependant, les tissus pulmonaires endommagés et non fonctionnels ne peuvent être sauvés. L'espérance de vie des personnes atteintes de la maladie est réduite par des complications telles que les exacerbations.

La BPCO étant une maladie chronique et progressive, des contrôles réguliers par un médecin sont nécessaires. Si vous ne présentez généralement aucun symptôme, des contrôles annuels suffisent. Toutefois, si votre état s'aggrave (augmentation des expectorations, toux ou essoufflement), le seul moyen de détecter et de traiter une évolution négative de la BPCO est de consulter votre médecin le plus rapidement possible.

Complications possibles :

  • infections bronchiques fréquentes, pneumonie
  • Fonction pulmonaire altérée, entraînant un essoufflement.
  • Cyanose (coloration bleue des lèvres et des ongles due à un manque d'oxygène)
  • Emphysème pulmonaire (distension des poumons) dû à la destruction des tissus dans les poumons.
  • Cor pulmonaire (insuffisance cardiaque droite), entraînant des œdèmes (rétention d'eau) dans les jambes.
  • Exacerbations répétées (aggravation aiguë)
  • Insuffisance cardiaque et défaillance des muscles respiratoires - danger de mort !

Prévention

La mesure la plus importante pour prévenir la BPCO est d'arrêter de fumer ou (de ne pas commencer). Environ 90 % de tous les patients ont fumé pendant longtemps ou n'ont toujours pas arrêté.

Veillez à ne pas être exposé plus longtemps qu'il n'est absolument nécessaire à des conditions environnementales nocives telles que la poussière, le froid ou l'air fortement pollué (salles enfumées !). Cela vaut tant pour le travail que pour les loisirs.

Les vaccinations contre la grippe et les pneumocoques sont recommandées.

Si vous souffrez déjà d'une bronchopneumopathie chronique obstructive, vous pouvez prendre les mesures suivantes pour éviter une exacerbation (aggravation aiguë) :

  • Si vous fumez encore, arrêtez. Votre état s'améliorera et le risque d'exacerbation diminuera considérablement.
  • Assistez aux cours d'éducation du patient, qui peuvent contribuer à minimiser l'hospitalisation. Vous aurez l'occasion d'apprendre à gérer correctement votre maladie. Vous apprendrez également le dosage correct des médicaments en cas d'exacerbation.
  • Faites régulièrement et suffisamment d'exercice.
  • Faites-vous vacciner contre la grippe et le pneumocoque.
  • Faites des exercices de respiration. Cela améliore votre technique de respiration, la ventilation des poumons et donc l'apport d'oxygène au corps. Il réduit également le risque d'infections respiratoires aiguës. Les exercices sont, par exemple, le siège du chariot, le frein à lèvres.
  • Faites des massages de tapotement. Ils vous aident à cracher du mucus.
  • Évitez les pièces très enfumées, ainsi que les endroits où l'air est très pollué (poussière, fumée).
  • Portez une attention particulière à votre régime alimentaire et à votre poids. Chaque kilo superflu pèse sur votre organisme, tout comme un poids insuffisant aggrave votre pronostic.
  • Buvez beaucoup de liquides (de l'eau !) et inhalez des solutions salines. Cela facilite l'expectoration de mucus.
  • Si vous êtes exposé à des niveaux élevés de polluants au travail, vous devez contacter le médecin de votre entreprise et vous faire soigner immédiatement.
  • Soutenez votre système immunitaire. Pour ce faire, adoptez une alimentation saine (beaucoup de légumes et de fruits frais, une quantité suffisante de liquides) et évitez le stress et les autres facteurs nuisibles similaires.

Conseils

La BPCO et le sport

Avec l'aide de la physiothérapie et de l'entraînement respiratoire, vous pouvez combattre votre essoufflement et augmenter votre endurance ainsi que vos performances.

Outre les avantages physiques, l'exercice réduit l'anxiété et la dépression.

Un autre effet secondaire positif est l'amélioration des taux de lipides sanguins, de l'hypertension artérielle ou d'autres facteurs de risque de maladies cardiovasculaires.

Les programmes de formation font partie intégrante de la thérapie. On y apprend les techniques d'inhalation correctes et les mesures de premiers secours en cas de détresse respiratoire aiguë.

De nombreuses personnes atteintes limitent leurs performances physiques au minimum par peur. Cependant, épargner le corps conduit à une diminution des performances et donc à une baisse de la qualité de vie, à l'isolement et à la dépression. Un cercle vicieux commence. Pour éviter que cela ne vous arrive, vous devez faire de l'exercice régulièrement et suffisamment dans votre vie quotidienne.

Les patients présentant des symptômes légers, en particulier, doivent maintenir ou augmenter leurs performances afin de ne pas s'essouffler aussi rapidement pendant l'effort.

Une bonne planification des activités sportives est nécessaire car les performances physiques sont limitées par la BPCO. En général, tout type de sport peut être pratiqué, mais il convient de clarifier au préalable avec le médecin quels types de sport sont les plus appropriés ou adaptés.

Il est particulièrement important de ne pas augmenter trop rapidement la durée et l'intensité de l'entraînement. Sinon, il y a un risque de surentraînement et de perdre le plaisir de l'exercice.

Augmentez l'intensité des exercices lentement mais continuellement :

Commencez par faire quelques minutes d'exercice, plusieurs fois par jour. Même si vous avez de légères plaintes ou peu de motivation. Avant et après l'entraînement (éventuellement aussi pendant), vous devez mesurer le débit de pointe (force du flux respiratoire).

L'exercice est toujours plus amusant lorsqu'il est fait en compagnie. De nombreux endroits ont leurs propres groupes de sport pulmonaire qui s'entraînent ensemble de manière ciblée.

L'entraînement doit toujours commencer par une courte phase d'échauffement (étirements, marche lente). Cela stimule le métabolisme et les muscles respiratoires surchargés se détendent sensiblement.

Utilisez le "frein à lèvres" pendant l'entraînement pour éviter l'essoufflement ou pour le maintenir dans une fourchette tolérable. Expirez aussi lentement que possible en gardant les lèvres bien fermées. Vos joues vont se gonfler légèrement. Cette technique de respiration ralentit la respiration et maintient les bronches ouvertes.

Après avoir terminé l'exercice, les exercices d'étirement aident à prévenir les crampes.

Sports particulièrement adaptés :

  • Vélo d'exercice
  • Cyclisme
  • Jogging léger, marche nordique
  • "Montée d'escaliers "thérapeutique
  • Entraînement des muscles inspiratoires (entraînement spécial des muscles respiratoires)
  • entraînement spécial de la force avec une bande de gymnastique pour les muscles respiratoires

Certaines études donnent des raisons de penser que l'entraînement musculaire a un effet particulièrement positif sur la BPCO. Toutefois, cette hypothèse doit encore être testée plus avant.

Les personnes atteintes de BPCO tirent profit de l'exercice et leur qualité de vie s'améliore car la respiration devient plus facile et les épisodes d'essoufflement sont moins nombreux.

Pour être sûr de la quantité d'exercice qui est saine pour vous, vous devez d'abord consulter un médecin.

Principes rédactionnels

Toutes les informations utilisées pour le contenu proviennent de sources vérifiées (institutions reconnues, experts, études d'universités de renom). Nous attachons une grande importance aux qualifications des auteurs et à la base scientifique des informations. Cela garantit que nos recherches sont fondées sur des résultats scientifiques.

Danilo Glisic

Danilo Glisic
Auteur

Étudiant en biologie et en mathématiques, il se passionne pour la rédaction d'articles de magazine sur des sujets médicaux d'actualité. En raison de son affinité avec les chiffres, les données et les faits, il se concentre sur la description de résultats d'études cliniques pertinents.

Ton assistant personnel en matière de médicaments

afgis-Qualitätslogo mit Ablauf Jahr/Monat: Mit einem Klick auf das Logo öffnet sich ein neues Bildschirmfenster mit Informationen über Medikamio GmbH & Co KG und sein/ihr Internet-Angebot: medikamio.com/ This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify.
Médicaments

Consultez ici notre vaste base de données de médicaments de A à Z, avec leurs effets et leurs ingrédients.

Substances

Toutes les substances actives avec leur application, leur composition chimique et les médicaments dans lesquels elles sont contenues.

Maladies

Causes, symptômes et options de traitement pour les maladies et blessures courantes.

Le contenu indiqué ne remplace pas la notice originale du médicament, notamment en ce qui concerne le dosage et l'effet des différents produits. Nous ne pouvons assumer aucune responsabilité quant à l'exactitude des données, car les données ont été en partie converties automatiquement. Un médecin doit toujours être consulté pour les diagnostics et autres questions de santé. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet ici.