Maladie de Crohn (inflammation chronique de l'intestin)

Maladie de Crohn (inflammation chronique de l'intestin)
Classification internationale (CIM) K50.-

Principes de base

La maladie de Crohn (M. Crohn) est une inflammation chronique de toutes les couches de l'intestin, qui évolue par poussées. Les symptômes caractéristiques sont des douleurs abdominales dans le bas-ventre droit, semblables à celles de l'appendicite, associées à une diarrhée sans sang.

Chez environ 30 % des patients, seule la dernière partie de l'intestin grêle (l'iléon) est touchée, et chez environ 25 %, seul le gros intestin (le côlon). Environ 45 % des patients souffrent d'une infestation des deux parties de l'intestin. Cependant, d'autres parties de l'ensemble du tractus gastro-intestinal peuvent être également touchées.

La maladie de Crohn présente une certaine similitude avec la colite ulcéreuse (inflammation chronique du côlon). Cependant, cette maladie ne touche que le gros intestin. Ces deux maladies appartiennent au groupe des maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI).

Dans la plupart des cas, la maladie se manifeste pour la première fois entre 15 et 34 ans. Les hommes et les femmes sont aussi souvent touchés, mais les enfants le sont très rarement. En Allemagne, on compte environ cinq nouveaux cas pour 100 000 habitants par an. Il n'existe toujours pas de traitement complet de la maladie de Crohn ; il n'y a que la possibilité d'en atténuer les symptômes.

Causes

Les causes de la maladie de Crohn sont encore inconnues. Cependant, on suppose qu'une combinaison de facteurs héréditaires, infectieux, psychologiques, mais surtout immunologiques, joue un rôle :

  • Certains facteurs héréditaires qui augmentent le risque de la maladie ont déjà fait l'objet de recherches.
  • Les facteurs environnementaux décisifs sont encore largement inconnus. Toutefois, on soupçonne que le tabagisme a un effet négatif sur le risque de développer la maladie.
  • Le stress psychosocial, associé à une prédisposition, peut également jouer un rôle dans le développement de la maladie. En outre, le stress peut provoquer une nouvelle poussée de l'inflammation chez les patients.

Symptômes

Dans la maladie de Crohn, toutes les couches de la paroi intestinale sont touchées par l'inflammation dans les sections de l'intestin concernées par la maladie. Cependant, il peut toujours y avoir des sections saines entre les zones enflammées. Si les zones enflammées guérissent, il reste des cicatrices qui entraînent un rétrécissement de l'intestin. Ces régions rétrécies peuvent entraîner une occlusion intestinale.

En outre, la maladie de Crohn peut entraîner la formation d'accumulations de pus encapsulé (abcès), ainsi que de faux conduits de liaison (fistules) vers les tissus ou organes voisins (tels que les autres sections intestinales, la vessie, la peau abdominale). Les sections enflammées ne peuvent plus réabsorber complètement les composants alimentaires.

Selon le degré de propagation dans l'intestin, des symptômes très différents apparaissent. De nombreux patients présentent peu de symptômes pendant des années, ce qui explique que la maladie ne soit parfois découverte que très tard.

Souvent, le premier symptôme est la présence de fistules dans la région de l'anus. La diarrhée, les douleurs abdominales et la perte de poids sur une période supérieure à six semaines sont également un signe d'alarme et une indication de la maladie. En outre, il peut y avoir des abcès récurrents dans l'abdomen et les intestins, ce qui indique une maladie de Crohn.

Il convient de prêter attention aux signes suivants :

  • Diarrhée qui dure plus de six semaines (trois à six fois par jour), généralement sans présence de sang.
  • Douleur dans la partie inférieure droite de l'abdomen, semblable à une appendicite.
  • Légère fièvre
  • Perte d'appétit et de poids
  • Sentiment général de maladie

En outre, il existe parfois des plaintes qui n'affectent pas le tube digestif (manifestations extra-intestinales). Il s'agit, par exemple, d'inflammations articulaires, de modifications cutanées telles que l'érythème noueux (épaississement nodulaire inflammatoire de la peau) ou de lésions de la muqueuse buccale (aphtes), d'inflammations oculaires (telles que l'uvéite, la kératite), d'ostéoporose et d'inflammations hépatiques.

La maladie de Crohn a soit une évolution chronique, c'est-à-dire que les symptômes durent plus de six mois, soit elle évolue par poussées. Dans l'évolution récurrente de la maladie, les symptômes disparaissent parfois complètement, mais réapparaissent après un certain temps. La probabilité d'un nouveau foyer de la maladie est d'environ 30 % après un an et jusqu'à 70 % après deux ans.

Diagnostic

Le diagnostic commence par un examen détaillé des antécédents médicaux, des antécédents familiaux et un examen physique. Lors de l'examen physique, le médecin vérifie, entre autres, s'il existe une douleur à la pression dans l'abdomen. Il examine également la cavité buccale et l'anus du patient pour voir s'il y a des signes caractéristiques de la maladie.

Une méthode bien adaptée au diagnostic est la coloscopie (iléocoloscopie). Au cours de cet examen, le médecin prélève simultanément un échantillon de tissu (biopsie) dans le segment intestinal suspect. Cet échantillon est examiné en laboratoire pour détecter d'éventuelles inflammations, leur nature et leur répartition. En outre, des fistules ou des sténoses intestinales peuvent être détectées. L'estomac (gastroscopie) et le duodénum doivent également être examinés.

Un examen échographique de la paroi intestinale (sonographie) est également très important, à la fois comme contrôle de dépistage et comme suivi. En outre, les examens radiologiques peuvent être réalisés à l'aide d'un produit de contraste.

Les modifications de l'intestin grêle sont mieux détectées par l'imagerie par résonance magnétique (IRM) et la tomographie par ordinateur (CT). Une analyse de sang peut être utilisée pour déterminer le taux de CRP, qui peut donner des informations sur une inflammation. Une numération sanguine complète sera également effectuée.

Thérapie

La majorité des patients souffrant de la maladie de Crohn légère ou modérée peuvent être traités en ambulatoire. Dans certains cas, cependant, l'hospitalisation est inévitable.

Certaines valeurs de laboratoire peuvent aider à choisir le traitement. Par exemple, la valeur de la CRP fournit des informations sur l'évolution de la maladie. Cette valeur peut également être utilisée pour évaluer le risque de rechute. En cas de processus inflammatoire dans l'organisme, la quantité de protéine C-réactive (CRP) dans le sang augmente. En outre, le nombre et l'état des globules rouges (érythrocytes) sont déterminés afin de détecter une éventuelle anémie.

Le traitement d'une poussée aiguë de la maladie est divisé en trois étapes, en fonction de la gravité de la poussée :

Faible activité :

Le premier choix est un traitement local avec le corticostéroïde (cortisone) budésonide (par jour en une seule dose ou trois doses uniques réparties dans la journée).

Si la personne atteinte ne présente pas de symptômes en dehors du tube digestif (manifestation extra-intestinale), une thérapie nutritionnelle ou une thérapie symptomatique (par exemple avec des médicaments contre la douleur, les crampes et la diarrhée) peut parfois être suffisante.

Activité modérée :

Dans ce cas, on utilise généralement des préparations à base de budésonide ou de cortisone systémique (efficace dans tout le corps). Parfois, une thérapie nutritionnelle peut également être utile. Des antibiotiques sont également administrés s'il s'agit d'une infection bactérienne.

Activité élevée : Dans ce cas, on administre généralement des préparations à base de cortisone et éventuellement d'autres médicaments qui contribuent à supprimer le système immunitaire (comme l'azathioprine). Si ces médicaments n'ont pas l'effet escompté et que la chirurgie n'est pas possible, il est également possible d'administrer des anticorps contre les facteurs inflammatoires (anticorps anti-TNF).

Thérapie en phase de repos (maintien de la rémission) :

La majorité des patients connaissent une alternance entre des épisodes de la maladie et une période sans symptômes (phase de rémission). Un traitement pendant cette période sans symptômes n'est pas absolument nécessaire. Des facteurs individuels, tels que l'évolution de la maladie, déterminent si, pendant combien de temps et quels médicaments sont utilisés dans le cadre d'un tel traitement de maintien de la rémission.

Médicaments :

Les causes de la maladie étant souvent inconnues, seule l'inflammation peut être combattue et les symptômes atténués. Les médicaments peuvent également être utilisés pour prévenir une éventuelle rechute pendant une certaine période.

Les médicaments suivants sont utilisés pour la maladie de Crohn :

  • 5-ASA : La mésalazine ou la sulfasalazine développent leur effet spécifiquement soit dans l'intestin grêle, soit uniquement dans le gros intestin. Ces médicaments sont moins efficaces dans la maladie de Crohn que dans la colite ulcéreuse, c'est pourquoi ils ne sont administrés que dans les cas légers.
  • Préparations à base de cortisone : la cortisone, hormone propre à l'organisme, a un effet anti-inflammatoire et freine l'activité du système immunitaire. Les préparations de cortisone synthétisées chimiquement jouent un rôle important lors d'une crise aiguë de la maladie de Crohn. Si les symptômes sont légers ou modérés, ou si le foyer d'inflammation se situe dans la partie inférieure du côlon, ces préparations agissent directement sur place (sous forme de suppositoires ou de préparations pour lavement). Il en résulte moins d'effets secondaires. Pour les symptômes plus graves, on préfère les comprimés dont le principe actif est distribué dans tout le corps (systémique).
  • Antibiotiques : Les antibiotiques, tels que le métronidazole ou la ciprofloxacine, sont principalement utilisés lorsqu'il existe une infection bactérienne, en plus d'une inflammation intestinale, ou lorsqu'elle menace de se développer. Cette thérapie est principalement utilisée pour les fistules. Les fistules sont des connexions nouvellement formées entre l'intestin et les tissus ou organes environnants. Le danger de ces fistules est qu'elles peuvent provoquer des infections par des bactéries intestinales en dehors de l'intestin.
  • Médicaments qui suppriment le système immunitaire (immunosuppresseurs) : ils sont utilisés dans les cas graves de la maladie de Crohn. Si les préparations à base de cortisone n'ont pas l'effet désiré, si les effets secondaires sont trop importants ou si elles ne peuvent être prises pour une autre raison, on utilise des immunosuppresseurs. Très souvent, il s'agit de la substance active azathioprine.
  • Anticorps TNF : si la maladie est très grave, on utilise des anti-inflammatoires dont les principes actifs sont l'infliximab ou l'adalimumab (anticorps TNF). Le principe actif de ces substances est qu'elles lient les substances messagères (cytokines) entre les cellules inflammatoires et empêchent ainsi la réaction inflammatoire de se propager.

Intervention chirurgicale :

Environ 70 % des personnes concernées ne sont pas épargnées par une opération dans les quinze premières années de la maladie. Cela peut également être le cas malgré un traitement médicamenteux. Souvent, des opérations répétées sont également possibles. Pendant une opération, les interventions suivantes ont lieu :

  • Le chirurgien élargit les zones rétrécies de l'intestin à l'aide d'un ballon.
  • Les fistules sont fermées et les abcès sont ouverts.
  • Les sections de l'intestin qui sont déjà fortement touchées par l'inflammation sont retirées. Cette intervention n'est pratiquée qu'en cas de complications déjà graves, telles qu'une perforation intestinale, une péritonite ou une occlusion intestinale.

Une bonne nutrition :

Une alimentation correcte joue un rôle important chez les patients atteints de la maladie de Crohn, bien qu'il n'existe pas de directives générales en la matière. Il est préférable de demander conseil à votre médecin pour éviter les carences en vitamines, en protéines, en fer ou en nutriments. Lors d'un épisode aigu, un régime riche en fibres (nourriture pour astronautes) apporte souvent un soulagement. Les patients qui souffrent d'épisodes particulièrement graves reçoivent une alimentation par goutte à goutte pour soulager les intestins irrités.

Ce que vous pouvez faire vous-même :

Si vous êtes déjà atteint de la maladie de Crohn, vous devez être attentif à tout signe qui pourrait indiquer une aggravation. Du sang dans les selles, des douleurs nouvelles ou différentes et une fièvre inexpliquée peuvent être de tels signes.

Pendant une poussée aiguë de la maladie de Crohn, il est important de laisser l'organisme se reposer suffisamment. Entre les rechutes, il est possible de travailler normalement.

Il n'y a aucune restriction en matière de régime alimentaire. Il faut toutefois veiller à ce qu'aucun symptôme de carence ne survienne en raison de l'attaque de l'intestin. Cela peut être réalisé grâce à une alimentation saine.

En cas d'intolérance à certains aliments, ceux-ci doivent être évités. Environ 30 % des patients ne peuvent pas tolérer le lactose (intolérance au lactose). Si tel est le cas, le lait et les produits laitiers doivent être supprimés de l'alimentation. D'autres patients atteints de la maladie de Crohn souffrent malheureusement d'une intolérance au fructose et doivent donc éviter le fructose.

Prévision

Le pronostic dépend principalement de l'étendue de la maladie. La maladie de Crohn est une maladie qui ne se guérit pas. Néanmoins, les symptômes peuvent être atténués par une thérapie appropriée. En outre, il peut souvent y avoir des phases au cours desquelles la personne touchée est totalement exempte de symptômes.

Une auto-observation attentive de la part du patient et des contrôles réguliers sont essentiels pour reconnaître et traiter les signes d'un nouvel épisode de la maladie ainsi que les éventuelles complications. En outre, le tractus gastro-intestinal doit être régulièrement examiné à la recherche d'excroissances malignes.

S'ils sont traités correctement, les patients atteints de la maladie de Crohn ont souvent la même espérance de vie que les personnes en bonne santé. Cependant, il est important de consulter un spécialiste pour adapter la thérapie.

Prévention

Le déclencheur de la maladie de Crohn étant encore inconnu, il n'est pas possible de dire comment prévenir au mieux la maladie. Le tabagisme et le stress psychosocial sont considérés comme des facteurs de risque fiables qui peuvent être évités.

Un mode de vie sain avec un sommeil suffisant, un exercice régulier et une alimentation saine peut également avoir un effet positif sur les intervalles sans symptômes.

Principes rédactionnels

Toutes les informations utilisées pour le contenu proviennent de sources vérifiées (institutions reconnues, experts, études d'universités de renom). Nous attachons une grande importance aux qualifications des auteurs et à la base scientifique des informations. Cela garantit que nos recherches sont fondées sur des résultats scientifiques.

Danilo Glisic

Danilo Glisic
Auteur

Étudiant en biologie et en mathématiques, il se passionne pour la rédaction d'articles de magazine sur des sujets médicaux d'actualité. En raison de son affinité avec les chiffres, les données et les faits, il se concentre sur la description de résultats d'études cliniques pertinents.

Ton assistant personnel en matière de médicaments

afgis-Qualitätslogo mit Ablauf Jahr/Monat: Mit einem Klick auf das Logo öffnet sich ein neues Bildschirmfenster mit Informationen über Medikamio GmbH & Co KG und sein/ihr Internet-Angebot: medikamio.com/ This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify.
Médicaments

Consultez ici notre vaste base de données de médicaments de A à Z, avec leurs effets et leurs ingrédients.

Substances

Toutes les substances actives avec leur application, leur composition chimique et les médicaments dans lesquels elles sont contenues.

Maladies

Causes, symptômes et options de traitement pour les maladies et blessures courantes.

Le contenu indiqué ne remplace pas la notice originale du médicament, notamment en ce qui concerne le dosage et l'effet des différents produits. Nous ne pouvons assumer aucune responsabilité quant à l'exactitude des données, car les données ont été en partie converties automatiquement. Un médecin doit toujours être consulté pour les diagnostics et autres questions de santé. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet ici.