Polyarthrite rhumatoïde

Polyarthrite rhumatoïde
Classification internationale (CIM) M06.-

Principes de base

La polyarthrite rhumatoïde, souvent appelée simplement rhumatisme, n'est pas, contrairement à la croyance populaire, une maladie de la vieillesse, mais peut toucher des personnes de tout âge. Il convient également de préciser que la polyarthrite rhumatoïde n'est pas une maladie anodine et que, dans certains cas, elle peut prendre une tournure très difficile. Dans le cas de la polyarthrite rhumatoïde, un dysfonctionnement du système immunitaire entraîne une inflammation des articulations, qui provoque des symptômes typiques tels que des douleurs articulaires et des gonflements. Si la maladie n'est pas traitée à temps et de manière adéquate, elle entraîne une destruction irréversible des articulations ou une propagation à d'autres organes du corps. Dans la plupart des cas, ce sont principalement les articulations des mains et des pieds qui sont touchées par la maladie.

L'origine de la polyarthrite rhumatoïde n'est pas claire, mais on sait que de nombreux éléments contribuent au développement de la maladie. Par exemple, une certaine prédisposition génétique associée à des facteurs environnementaux peut entraîner l'apparition de la polyarthrite rhumatoïde.

Parmi les tableaux cliniques généralement désignés sous le nom de rhumatismes, la polyarthrite rhumatoïde doit être distinguée avant tout de l'usure des articulations (arthrose) et des crises de goutte, qui s'accompagnent également de plaintes articulaires.

La polyarthrite rhumatoïde n'est qu'une des nombreuses maladies rhumatismales. Les autres maladies associées à l'inflammation des articulations sont la maladie de Bechterew, le syndrome de Reiter et l'arthrite psoarienne.

On distingue également le rhumatisme articulaire aigu, une maladie causée par une réaction immunitaire suite à des infections à streptocoques. Cette maladie inflammatoire, qui survient principalement chez les enfants, peut également provoquer des troubles articulaires.

Il existe également un certain nombre de maladies des vaisseaux (vasculitides) et du tissu conjonctif (collagénoses) qui peuvent également entraîner des troubles articulaires. Un représentant important est le lupus érythémateux, dans lequel une réaction auto-immune peut entraîner une inflammation de divers organes, tels que la peau, les reins et les articulations. En revanche, la sclérodermie provoque des dommages aux organes et aux articulations, principalement en raison d'une augmentation du tissu conjonctif.

Polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde est la maladie inflammatoire des articulations la plus courante, avec une incidence d'environ 1 %, et elle touche davantage les femmes que les hommes. Bien que la polyarthrite rhumatoïde touche principalement les personnes âgées, la maladie se manifeste dans toutes les tranches d'âge.

La maladie se développe très discrètement et lentement au début, c'est pourquoi elle n'est généralement pas reconnue immédiatement. Cependant, les symptômes augmentent continuellement et de plus en plus d'articulations sont touchées par les changements inflammatoires. Il est très important de traiter la polyarthrite rhumatoïde de manière adéquate et à temps, car sinon les articulations seront détruites de manière irréversible. La réduction de la mobilité des articulations, ainsi que l'augmentation de la douleur et de la raideur articulaire sont les conséquences de la destruction des articulations. Dans le pire des cas, la maladie peut entraîner une invalidité et une incapacité professionnelle.

Malheureusement, il n'existe actuellement aucun traitement complet de la polyarthrite rhumatoïde, mais la maladie peut être maîtrisée par un traitement précoce et la destruction progressive des articulations peut être réduite. Les patients eux-mêmes peuvent également exercer une influence positive sur l'évolution de la maladie en prenant certaines mesures.

Pour prévenir les lésions articulaires et la progression de la maladie, un traitement médicamenteux à vie est nécessaire. En outre, la gymnastique, la thérapie physique et les massages spéciaux peuvent avoir une influence positive sur l'évolution de la maladie. Il convient toutefois de préciser que la polyarthrite rhumatoïde peut varier fortement en gravité d'une personne à l'autre, d'où la nécessité d'une thérapie adaptée à chaque individu et de contrôles réguliers de l'évolution de la maladie. En cas de lésions articulaires graves, un traitement chirurgical est nécessaire.

Causes

On pense que le développement de la polyarthrite rhumatoïde a une composante génétique et qu'il est déclenché par l'influence de nombreux facteurs environnementaux. C'est pourquoi les personnes qui ont des parents proches atteints de polyarthrite rhumatoïde ont un risque plus élevé de développer également la maladie. Cependant, on ne connaît pas encore le mode exact d'apparition de la polyarthrite rhumatoïde.

La polyarthrite rhumatoïde est due à une réaction auto-immune qui entraîne une inflammation des articulations. Pour des raisons qui ne sont pas claires, le système immunitaire produit des anticorps qui sont dirigés contre la peau de l'articulation. Ces anticorps provoquent une inflammation et des dommages ultérieurs dans la zone articulaire.

La dégradation des cellules qui se produit pendant l'inflammation libère des substances qui augmentent le processus inflammatoire et la production d'anticorps. Des cytokines sont libérées, par exemple le TNF-alpha et l'interleukine-1, qui ont un effet stimulant sur le système immunitaire. Ces facteurs entretiennent l'inflammation, qui peut même entraîner une détérioration du tissu cartilagineux et de la substance osseuse.

Symptômes

Les premiers symptômes de la polyarthrite rhumatoïde sont très peu spécifiques. Les patients signalent souvent un manque d'appétit, de la fatigue, une augmentation de la température corporelle ou une perte de poids. Comme ces symptômes peuvent indiquer diverses maladies, il est très difficile de diagnostiquer la polyarthrite rhumatoïde au début de la maladie. Ce n'est que progressivement qu'apparaissent les symptômes articulaires révélateurs de la maladie.

Seule l'apparition de douleurs articulaires, d'un échauffement et d'un gonflement des articulations permet de poser le diagnostic dans la plupart des cas. Toutefois, ces symptômes très typiques peuvent être très différents pour chaque personne touchée. Par exemple, chez certains patients, les symptômes commencent très légèrement et n'augmentent qu'avec le temps, alors que chez d'autres, ils peuvent se manifester très violemment et soudainement.

Il est également très typique de la polyarthrite rhumatoïde que les plaintes articulaires soient les plus fortes le matin. Au début de la maladie, de nombreux malades signalent une raideur matinale dans les articulations des doigts et des mains, qui les gêne dans leurs activités matinales normales. Alors que la raideur ne se manifeste que le matin au début de la maladie, elle peut survenir par épisodes à n'importe quel moment de la journée dans les stades ultérieurs de la maladie. Une mauvaise circulation et ses conséquences peuvent également être le signe d'une polyarthrite rhumatoïde.

Au fil du temps, de plus en plus d'articulations sont touchées par la maladie inflammatoire, qui se manifeste par un nombre croissant d'articulations gonflées, surchauffées, rougies et douloureuses. En ce qui concerne l'évolution de l'inflammation des articulations, on peut dire qu'au début, ce sont surtout les articulations des doigts qui sont touchées et que les plaintes surviennent à peu près en même temps à la main droite et à la main gauche. Ce n'est qu'après un certain temps que d'autres articulations sont touchées par la polyarthrite rhumatoïde, mais il n'est pas possible de dire dans quelle articulation l'inflammation se produira ensuite. De nombreux patients font également état d'une inflammation de la gaine du tendon, comme le syndrome du canal carpien, comme plainte concomitante de l'inflammation des articulations des doigts et de la main. Dans certains cas, la maladie se propage également aux vaisseaux ou aux organes.

La réaction auto-immune dirigée contre les articulations conduit à leur destruction, ce qui provoque des douleurs persistantes. D'autres conséquences sont la déformation et la raideur des articulations, qui peuvent entraîner une restriction massive des mouvements et un handicap. Les déformations peuvent être décrites différemment selon le type et l'articulation concernée. Chez un quart des patients, on trouve également des nodules dits rhumatoïdes, qui sont de petits nodules sous la peau dans la zone articulaire. Afin de prévenir les lésions articulaires avec restrictions de mouvement, il est nécessaire de mettre en place une thérapie adaptée à temps et individuellement, qui devrait être réalisée au mieux dans des centres spécialisés ou par des rhumatologues.

Comme nous l'avons déjà mentionné, l'évolution de la polyarthrite rhumatoïde peut varier d'une personne à l'autre. Certains patients ne présentent presque jamais de symptômes, tandis que d'autres sont constamment en proie à la douleur. Si les symptômes augmentent sur une période de quelques mois, on parle de poussée rhumatismale.

Diagnostic

Afin d'influencer l'évolution de la maladie de la manière la plus positive possible, il est important de procéder à un dépistage précoce de la maladie. Cependant, il est difficile de diagnostiquer la polyarthrite rhumatoïde au début de la maladie car elle est très peu spécifique au départ. En particulier, la polyarthrite rhumatoïde doit être envisagée chez les personnes qui ont des parents proches atteints de la maladie et qui présentent une raideur matinale ou des problèmes circulatoires dans les doigts et les poignets.

En outre, vous devriez vous rendre chez un spécialiste pour obtenir des éclaircissements sur la maladie, car cela peut s'avérer très difficile en raison des évolutions très différentes de la maladie. Il est préférable de consulter un interniste spécialisé en rhumatologie.

Au début de l'examen, le médecin procédera à un entretien médical. Il est important de décrire les symptômes de manière aussi complète et détaillée que possible afin que le médecin puisse se faire une bonne idée des symptômes. Si une polyarthrite rhumatoïde est suspectée après la consultation, un examen physique, une prise de sang et des examens d'imagerie sont généralement effectués :

- Au cours de l'examen physique, le médecin examine les articulations touchées et recherche des nodules rhumatoïdes, un gonflement, une chaleur, une douleur et une restriction des mouvements des articulations.

- En outre, le diagnostic peut être déterminé au moyen de procédures d'imagerie. Par exemple, un examen radiographique des articulations touchées peut être effectué. Au cours de ce processus, l'attention est portée sur les changements spécifiques des articulations qui peuvent être utilisés pour établir le diagnostic. Il s'agit notamment de défauts du cartilage et de l'os, d'un rétrécissement de l'espace articulaire, d'une réduction de la substance osseuse et d'autres dommages aux articulations. Cependant, ces changements ne sont pas encore visibles au début de la maladie.

Les modifications des articulations, telles que les inflammations ou les épanchements articulaires, peuvent également être visualisées à l'aide d'un examen échographique. Dans le diagnostic de la polyarthrite rhumatoïde, l'échographie est très souvent utilisée en complément en raison de sa grande disponibilité et pour des raisons de coût.

Une autre méthode d'imagerie qui peut être utilisée pour examiner la polyarthrite rhumatoïde est la scintigraphie. Cette procédure d'examen permet de bien mettre en évidence le métabolisme osseux, qui peut être altéré dans la polyarthrite rhumatoïde.

Enfin, il convient de mentionner l'imagerie par résonance magnétique (IRM), qui permet de très bien visualiser les articulations et les structures adjacentes. Cependant, l'IRM n'est pas utilisée de manière systématique pour des raisons de coût et en raison de sa disponibilité limitée.

- L'activité inflammatoire de la polyarthrite rhumatoïde peut être examinée par une prise de sang. À cette fin, on peut utiliser d'une part la protéine C-réactive (CRP), mais aussi une vitesse de sédimentation sanguine élevée. En outre, chez de nombreux patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, un anticorps, appelé facteur rhumatoïde, peut être déterminé dans le sang. Cependant, le facteur rhumatoïde n'est pas positif chez tous les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, surtout dans les premiers stades de la maladie, et peut également être élevé par d'autres maladies, comme le cancer et les virus de l'hépatite.

Un résultat plus précis est obtenu en évaluant les anticorps contre les peptides cycliques citrullinés (anticorps CCP). Ceux-ci sont positifs même dans les premiers stades de la maladie, ce qui signifie que la polyarthrite rhumatoïde peut être détectée très tôt et que la thérapie peut être commencée tôt.

En outre, un certain nombre d'autres facteurs doivent être déterminés dans le sang afin de pouvoir distinguer les innombrables maladies rhumatismales différentes, ou de pouvoir distinguer les maladies rhumatismales des maladies présentant des symptômes similaires. La prudence est également de mise lors de l'interprétation d'autres paramètres : par exemple, des anticorps antinucléaires (ANA) peuvent être détectés dans le sang de certains patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, mais d'un autre côté, ces anticorps sont également présents dans d'autres maladies qui peuvent être associées à des plaintes articulaires.

Pour qu'un diagnostic de polyarthrite rhumatoïde soit posé, au moins quatre des critères suivants doivent s'appliquer :

- Inflammation de trois articulations ou plus en même temps.

- Inflammation des articulations des doigts et du poignet

- Raideur matinale qui dure au moins une heure

- Présence de nodules rhumatismaux

- Détection des changements caractéristiques des articulations à l'aide de techniques d'imagerie

- Les facteurs rhumatoïdes peuvent être détectés dans le sang.

- Inflammation articulaire dans la même articulation du côté gauche et du côté droit du corps

Thérapie

Les causes de l'apparition de la polyarthrite rhumatoïde n'ayant pas encore été élucidées, il n'existe pas non plus de traitement permettant une guérison complète. Cependant, un traitement précoce et bien adapté permet d'influencer positivement l'évolution de la maladie et de contrer l'aggravation des symptômes. Dans ce cas, le système immunitaire, qui est à l'origine de l'inflammation de l'articulation, est principalement influencé par les médicaments, ce qui permet de réduire, voire d'empêcher complètement, la destruction de l'articulation. Ces médicaments, également connus sous le nom de thérapeutiques de base (DMARD = Disease Modifying Anti-Rheumatic Drugs), incluent :

- Méthotrexate

- Azathioprine

- Composés d'or

- Sulfasalazine

- cyclophosphamide

En plus de ces thérapies de base, des analgésiques et des anti-inflammatoires peuvent être administrés pour soulager les symptômes.

Afin d'influencer le plus positivement possible l'évolution de la maladie, il est important de commencer le traitement dès les premiers mois de la polyarthrite rhumatoïde, car c'est au cours de cette période que l'évolution de la maladie est la plus progressive. Toutefois, si le traitement est entrepris dans les six premiers mois, le pronostic peut être considérablement amélioré. Comme chaque patient peut réagir différemment à chaque thérapie de base, il est très important de faire effectuer le traitement par un rhumatologue afin de trouver la thérapie médicamenteuse appropriée.

En plus de la thérapie de base, des mesures supplémentaires peuvent contrer les symptômes. Par exemple, la physiothérapie, la chirurgie et les méthodes alternatives peuvent améliorer les symptômes. Une bonne coordination entre la thérapie médicamenteuse et la thérapie complémentaire est nécessaire afin de trouver un concept approprié pour chaque patient.

Prévision

Si la polyarthrite rhumatoïde est diagnostiquée et traitée à un stade précoce, les symptômes peuvent généralement être maîtrisés et ralentis. Cependant, une grande coopération est nécessaire de la part des personnes concernées elles-mêmes, car l'évolution de la maladie ne peut être améliorée que par une bonne coopération entre le médecin et le patient. Comme la maladie évolue constamment, il est très important que le patient se rende toujours à des contrôles, suive les mesures thérapeutiques et veille à faire de l'exercice. Bien entendu, toutes les formes de sport ne conviennent pas aux personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde. Ici aussi, un concept adéquat entre la physiothérapie et les autres types de sport doit être élaboré avec le médecin qui s'occupe du patient. Les personnes concernées doivent donc faire preuve de beaucoup de discipline et d'engagement afin d'éviter la progression de la maladie et le handicap. Il a également été démontré que les patients qui en savaient beaucoup sur leur propre maladie étaient capables d'y faire face beaucoup mieux et pouvaient donc aussi influencer positivement l'évolution de la maladie.

Malheureusement, il y a aussi des personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde qui, malgré un traitement précoce et des mesures d'accompagnement, ont un mauvais pronostic et une espérance de vie réduite parce que l'évolution de la maladie est trop grave.

Conseils

Si des parents proches souffrent de polyarthrite rhumatoïde, ils doivent se rendre chez un spécialiste pour obtenir des éclaircissements dès l'apparition des symptômes. Les personnes qui souffrent déjà de polyarthrite rhumatoïde doivent absolument consulter régulièrement un médecin pour vérifier le déroulement de la thérapie et éventuellement faire réajuster le médicament. Il est préférable de se rendre dans un centre de rhumatisme, qui propose une combinaison de soins médicaux et de physiothérapie, ainsi que d'autres mesures complémentaires. Pour en savoir plus sur la polyarthrite rhumatoïde et sur la façon de faire face à la maladie, les groupes de soutien sont un bon moyen pour les patients d'apprendre à gérer leur vie quotidienne.

Il est également important d'aller régulièrement en physiothérapie et de faire des exercices de gymnastique à la maison. Les exercices à domicile peuvent être appris auprès des kinésithérapeutes, mais il existe également un certain nombre de vidéos et de livres qui sont bons pour les exercices à domicile. Il est également très important de faire de l'exercice régulièrement. Il est préférable de discuter avec votre médecin des sports qui sont appropriés et de ceux qui doivent être évités.

La question de savoir si l'alimentation a une bonne influence sur la polyarthrite rhumatoïde n'a pas encore été confirmée scientifiquement. Cependant, les patients signalent à plusieurs reprises que leurs symptômes se sont améliorés en modifiant leur régime alimentaire. Ici aussi, il est conseillé à chaque personne concernée de vérifier par elle-même si une alimentation différente a une influence positive sur la maladie :

Par exemple, la viande doit être évitée autant que possible car elle contient des quantités plus élevées d'acide arachidonique. L'organisme peut former, à partir de cet acide gras insaturé, des substances importantes pour la douleur et les réactions inflammatoires. Si l'on consomme moins d'acide arachidonique dans l'alimentation, la formation réduite de ces substances inflammatoires atténuerait le processus pathologique.

D'autre part, il a été prouvé que la polyarthrite rhumatoïde peut également entraîner l'ostéoporose, notamment en cas de traitement à la cortisone. Pour lutter contre l'ostéoporose, il faut consommer suffisamment de vitamine D et de calcium. Si l'apport alimentaire normal ne permet pas d'atteindre cet objectif, divers compléments peuvent être utilisés.

De nombreuses personnes atteintes d'ostéoporose signalent que leurs symptômes s'atténuent lorsqu'elles réduisent leur consommation de nourriture. Toutefois, le jeûne n'est pas censé entraîner une réduction durable des symptômes ; au contraire, le manque d'apport en nutriments importants peut entraîner une aggravation des symptômes à long terme.

Ad

Ad

Ton assistant personnel en matière de médicaments

Médicaments

Consultez ici notre vaste base de données de médicaments de A à Z, avec leurs effets et leurs ingrédients.

Substances

Toutes les substances actives avec leur application, leur composition chimique et les médicaments dans lesquels elles sont contenues.

Maladies

Causes, symptômes et options de traitement pour les maladies et blessures courantes.

Le contenu indiqué ne remplace pas la notice originale du médicament, notamment en ce qui concerne le dosage et l'effet des différents produits. Nous ne pouvons assumer aucune responsabilité quant à l'exactitude des données, car les données ont été en partie converties automatiquement. Un médecin doit toujours être consulté pour les diagnostics et autres questions de santé. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet ici.

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify.