Feu sauvage (Herpes labialis)

Feu sauvage (Herpes labialis)
Classification internationale (CIM) B00.-

Principes de base

L'herpès labial, également connu sous le nom d'herpès labial ou de bouton de fièvre, est une maladie virale très répandue causée par le virus herpès simplex de type 1 (HSV de type 1). Le virus se manifeste sous la forme de petites cloques suintantes sur les lèvres, qui peuvent souvent être sensibles, douloureuses ou démanger.

Normalement, l'herpès labial disparaît de lui-même après un certain temps. Cependant, le risque d'une nouvelle épidémie demeure.

Il existe deux types de virus herpès simplex (HSV) :

  • Le HSV de type 1 est le type le plus courant. En règle générale, ce type de virus ne se manifeste que sur la bouche et les lèvres (herpès labial).
  • Le HSV de type 2 se limite principalement aux parties génitales (herpès génital).

Les deux types de virus peuvent se propager à la peau, aux muqueuses, au système nerveux et aux organes internes (rarement). L'infection est très répandue, mais ne présente une évolution grave que dans les cas les plus rares.

Chez les adultes, plus de 95 % sont porteurs du virus de type 1 ; le HSV de type 2 est porté par 10 à 30 % d'entre eux. Cependant, ces chiffres ne nous disent pas combien de personnes ont réellement une poussée d'herpès labial. Il arrive aussi souvent que le virus soit totalement asymptomatique. La majorité des personnes sont infectées par le HSV 1 pendant l'enfance ; avec le HSV 2, l'infection se produit généralement après la puberté.

Causes

L'agent responsable de l'herpès labial (feu sauvage) est le virus herpès simplex de type 1 (HSV de type 1). Le virus se transmet de personne à personne de différentes manières :

  • Infection par gouttelettes, par exemple en toussant, en éternuant et en parlant.
  • Contact direct, par exemple lors d'un baiser
  • Infection par frottis, par exemple en partageant un verre à boire.

Le premier contact avec le HSV de type 1 se produit généralement dans l'enfance, entre trois et cinq ans. La période d'incubation est d'environ deux à douze jours. En général, on peut s'attendre à ce que seul un pour cent des cas présente des symptômes typiques de la maladie. Les autres infections ont une évolution asymptomatique ou discrète.

En cas d'herpès labial, les cellules attaquent la couche supérieure de la peau, où des cloques suintantes se développent. À partir de l'épiderme, les virus se déplacent le long des voies nerveuses jusqu'aux racines nerveuses (ganglions). À ce stade, le virus reste dans un état inactif et attend que le système immunitaire soit affaibli. Lorsque cet état se produit, le virus se déclenche à nouveau en se déplaçant le long des voies nerveuses jusqu'à la surface de la peau où il forme à nouveau des cloques (réactivation).

Les facteurs suivants peuvent déclencher une réactivation de l'herpès labial :

  • Les maladies infectieuses qui s'accompagnent de fièvre (herpès fébrile).
  • Rayonnement UV (herpès solaire)
  • Facteurs hormonaux (par exemple, la grossesse) et psychologiques (par exemple, le stress).
  • Déficit immunitaire (par exemple, dû à certains médicaments ou à une infection par le VIH)
  • Blessures Environ 75 % des personnes souffrent de l'apparition récurrente de l'herpès labial.

Symptômes

Si le premier contact avec l'herpès labial a lieu dans l'enfance, l'infection se déroule souvent sans symptômes. Cependant, l'herpès labial peut également se manifester sous la forme d'un muguet buccal (gingivostomatite herpétique). Les caractéristiques sont ici :

  • Éruption buccale avec des cloques très douloureuses
  • Fièvre
  • Gonflement des ganglions lymphatiques
  • Sentiment général de maladie

Si ces symptômes disparaissent, le virus peut réapparaître ultérieurement et provoquer un herpès labial. Les premiers symptômes sont des démangeaisons et une sensation de tiraillement sur la zone cutanée affectée. Dans de rares cas, des douleurs peuvent également apparaître. De petites cloques suintantes apparaissent alors, principalement sur les lèvres et autour de la bouche. Cependant, elles peuvent également apparaître sur le reste de la peau du visage, de préférence sur les joues, les narines et les lobes d'oreilles. Les infections virales des yeux ne sont pas non plus à exclure.

En règle générale, les cloques disparaissent après huit à dix jours, laissant derrière elles une croûte.

Diagnostic

Le médecin peut facilement diagnostiquer l'herpès labial sur la base des antécédents médicaux du patient et de l'aspect typique des vésicules.

Si le doute persiste, un frottis peut apporter une certitude en détectant l'antigène.

Pour déterminer les anticorps correspondants, le médecin effectue une prise de sang. Toutefois, cela n'a de sens que dans le cas d'une première infection par les virus de l'herpès, puisque 95 % des adultes ont déjà développé des anticorps contre le virus.

Thérapie

Le traitement médical de l'herpès labial n'est nécessaire que si les symptômes sont très graves. Seuls les symptômes peuvent être traités, mais pas la cause.

La thérapie locale s'effectue sous forme d'additifs désinfectants avec lesquels on badigeonne les ampoules. Les pommades antivirales, qui empêchent les virus de se multiplier, ont le même objectif. Toutefois, ces pommades ne sont efficaces que si elles sont appliquées dans les deux ou trois jours suivant l'apparition des premiers symptômes.

Si l'évolution de l'herpès labial est grave ou s'il y a des complications, il peut être nécessaire d'administrer des comprimés antiviraux (virustatiques) ou des injections. Si la personne affectée souffre de fièvre ou d'autres symptômes d'accompagnement, il convient de consulter un médecin. Outre le traitement de l'herpès labial, il convient également d'écarter les éventuelles maladies concomitantes.

Prévision

Normalement, l'herpès labial n'entraîne pas d'autres complications. Les cloques disparaissent en quelques jours sans laisser de cicatrices.

L'évolution de la maladie est différente chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli (par exemple après une chimiothérapie ou chez les patients séropositifs). Si la thérapie est entamée à un stade précoce, il y a plus de chances que le processus de guérison soit positif.

L'herpès labial peut entraîner les complications suivantes :

  • Herpès labial dans sa forme la plus grave avec infestation d'organes (par exemple, pneumonie).
  • Les yeux peuvent également être affectés par le virus. Une infection de la cornée (herpès cornéen) peut entraîner une déficience visuelle.
  • Une perturbation des nerfs faciaux, qui peut entraîner une paralysie (généralement temporaire) (parésie faciale).
  • La méningite, ainsi que l'inflammation du cerveau (encéphalite), qui peut éventuellement mettre la vie en danger.
  • Les enfants peuvent souffrir d'une poussée d'herpès très grave si leur peau est déjà affectée par un eczéma (comme la neurodermatite).
  • Infections des plaies causées par des bactéries (surinfection bactérienne) : dans ce cas, il faut utiliser des médicaments contre le virus et les bactéries (par exemple, des antibiotiques).
  • Des inflammations de la peau et des muqueuses qui cicatrisent mal et peuvent entraîner la mort des tissus, ainsi que des conjonctivites oculaires sévères et d'autres évolutions graves de la maladie chez les patients séropositifs.

Prévention

Un système immunitaire intact est essentiel pour prévenir l'herpès labial. Celle-ci peut être renforcée par un mode de vie sain, une alimentation équilibrée, de l'exercice et un sommeil suffisant.

Ces mesures contribuent à la prévention de l'herpès labial ou de sa (ré)apparition :

  • En cas d'exposition à un fort rayonnement solaire (comme le soleil des glaciers), il convient d'appliquer sur les lèvres et autour de la bouche des crèmes à fort indice de protection solaire. Les pâtes dites "antisolaires" ont un effet particulièrement élevé.
  • Le risque d'infection doit être maintenu aussi bas que possible en évitant de toucher les ampoules avec les mains. Cela permet également d'éviter la transmission à d'autres parties du corps.
  • Il est recommandé de se laver régulièrement les mains. C'est particulièrement vrai si vous avez été en contact avec des ampoules.
  • Le contact avec les bébés doit être évité si possible, car l'infection par les virus peut entraîner une encéphalite.

Si le risque d'infection est particulièrement élevé pour certaines personnes qui n'ont pas encore été en contact avec le virus, il existe la possibilité d'une vaccination d'indication. Ceci est particulièrement conseillé aux femmes en âge de procréer, aux patients atteints de tumeurs et au personnel médical.

Ton assistant personnel en matière de médicaments

afgis-Qualitätslogo mit Ablauf Jahr/Monat: Mit einem Klick auf das Logo öffnet sich ein neues Bildschirmfenster mit Informationen über Medikamio GmbH & Co KG und sein/ihr Internet-Angebot: medikamio.com/ This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify.
Médicaments

Consultez ici notre vaste base de données de médicaments de A à Z, avec leurs effets et leurs ingrédients.

Substances

Toutes les substances actives avec leur application, leur composition chimique et les médicaments dans lesquels elles sont contenues.

Maladies

Causes, symptômes et options de traitement pour les maladies et blessures courantes.

Le contenu indiqué ne remplace pas la notice originale du médicament, notamment en ce qui concerne le dosage et l'effet des différents produits. Nous ne pouvons assumer aucune responsabilité quant à l'exactitude des données, car les données ont été en partie converties automatiquement. Un médecin doit toujours être consulté pour les diagnostics et autres questions de santé. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet ici.