Cancer du testicule (carcinome testiculaire)

Cancer du testicule (carcinome testiculaire)
Classification internationale (CIM) C62.-

Principes de base

Le cancer du testicule est l'une des tumeurs malignes les plus fréquentes chez les jeunes hommes. Néanmoins, il s'agit de l'un des cancers ayant les meilleures chances de guérison.

En général, le cancer du testicule est très rare. Statistiquement, c'est l'une des formes de cancer les plus courantes parmi les tumeurs des hommes de moins de 40 ans. Environ 4750 hommes sont diagnostiqués avec un cancer des testicules chaque année, tandis que l'âge moyen d'apparition est de 37 ans.

On ne sait pas encore très bien comment se développe le cancer des testicules. Cependant, une descente incomplète du testicule (maldescensus testis) est considérée comme un facteur de risque.

On distingue deux groupes de cancers du testicule : les séminomes, qui sont les plus fréquents, et les non-séminomes, qui sont moins fréquents et peuvent être subdivisés en de nombreux sous-types. La différence réside dans le fait que différents types de cellules dégénèrent dans les séminomes et les non-séminomes. La séparation des deux types est importante car les séminomes répondent à la radiothérapie, tandis que les non-séminomes ne peuvent être traités que par la chirurgie et la chimiothérapie.

Causes

On ne sait pas encore très bien comment se développe le cancer des testicules. En général, cependant, l'incidence du cancer des testicules est plus élevée chez les hommes qui ont eu un testicule non descendu (maldescendus) dans l'enfance (même si cela a été corrigé chirurgicalement), qui souffrent d'infertilité, de testicules sous-développés ou d'une certaine anomalie chromosomique (syndrome de Klinefelter). Un risque accru a également été constaté en cas de prédisposition héréditaire, c'est-à-dire si le père ou le frère était déjà atteint d'un cancer des testicules. En outre, on suppose qu'un taux élevé d'œstrogènes chez la mère pendant la grossesse augmente le risque de la maladie chez le fils à naître.

L'incidence du cancer du testicule a augmenté au cours des dernières décennies. Cela est particulièrement vrai pour la tranche d'âge de 35 à 49 ans. Les principales causes seraient l'utilisation de pesticides et d'insecticides, l'apparition précoce de la puberté, les maladies virales, l'exposition aux solvants, aux métaux lourds et au chrome. Néanmoins, aucun de ces facteurs n'a encore été prouvé scientifiquement.

On suppose que le développement des cellules précurseurs du cancer a déjà lieu au cours de la phase embryonnaire. Ces cellules dites TIN (= testicular intraepithelial neoplasia) peuvent ensuite se transformer en cellules cancéreuses testiculaires sous l'influence hormonale à partir de la puberté.

Symptômes

Souvent, le cancer du testicule n'est détecté que par hasard. Elle se manifeste par une hypertrophie du testicule, qui ressemble à un nœud et qui est particulièrement visible lorsqu'on le compare au côté. Les autres symptômes peuvent être une douleur de traction dans le testicule et une sensation de lourdeur dans le testicule affecté. Toutefois, ces caractéristiques ne doivent pas nécessairement être présentes. Certaines tumeurs testiculaires ont tendance à produire des œstrogènes (hormones sexuelles féminines). Si c'est le cas, les glandes mammaires peuvent gonfler (gynécomastie).

Diagnostic

En cas de suspicion de cancer du testicule, le médecin pose le diagnostic sur la base d'un examen scannographique des deux testicules et d'un examen échographique (sonographie). Les résultats de l'échographie sont très instructifs : il est presque toujours possible de déterminer si la cause du gonflement se situe dans le testicule ou dans une autre structure du scrotum. Si le médecin soupçonne un cancer du testicule, il examinera d'abord les deux aines, car il y a là des ganglions lymphatiques qui peuvent déjà être atteints. Il peut également y avoir des testicules dans la région de l'aine qui ne sont pas complètement descendus. Dans certains cas, il est également nécessaire de prélever un échantillon de tissu (biopsie) du testicule afin d'établir un diagnostic définitif.

Si le diagnostic de cancer du testicule est confirmé, d'autres examens doivent être effectués pour déterminer si d'autres organes ont déjà été touchés par les cellules tumorales (métastases). Pour le déterminer, des examens radiologiques et une tomographie par ordinateur de la poitrine, de l'abdomen et du bassin sont effectués.

En outre, les marqueurs tumoraux, qui sont produits par les cellules cancéreuses, sont déterminés dans le sang. Les alphafœtoprotéines (AFP) et la gonadotrophine chorionique humaine bêta (ß-HCG) sont spécifiques du cancer du testicule. Bien que ces valeurs ne puissent pas être utilisées pour poser un diagnostic définitif, des conclusions importantes peuvent être tirées ultérieurement sur l'évolution du traitement du carcinome testiculaire.

Thérapie

Si le diagnostic de cancer du testicule est confirmé, le testicule avec le cordon spermatique et les vaisseaux sanguins associés est enlevé au cours d'une opération. Si la tumeur représente moins de 30 % du volume du testicule, il est également possible d'effectuer une opération dans des centres spécialisés dans les tumeurs, où le testicule est préservé. Dans la plupart des cas, un échantillon de tissu de la taille d'un grain de riz est prélevé sur le testicule sain pendant l'opération. Cet échantillon peut être utilisé pour identifier les cellules précurseurs d'une tumeur testiculaire. Cela permet au médecin de déterminer si le deuxième testicule est sain ou déjà atteint d'un cancer.

En fonction du diagnostic microscopique (séminome ou non-séminome) et de la propagation de la tumeur, c'est au médecin de décider si d'autres mesures doivent être prises. Ces méthodes comprennent la radiothérapie, la chimiothérapie, l'ablation chirurgicale des ganglions lymphatiques dans l'abdomen ou une combinaison de ces méthodes. Si le cancer du testicule est déjà avancé, il peut être nécessaire d'administrer d'abord une chimiothérapie pour limiter la taille de la tumeur afin de pouvoir procéder à une intervention chirurgicale à une date ultérieure. La chimiothérapie est surtout utilisée pour le cancer métastatique du testicule.

Des effets secondaires sont à prévoir en fonction du type et de l'ampleur du traitement. L'ablation des deux testicules rend l'homme infertile. Cela peut également se produire en cas de chimiothérapie et de radiothérapie intensives.

Le suivi du cancer du testicule implique des contrôles réguliers des marqueurs tumoraux dans le sang. En outre, il y a des examens radiologiques de la poitrine et de l'abdomen et des examens échographiques du testicule sain. Ces contrôles visent à s'assurer qu'il n'y a plus de cellules cancéreuses dans l'organisme qui pourraient provoquer une nouvelle croissance de la tumeur. En outre, les rendez-vous de suivi réguliers doivent être maintenus pendant une période de trois à cinq ans.

Si les deux testicules ont été enlevés chirurgicalement ou si le taux de testostérone est faible après le traitement, il est possible d'y remédier en administrant de la testostérone à vie.

Prévision

En général, les perspectives de guérison du cancer du testicule sont très bonnes. La plupart des patients se rétablissent complètement. Cinq ans après le diagnostic, plus de 95 % des personnes concernées sont encore en vie.

Toutefois, les chances de guérison dépendent du degré de propagation de la tumeur au moment du diagnostic. Cela concerne principalement les patients atteints de non-seminomes, pour lesquels les chances de guérison diminuent considérablement à mesure que la maladie progresse.

Si possible, le traitement du cancer du testicule doit se faire dans une clinique spécialisée qui travaille de manière multidisciplinaire.

Ton assistant personnel en matière de médicaments

afgis-Qualitätslogo mit Ablauf Jahr/Monat: Mit einem Klick auf das Logo öffnet sich ein neues Bildschirmfenster mit Informationen über Medikamio GmbH & Co KG und sein/ihr Internet-Angebot: medikamio.com/ This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify.
Médicaments

Consultez ici notre vaste base de données de médicaments de A à Z, avec leurs effets et leurs ingrédients.

Substances

Toutes les substances actives avec leur application, leur composition chimique et les médicaments dans lesquels elles sont contenues.

Maladies

Causes, symptômes et options de traitement pour les maladies et blessures courantes.

Le contenu indiqué ne remplace pas la notice originale du médicament, notamment en ce qui concerne le dosage et l'effet des différents produits. Nous ne pouvons assumer aucune responsabilité quant à l'exactitude des données, car les données ont été en partie converties automatiquement. Un médecin doit toujours être consulté pour les diagnostics et autres questions de santé. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet ici.