Mycose vaginale (infection fongique vaginale)

Mycose vaginale (infection fongique vaginale)
Classification internationale (CIM) B37.3

Principes de base

Les mycoses vaginales sont des infections génitales causées par des champignons, qui touchent de très nombreuses femmes au cours de leur vie. Même en bonne santé, le vagin est colonisé par des bactéries et certains champignons, mais il existe un équilibre entre ces germes. Si l'environnement vaginal se modifie et que l'équilibre entre les bactéries et les champignons change, une infection fongique vaginale peut se développer.

Les hormones sexuelles féminines ont une grande influence sur l'environnement spécifique du vagin, et leur concentration peut changer au cours du cycle mensuel et avec l'âge. Cette influence hormonale explique également la différence de milieu vaginal entre les jeunes filles avant et après la puberté, les femmes âgées pendant la ménopause et après la ménopause.

Chez les femmes en bonne santé, la muqueuse du vagin est largement colonisée par des bactéries lactiques (également appelées lactobacilles ou petites bactéries). Ces bactéries sont inoffensives pour la femme et produisent de l'acide lactique à partir du sucre qu'elles obtiennent des cellules de la muqueuse. Cet acide lactique crée un environnement vaginal acide dans le vagin, qui supprime la multiplication d'autres bactéries ou champignons et protège ainsi la femme des infections.

Causes

Les agents pathogènes

Comme son nom l'indique, une infection vaginale à levures est causée par des champignons. L'agent pathogène le plus courant est un champignon à levure, à savoir Candida albicans. Ce champignon est un représentant du groupe des Candida, que l'on reconnaît au microscope à leurs grandes cellules blanches et rondes. Il est typique pour les champignons de type levure de se multiplier très bien à 37 degrés Celsius. Ainsi, la température du corps offre à Candida albicans les meilleures conditions pour se développer dans la muqueuse du vagin. Si l'on diagnostique une infection à Candida albicans en prélevant un frottis et en l'examinant au microscope, on peut voir des fils (hyphes) typiques des champignons à levure. Cependant, certaines femmes peuvent également être porteuses de cellules de Candida isolées sans développer de symptômes.

Normalement, le vagin est colonisé par des champignons longtemps avant l'infection, mais la maladie ne survient pas car les champignons sont supprimés par l'environnement acide du vagin. La colonisation fongique du vagin peut se produire bien avant l'apparition des premiers symptômes, par exemple à la naissance. Cependant, la maladie ne se déclare que lorsque la relation entre les bactéries et les champignons est déséquilibrée et que le champignon peut se propager facilement.

Les rapports sexuels peuvent également être le déclencheur d'une mycose vaginale ; les rapports anaux, en particulier, peuvent favoriser une infection par mycose vaginale. Cela peut s'expliquer par le fait que la muqueuse du tractus gastro-intestinal, y compris le rectum, est colonisée par Candida albicans et que ceux-ci peuvent être transférés dans le vagin lors de rapports anaux.

Le partage d'articles d'hygiène, de serviettes et de linge peut également contribuer à l'apparition d'une mycose vaginale. Les infections fongiques peuvent également être transmises dans les piscines publiques. Cependant, le champignon ne peut pas survivre dans l'eau chlorée, il n'y a donc aucun risque de transmission dans les piscines chlorées.

Facteurs favorables

Un environnement vaginal perturbé peut favoriser le développement d'une infection fongique vaginale. Par exemple, si l'équilibre entre les bactéries et les champignons est modifié en faveur des champignons par un traitement antibactérien, cela peut favoriser une infection fongique. Outre l'environnement vaginal acide, le système immunitaire joue également un rôle majeur dans la protection contre les mycoses vaginales. Les médicaments immunosuppresseurs ou les médicaments utilisés dans le traitement du cancer peuvent également favoriser une infection. En outre, d'autres maladies existantes telles que le diabète ou des modifications de l'équilibre hormonal peuvent contribuer à la propagation du champignon. Par ailleurs, le risque de contracter une mycose vaginale est également accru pendant la grossesse, ce qui s'explique par les modifications des taux de sucre et d'hormones. Les générations antérieures de préparations de pilules peuvent également être perturbantes pour l'environnement vaginal en raison d'un taux d'hormones sexuelles plus élevé. Dans ces cas, il est conseillé de passer à des préparations plus récentes ayant une teneur plus faible en hormones.

Bien qu'un certain degré d'hygiène soit recommandé pour éviter les mycoses vaginales, un lavage excessif de la zone génitale peut favoriser la prolifération des champignons car il peut perturber l'environnement vaginal. Par conséquent, l'utilisation de gels et de lotions de lavage spéciaux n'est pas recommandée. Les champignons ont besoin d'humidité et de chaleur pour se développer. Il faut donc s'abstenir de porter des vêtements trop serrés et synthétiques. Souvent, l'apparition d'une mycose vaginale est également due au stress ou à des situations stressantes.

Symptômes

Dans le cas d'une infection fongique du vagin, les symptômes suivants sont les plus courants :

- Démangeaisons sévères

- Douleur brûlante

- Rougissement

- Œdème (gonflement)

- Douleurs lors de la miction Certaines femmes signalent également des douleurs plus ou moins importantes lors des rapports sexuels. Des pertes blanches et friables sont également fréquentes en cas d'infection vaginale à levures. Lors de l'examen des parois vaginales, on peut également trouver un revêtement blanchâtre. Après l'élimination de cette couche, la muqueuse du vagin, désormais visible, apparaît généralement gonflée et rougie. De petits saignements après le retrait du revêtement ne sont pas rares non plus.

En particulier si les femmes ont déjà connu une mycose vaginale, elles peuvent généralement reconnaître assez rapidement l'apparition des symptômes typiques comme l'indication d'une nouvelle infection fongique. Ce sont surtout les symptômes cardinaux de démangeaisons et de brûlures, associés aux pertes typiques, qui amènent de nombreuses femmes à faire l'autodiagnostic d'une mycose vaginale.

Cependant, un tableau clinique similaire peut également être causé par d'autres agents pathogènes, c'est pourquoi il est déconseillé de le traiter soi-même et il est préférable de le faire contrôler par un gynécologue. Dans tous les cas, il faut consulter un gynécologue si les symptômes persistent, reviennent à intervalles rapprochés, mais aussi en cas de mycose vaginale pendant la grossesse. La fièvre et les douleurs abdominales peuvent être le signe d'infections graves du bas-ventre et doivent également être clarifiées.

Diagnostic

Une infection fongique vaginale peut être diagnostiquée par les antécédents médicaux, par un examen gynécologique et par un frottis vaginal.

Parfois, il n'est pas possible de détecter une infection fongique au microscope ou de la distinguer des infections bactériennes. Dans ce cas, la réalisation d'une culture fongique est souvent très utile. En particulier dans le cas de mycoses vaginales répétées, il est très important de vérifier certains facteurs de risque tels que les médicaments, d'autres maladies ou les habitudes d'hygiène qui peuvent favoriser le développement d'une infection fongique.

Thérapie

Antifongiques

Les antifongiques sont utilisés pour traiter les mycoses vaginales sous différentes formes, telles que des comprimés, des pommades ou des suppositoires vaginaux. Les antifongiques typiques sont le clotrimazole, le kétoconazole ou le fenticonazole. La plupart des antifongiques sont utilisés pour le traitement topique des mycoses vaginales, mais dans certains cas, un traitement systémique par comprimés est également utile. Toutefois, ce type de traitement, dans lequel les comprimés sont pris par voie orale, ne doit pas être utilisé pendant la grossesse. Il n'y a pas d'objection à un traitement topique avec des pommades ou des suppositoires, mais le traitement doit toujours être suivi par un médecin. Les rapports sexuels doivent être évités pendant le traitement, et l'utilisation au moins temporaire de préservatifs est recommandée après la fin du traitement.

Auto-mesures

Si vous soupçonnez une infection vaginale à levures, l'une des mesures que vous pouvez prendre vous-même est d'administrer localement du yaourt enrichi en bactéries lactiques. Cela peut rétablir ou soutenir l'environnement vaginal acide, qui empêche la propagation des champignons. Cependant, le succès de cette mesure varie d'une femme à l'autre.

Une autre méthode pour contrer la progression d'une infection vaginale à levures naissante consiste à laisser le vagin s'assécher pendant quelques heures. Par exemple, vous pouvez utiliser un tampon pour éliminer l'humidité des champignons, dont les agents pathogènes ont besoin pour se multiplier. Cependant, un assèchement du vagin trop long peut entraîner des dommages supplémentaires.

Prévision

Les mycoses vaginales ont généralement un bon pronostic. 90 % des mycoses vaginales répondent bien au traitement et guérissent. Toutefois, une nouvelle infection par mycose vaginale (récidive) peut survenir après un court laps de temps, ce qui, dans la plupart des cas, est dû à un déséquilibre entre les bactéries et les champignons. Il n'est donc pas justifié, dans la plupart des cas, d'attribuer à la thérapie le seul succès de guérison de courte durée. Au contraire, la récidive d'une mycose vaginale doit également être traitée par des antimycotiques.

Contrairement aux hypothèses antérieures selon lesquelles le risque de récidive des infections fongiques pourrait être réduit en traitant le partenaire en même temps, de nombreuses études ont malheureusement montré peu de succès à cet égard. Dans certains cas, cependant, il est toujours utile d'examiner le partenaire et de l'inclure dans la thérapie.

Si la personne concernée souffre de mycoses vaginales plus de quatre fois par an, il convient de procéder à une étude précise des facteurs pouvant favoriser une infection fongique. Dans de nombreux cas, la prescription d'une préparation à plus faible teneur en œstrogènes s'est avérée efficace chez les femmes prenant la pilule. Il peut également être nécessaire de traiter avec des antifongiques oraux sur une période de plusieurs mois à six mois. Malheureusement, le traitement permanent n'est vraiment efficace à long terme que pour environ 50 % des personnes concernées.

Prévention

La personne concernée peut prendre diverses mesures pour éviter l'apparition d'une infection :

- Par exemple, il ne faut pas porter de sous-vêtements synthétiques moulants.

- Chez certaines femmes, le port de tampons peut également entraîner une mycose vaginale. Mais surtout, les protège-slips avec un revêtement en plastique ne sont pas conseillés car ils peuvent créer de l'humidité et de la chaleur, ce qui favorise le développement de champignons.

- Les maillots de bain humides doivent également être changés dès que possible.

- Il ne faut pas laver la zone génitale excessivement avec du savon et, dans le meilleur des cas, utiliser un savon dont le pH est acide.

- Les champignons ont besoin de sucre pour se développer. Vous pouvez donc prévenir quelque peu les mycoses en adoptant un régime alimentaire aussi pauvre en glucides que possible.

- Si une mycose vaginale est déjà apparue, il est important de changer toutes les serviettes, le linge de lit et les vêtements et de les laver avec des détergents spéciaux disponibles en pharmacie.

- Pour éviter la propagation des germes de la zone anale, vous devez toujours nettoyer la zone intime d'avant en arrière après avoir utilisé les toilettes.

- Il est également recommandé d'utiliser des préparations destinées à renforcer l'environnement vaginal acide, comme les cultures de bactéries lactiques.

- Parfois, l'utilisation de préservatifs peut protéger contre de nouvelles infections. En effet, les champignons peuvent se multiplier sous le prépuce du membre masculin et être transmis lors des rapports sexuels. C'est beaucoup moins souvent le cas chez les hommes circoncis.

Ad

Ad

Ton assistant personnel en matière de médicaments

Médicaments

Consultez ici notre vaste base de données de médicaments de A à Z, avec leurs effets et leurs ingrédients.

Substances

Toutes les substances actives avec leur application, leur composition chimique et les médicaments dans lesquels elles sont contenues.

Maladies

Causes, symptômes et options de traitement pour les maladies et blessures courantes.

Le contenu indiqué ne remplace pas la notice originale du médicament, notamment en ce qui concerne le dosage et l'effet des différents produits. Nous ne pouvons assumer aucune responsabilité quant à l'exactitude des données, car les données ont été en partie converties automatiquement. Un médecin doit toujours être consulté pour les diagnostics et autres questions de santé. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet ici.

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify.