Incontinence

Incontinence

Principes de base

L'incontinence urinaire (plus connue sous le nom de fuites urinaires) est l'incapacité ou la perte de la capacité à stocker l'urine en toute sécurité dans la vessie et à déterminer le moment de la miction. Il s'agit d'une affection assez courante qui, selon les recherches, toucherait entre 5 et 25 % des personnes - les chiffres exacts sont difficiles à déterminer car de nombreuses personnes atteintes ne consultent pas de médecin par honte. En gros, on peut dire que les femmes souffrent plus souvent d'incontinence que les hommes et que le nombre de cas augmente avec l'âge.

Beaucoup de personnes concernées souffrent non seulement physiquement, mais aussi émotionnellement de la perte non désirée d'urine. Par honte et par crainte que leur état ne soit découvert, ils se retirent de plus en plus de la vie sociale. En particulier pour les jeunes qui ont grandi en croyant que l'incontinence ne touche que les personnes âgées, la pression de la souffrance est immense. Les personnes concernées essaient souvent de cacher leur état pendant plusieurs années avant de chercher une aide professionnelle. Le grand stress psychologique se manifeste par de la frustration, de la nervosité et des troubles du sommeil.

Les fuites involontaires d'urine peuvent être évitées dans certains cas simplement en renforçant les muscles du plancher pelvien (par un entraînement intensif du plancher pelvien). Des médicaments sont également utilisés pour traiter certaines formes de fuites urinaires - et la chirurgie est une solution de dernier recours. Il existe également une large gamme d'aides professionnelles disponibles dans les pharmacies et les drogueries, telles que les semelles, qui permettent aux personnes concernées de mener une vie normale sans restrictions.

Causes

Les quatre variantes suivantes sont les manifestations les plus courantes de l'incontinence. Elles sont toutes fondées sur des causes différentes :

  • Incontinence d'effort
  • Incontinence par impériosité
  • Incontinence par regorgement
  • Incontinence réflexe

Incontinence d'effort

Ce type d'incontinence n'a rien à voir avec des facteurs stressants ou psychologiques. La raison de la perte d'urine est que les muscles qui ferment la vessie aux voies urinaires sont trop faibles. Si la pression dans la cavité abdominale et, par conséquent, la pression sur la vessie augmentent dans des situations de stress particulières, cela entraîne une fuite involontaire d'urine. On distingue trois grades d'incontinence d'effort, en fonction du degré de faiblesse musculaire :

  • Grade I : Incontinence uniquement en cas de toux, d'éternuement ou de rire.
  • Grade II : Incontinence lors de mouvements brusques ou en s'asseyant ou en se levant.
  • Grade III : Incontinence en position allongée ou lors de mouvements sans effort.

Il existe différentes raisons pour lesquelles les muscles sphincters de la vessie urinaire ne peuvent plus remplir leur fonction. En général, la faiblesse du plancher pelvien survient, par exemple, après une opération du bas-ventre ou après plusieurs accouchements.

Une autre raison chez les femmes serait l'abaissement de la vessie, de l'utérus et du vagin dans le bassin. Normalement, ces organes sont maintenus dans leur position initiale par des ligaments et des muscles, mais si ces derniers sont trop faibles, les organes et l'urètre glissent un peu plus profondément dans le bassin, ce qui nuit à la fonction des muscles de fermeture de la vessie.

Dans de rares cas, les muscles de l'urètre lui-même ne sont pas assez forts, ce qui entraîne une incontinence. Normalement, cependant, les muscles urétraux sont renforcés par les autres muscles du plancher pelvien.

Chez les hommes, l'incontinence d'effort peut survenir après une opération de la prostate si les muscles de l'urètre ont été endommagés par l'opération.

Incontinence par impériosité

Ce phénomène est également appelé syndrome de la vessie hyperactive, incontinence par impériosité ou vessie irritable. L'incontinence par impériosité se caractérise par une envie soudaine et incontrôlable d'uriner, obligeant la personne à se rendre immédiatement aux toilettes. L'envie soudaine d'uriner est provoquée par les deux mécanismes suivants :

  • l'incontinence par impériosité motrice : lorsque les impulsions nerveuses qui activent le muscle détrusor (le muscle qui vide la vessie) sont hyperactives, ce qui entraîne une miction soudaine et prématurée. Normalement, le muscle détrusor est régulé par le système nerveux central, mais il peut devenir hyperactif en cas de maladies cérébrales telles que les tumeurs, les accidents vasculaires cérébraux, la démence et les inflammations.
  • Incontinence par impériosité sensorielle : dans ce cas, la perception du remplissage de la vessie est perturbée et un signal précoce indique que la vessie est pleine. Ce trouble peut être causé par une inflammation, des calculs vésicaux, des tumeurs de la vessie ou des processus de remodelage de la muqueuse vésicale (à la suite d'un manque d'œstrogènes pendant la ménopause).

Incontinence par regorgement

L'incontinence par regorgement est causée par une vessie constamment trop pleine qui est difficile à vider naturellement en raison d'un manque de drainage. Si la pression dans la vessie dépasse la résistance de l'urètre, la vessie "déborde" et il en résulte un écoulement constant d'urine.

Il existe plusieurs causes d'incontinence par regorgement :

  • La cause la plus fréquente est une hypertrophie de la prostate (glande prostatique), qui se produit souvent chez les hommes de plus de 60 ans. Comme la prostate entoure complètement l'urètre, directement sous la vessie, l'urètre peut se rétrécir lorsqu'elle grossit.
  • Le diabète sucré peut causer des dommages aux nerfs qui doivent activer le muscle détrusor (le muscle qui vide la vessie). L'urine ne peut plus être expulsée de la vessie et l'incontinence par regorgement apparaît.
  • Le nerf du muscle détrusor peut également être endommagé lors de l'ablation chirurgicale de tumeurs utérines ou ovariennes, par exemple, et lors de lésions de la partie inférieure de la moelle épinière.
  • Pendant la grossesse, une incontinence par regorgement peut également apparaître temporairement en raison de la pression accrue sur la vessie.

Incontinence réflexe

L'incontinence par réflexe est due à des lésions des voies nerveuses entre le cerveau et le centre de la vessie dans la moelle épinière, comme c'est le cas chez les paraplégiques. Les lésions entraînent des contractions de type réflexe des muscles de la vessie en raison de la prédominance des impulsions d'activité, ce qui provoque la vidange de la vessie.

Fistules

Les fistules sont des conduits de liaison pathologiques nouvellement formés entre un organe interne creux et un autre organe ou la surface de la peau. Les fistules peuvent se développer à la suite d'un processus inflammatoire chronique (par exemple la maladie de Crohn), après une chirurgie abdominale ou un accouchement compliqué.

Si la vessie est reliée à l'intestin, au vagin ou à la surface de la peau par une fistule, l'urine peut passer dans ce canal sans résistance.

Symptômes

Chaque manifestation de l'incontinence se traduit par des symptômes et des états différents.

Incontinence d'effort

L'incontinence d'effort est provoquée par un effort léger ou important (par exemple, soulever des poids lourds, éternuer, rire, tousser) qui entraîne une fuite involontaire d'urine. Si l'incontinence d'effort est sévère, l'urine peut s'écouler même en position couchée ou lors de mouvements non contraints. Les femmes sont souvent touchées (même à un jeune âge), mais les hommes le sont rarement.

Incontinence par impériosité

L'incontinence par impériosité se manifeste par une envie d'uriner si soudaine et si incontrôlable qu'il est presque impossible pour la personne concernée de se rendre à temps aux prochaines toilettes. Les personnes âgées en particulier (de préférence les femmes) souffrent de cette forme d'incontinence.

Incontinence par regorgement

L'incontinence par regorgement touche principalement les hommes âgés ayant des problèmes de prostate. La vessie ne peut plus se vider normalement en raison d'une résistance accrue (par exemple, en raison d'une hypertrophie de la prostate) - la pression augmente, la vessie "déborde" et l'urine est perdue goutte à goutte.

Incontinence réflexe

Cette forme d'incontinence touche les personnes présentant des lésions ou des troubles des voies nerveuses ou de la moelle épinière. Les muscles de fermeture de la vessie ne peuvent plus être contrôlés et il y a une vidange involontaire et active de la vessie.

Fistules

L'incontinence résultant de la formation d'une fistule est très rare. Dans cette forme, il y a une fuite constante d'urine par la fistule.

Diagnostic

Pour choisir le bon traitement, il faut d'abord déterminer la cause de l'incontinence. On peut le découvrir principalement en recueillant les antécédents médicaux détaillés (entretien avec le patient) et en évaluant les symptômes.

Pour confirmer le diagnostic, il faut exclure d'autres maladies comme les infections de la vessie, les tumeurs ou les calculs vésicaux. L'échographie (examen par ultrasons) peut être utilisée pour détecter d'éventuels calculs ou tumeurs de la vessie et pour mesurer la quantité d'urine résiduelle.

Le diagnostic urodynamique peut être utilisé pour déterminer la pression dans l'abdomen et dans la vessie pendant le remplissage et la vidange de la vessie (par exemple, pour différencier l'incontinence par impériosité de l'incontinence par regorgement).

Dans certains cas, une cystoscopie (pour un examen interne de la vessie en cas de suspicion de modification des tissus) ou une radiographie et des tests de laboratoire sont également nécessaires pour confirmer le diagnostic.

Thérapie

Le type de thérapie varie selon les formes d'incontinence :

Incontinence d'effort

La faiblesse du plancher pelvien étant la cause la plus fréquente de l'incontinence d'effort, un entraînement ciblé des muscles du plancher pelvien permet souvent de la guérir. Les exercices quotidiens de renforcement sont d'abord effectués sous la direction d'un expert, puis seuls à la maison.

Chez les personnes en surpoids, la réduction du poids entraîne souvent une amélioration de l'incontinence. Les femmes après la ménopause peuvent parfois être aidées par un traitement aux œstrogènes.

Si les symptômes ne s'améliorent pas malgré la thérapie, l'incontinence peut généralement être traitée par la chirurgie (par exemple, en insérant un sphincter artificiel).

Incontinence par impériosité

Ce type d'incontinence est dû à une hypersensibilité des récepteurs de la vessie aux stimuli. C'est pourquoi les tisanes pour la vessie, les bouillottes ou les plantes médicinales telles que l'extrait de citrouille ou de verge d'or peuvent aider en cas de symptômes légers.

Un entraînement ciblé de la vessie (au cours duquel le patient apprend à vider sa vessie à certains moments - voir"Pronostic") aide le patient à éviter les envies incontrôlables d'uriner et prévient ainsi les mictions involontaires.

En cas d'incontinence par impériosité grave, la prise de médicaments antispasmodiques peut également être utile. Ils empêchent le muscle de la vessie de se contracter, ce qui affaiblit l'envie pressante d'uriner. Le médicament doit être poursuivi pendant quelques semaines.

Incontinence par regorgement

La cause de ce type d'incontinence étant généralement une hypertrophie de la prostate, une intervention chirurgicale doit être envisagée dans les cas graves. Toutefois, les formes légères peuvent parfois être traitées par des médicaments à base de plantes, comme l'extrait de citrouille, d'ortie ou de palmier nain.

Comme alternative à la chirurgie, un traitement médicamenteux avec des alpha-bloquants est également possible. Ils ont pour effet de réduire la fermeture de la vessie et donc la résistance de la sortie, ce qui réduit la quantité d'urine résiduelle dans la vessie.

Une autre option serait de prendre des inhibiteurs de la 5-alpha-réductase, qui entraînent une réduction de la taille de la prostate.

Si la chirurgie n'est pas possible et que les autres thérapies échouent, il est parfois nécessaire d'insérer un cathéter. Elle est utilisée pour drainer l'urine à travers l'urètre ou la paroi abdominale.

Incontinence réflexe

Ce type d'incontinence est dû à une détérioration de la connexion nerveuse entre le cerveau et la vessie, ce qui signifie que la vessie ne peut plus être contrôlée consciemment. Divers médicaments (par exemple, les parasympatholytiques) inhibent l'activation spontanée des muscles de la vessie et empêchent ainsi efficacement les mictions soudaines.

Cependant, un cathéter doit maintenant être inséré pour la vidange délibérée de la vessie. Un tube en plastique fin est inséré dans la vessie par l'urètre.

Prévision

Si la thérapie correspondante est bien menée et constante, l'incontinence peut être considérablement améliorée ou complètement éliminée dans la plupart des cas.

Il existe un certain nombre de recommandations qui peuvent atténuer l'ampleur de l'incontinence :

Entraînement du plancher pelvien

Il s'agit d'une physiothérapie qui s'apprend sous la direction d'un physiothérapeute. Si l'entraînement n'est appris que par le biais d'instructions écrites, les exercices sont souvent mal exécutés et le succès n'est pas au rendez-vous.

Dans le cadre de l'entraînement du plancher pelvien, les personnes concernées apprennent divers exercices de renforcement des muscles du plancher pelvien ainsi que des méthodes permettant de réduire les contraintes quotidiennes sur le plancher pelvien - par exemple, en apprenant des techniques spéciales de levage ou comment se lever correctement du lit en réduisant la pression.

Les dispositifs de bio-feedback peuvent être très utiles dans la phase initiale de la formation. Ceux-ci indiquent à l'utilisateur le degré de tension des muscles du plancher pelvien, de sorte que le retour d'information peut être utilisé pour reconnaître si les exercices sont effectués correctement. À cette fin, un capteur est inséré dans le vagin pour les femmes et dans le rectum pour les hommes. Lorsque les muscles du plancher pelvien sont contractés, la pression est transmise au capteur. Sans ces dispositifs, le degré de tension des muscles ne peut être détecté.

Une autre option est l'électrothérapie. Les muscles du plancher pelvien sont stimulés par des impulsions électroniques, qui les font se contracter à intervalles rythmiques et deviennent ainsi plus forts. L'électrothérapie est particulièrement adaptée comme préparation à un entraînement actif du plancher pelvien, par exemple après une chirurgie pelvienne.

L'entraînement du plancher pelvien ne peut réussir que s'il est poursuivi de manière cohérente à la maison.

Apport en liquide

Dans de nombreux cas, les gens essaient de contrôler leur incontinence en buvant moins. Cependant, cela a généralement l'effet inverse, car l'urine concentrée dans la vessie tend à augmenter l'envie d'uriner. Le fait de vider la vessie moins souvent augmente également le risque d'infection. Les infections de la vessie peuvent à leur tour accroître l'incontinence.

La santé souffre également d'un apport réduit en liquide, alors que le corps a besoin de deux litres par jour en moyenne. Sinon, cela a des conséquences négatives sur les reins, la peau, le tube digestif et le cerveau.

Entraînement vésical

La vidange régulière de la vessie à certains moments peut prévenir l'envie intense d'uriner dans le cas de l'incontinence par impériosité.

La meilleure façon d'y parvenir est de tenir un journal des mictions (journal des vidanges de la vessie). Dans ce journal, toutes les vidanges volontaires de la vessie et les mictions involontaires ainsi que la quantité et le type de boissons consommées sont notées pendant plusieurs jours. Grâce à ce journal, il est désormais possible de déterminer les régularités du rythme de vidange de la vessie. Puis, avec le temps, vous pouvez vous entraîner à toujours aller aux toilettes environ une demi-heure avant de penser à vider votre vessie, ce qui vous aidera à éviter les mictions incontrôlables.

Prévention

Dans de nombreux cas, un plancher pelvien bien formé et l'évitement des facteurs suivants peuvent réduire ou même prévenir complètement l'incontinence existante :

  • En cas de surpoids important, une réduction du poids corporel a un effet positif en raison de la diminution de la pression sur la zone pelvienne.
  • Le traitement de la constipation chronique réduit la pression exercée sur la vessie urinaire.
  • La toux fréquente en cas de bronchite chronique augmente les désagréments de l'incontinence d'effort. Le traitement de la maladie pulmonaire et l'arrêt du tabac dans la bronchite du fumeur peuvent améliorer la situation.

Ad

Ad

Ton assistant personnel en matière de médicaments

Médicaments

Consultez ici notre vaste base de données de médicaments de A à Z, avec leurs effets et leurs ingrédients.

Substances

Toutes les substances actives avec leur application, leur composition chimique et les médicaments dans lesquels elles sont contenues.

Maladies

Causes, symptômes et options de traitement pour les maladies et blessures courantes.

Le contenu indiqué ne remplace pas la notice originale du médicament, notamment en ce qui concerne le dosage et l'effet des différents produits. Nous ne pouvons assumer aucune responsabilité quant à l'exactitude des données, car les données ont été en partie converties automatiquement. Un médecin doit toujours être consulté pour les diagnostics et autres questions de santé. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet ici.

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify.