Sida et VIH

Sida et VIH
Classification internationale (CIM) B24

Principes de base

C'est en 1980 que des cas d'une nouvelle maladie ont été observés à Los Angeles, New York et San Francisco. Ce qui est frappant, c'est qu'elle semble toucher exclusivement les hommes homosexuels. Sur les quelque 80 cas décrits, 26 sont morts la même année.

Il est rapidement apparu que la maladie et ses causes devaient être traitées pour éviter qu'elle ne se propage davantage. Elle était également considérée comme très grave, puisque le taux de mortalité était supérieur à 40 %.

À un moment donné, la maladie a été appelée SIDA, qui est l'abréviation de "syndrome d'immunodéficience acquise". Traduit en allemand, cela signifie quelque chose comme le syndrome d'immunodéficience acquise. Avec le temps, il pourrait être prouvé que le SIDA est causé par le virus HI.

Des préjugés qui doivent être réfutés

Contrairement aux préjugés, les homosexuels masculins qui changent fréquemment de partenaire et les toxicomanes ne sont pas les seuls à être touchés par la maladie. Au contraire, on trouve des patients porteurs du VIH dans toutes les classes sociales. Dans l'espace germanophone, nous avons toutefois la chance que le nombre de nouvelles infections soit relativement faible. La situation est tout à fait différente en Afrique ou en Inde, par exemple.

Chiffres sur le VIH et le sida

Ces dernières années, le VIH et le sida ont perdu de leur importance dans notre pays. Le nombre de nouvelles infections s'est stabilisé et le nombre de personnes touchées est relativement faible, contrairement à d'autres pays. Néanmoins, la maladie ne doit pas être sous-estimée. Car même si la thérapie fonctionne bien aujourd'hui, c'est une maladie qui se termine de toute façon par la mort. En outre, l'infection par le VIH entraîne également une restriction massive de la qualité de vie, même si le sida ne s'est pas encore déclaré.

À l'échelle mondiale, les chiffres concernant le SIDA et le VIH sont dévastateurs. Fin 2010, l'ONUSIDA, le programme des Nations unies pour la lutte contre le sida, a publié des chiffres statistiques qui illustrent plus que clairement la situation du sida : Il y a environ 33,3 millions de personnes infectées par le VIH dans le monde. En 2009, 1,8 million de personnes sont mortes du sida.

L'Afrique est l'un des points chauds

L'une des régions du monde particulièrement touchées par le sida est l'Afrique australe. Au sud du Sahara, il y a environ 22,5 millions de personnes qui doivent vivre avec une infection par le VIH. Cela signifie qu'environ 5 % de tous les adultes sont infectés par le virus.

Les chiffres concernant les enfants sont également catastrophiques. Ce sont surtout les nourrissons et les jeunes enfants qui sont souvent touchés, car les mauvaises conditions de vie ne permettent guère d'empêcher la transmission du virus de la mère à l'enfant.

Le nombre de personnes qui meurent chaque année du sida dans cette région est particulièrement alarmant. En 2009, ce nombre était de 1,9 million.

Le SIDA en Europe occidentale et centrale

Les chiffres pour l'Europe occidentale et centrale sont beaucoup plus positifs que pour l'Afrique du Sud. Néanmoins, il est effrayant de constater le nombre de personnes touchées par la maladie. Environ 0,2 % de tous les adultes sont infectés par le VIH. Exprimé en chiffres, cela représente 820 000 personnes.

Le nombre de personnes nouvellement infectées est relativement stable et était de 31 000 personnes nouvellement infectées par le VIH en 2009. La même année, 8 500 personnes sont décédées du sida, alors que les soins médicaux peuvent être qualifiés de très bons.

La situation en Allemagne

Rien qu'en Allemagne, on compte environ 70 000 personnes infectées par le VIH. La majorité d'entre eux sont des hommes. De manière choquante, 200 enfants de moins de 15 ans sont également infectés par le VIH.

En 2009, environ 550 personnes au total sont mortes du sida. Le nombre de nouvelles infections est assez constant et a touché environ 3 000 personnes en 2010. Parmi les personnes infectées, 760 ont contracté le sida la même année, le stade ultime de l'infection par le VIH qui conduit inévitablement à la mort. Parmi eux se trouvaient également cinq enfants.

Causes

Une fois que vous avez le SIDA, il ne peut plus être soigné. On peut essayer de gérer et d'atténuer les symptômes du mieux possible, mais tôt ou tard, ils conduiront à la mort. En outre, la qualité de vie est considérablement réduite dès l'apparition du sida.

La maladie du sida est précédée d'une infection par le virus HI. Cette infection évolue en plusieurs étapes, dont le SIDA peut être considéré comme le stade final.

Le virus HI

L'abréviation VIH désigne le virus de l'immunodéficience humaine. Une fois qu'il a pénétré dans l'organisme, il endommage et détruit les cellules dites CD4. Ce sont des globules blancs qui sont absolument nécessaires pour déclencher une réaction de défense. Les cellules CD4 organisent et coordonnent la défense contre les agents pathogènes qui ont pénétré dans l'organisme.

Plus le nombre de cellules CD4 détruites est élevé, moins l'organisme est capable de se défendre contre les bactéries, les virus ou les champignons. Bien qu'il y ait encore suffisamment de phagocytes et d'autres cellules de défense, ils ne peuvent plus remplir leurs tâches car la réaction de défense n'est plus coordonnée.

Ainsi, même des agents pathogènes inoffensifs peuvent provoquer des infections persistantes. On parle alors d'infections opportunistes car elles ne surviennent pas chez les personnes dont le système de défense est sain. En outre, l'apparition de certains carcinomes est également favorisée, dans lesquels les virus et les bactéries jouent un rôle.

La reproduction du virus HI

Le virus HI ne cherche pas vraiment à compromettre le système immunitaire de la personne infectée. Il ne s'intéresse qu'à sa propre survie. Pour cela, il a absolument besoin des cellules CD4. Une fois qu'il les a infectées, il pénètre dans la cellule et s'y multiplie. Après la multiplication, les nouveaux virus sortent clandestinement de la cellule et celle-ci est détruite.

Les nouveaux virus infectent ensuite les cellules voisines et continuent à s'y multiplier. Ainsi, plus de dix milliards de nouveaux virus peuvent être formés et libérés dans l'organisme chaque jour. Pour lutter contre ce phénomène, le corps crée environ deux milliards de nouvelles cellules CD4 chaque jour. Cependant, comme les virus sont plus nombreux que les cellules, le nombre de cellules CD4 diminue continuellement, une déficience immunitaire massive se développe et les agents pathogènes envahissants ne peuvent plus être combattus.

La transmission du VIH

Vous ne pouvez vous protéger du virus HI que si vous savez comment il se transmet. Il est donc utile de savoir quels contacts sont potentiellement dangereux et lesquels peuvent être autorisés sans hésitation.

Contact sexuel

Le virus IH peut être transmis par des rapports sexuels vaginaux, anaux ou oraux. Le virus est contenu à la fois dans le sperme et les sécrétions vaginales et peut pénétrer dans l'organisme du partenaire sexuel par le biais de petites blessures qui se produisent presque à chaque rapport sexuel. Les maladies vénériennes existantes facilitent la transmission du virus, c'est pourquoi il faut alors être particulièrement prudent.

Dans les pays industrialisés, le contact sexuel est de loin la voie de transmission la plus courante. Les contacts tant homosexuels qu'hétérosexuels jouent un rôle. Lors de rapports hétérosexuels, ce sont principalement les femmes qui sont infectées, tandis que le risque d'infection pour les hommes est relativement faible.

Sang infecté

Il y a quelques années, plusieurs rapports indiquaient que le VIH avait été transmis par des produits sanguins et des dons d'organes. Cela a certainement été le cas à plusieurs reprises, car les méthodes de dépistage du virus IH n'étaient pas encore tout à fait au point. Aujourd'hui, des tests simples, effectués de manière standard, permettent d'éviter la contamination du sang et des organes.

Le passage par le sang joue un rôle majeur, surtout chez les toxicomanes. Souvent, les seringues et les aiguilles sont utilisées par plusieurs toxicomanes à la fois. Et même une petite quantité de sang dans une aiguille suffit à déclencher une infection.

Une attention particulière doit être portée par le personnel médical qui est en contact répété avec du sang. Non seulement les blessures par piqûre d'aiguille, mais aussi le fait de toucher des plaies ouvertes ou des éclaboussures de sang sont des voies de transmission potentielles. Toutefois, des mesures de précaution strictes ont permis de réduire considérablement la transmission dans la pratique médicale quotidienne.

Infection verticale de la mère à l'enfant

Le risque de transmettre le VIH à son propre enfant est particulièrement élevé pendant l'accouchement. Lors de l'accouchement, il y a souvent de petites blessures qui provoquent le passage du sang de la mère dans l'organisme de l'enfant. Après la naissance, le lait de la mère joue un rôle majeur, dans lequel le virus HI peut être détecté.

Le risque pour l'enfant est considérablement réduit si la mère est traitée par des médicaments antirétroviraux tout au long de la grossesse. Il s'agit de différents médicaments qui visent à empêcher le virus de se multiplier. L'accouchement par césarienne réduit également le risque d'infection. Après la naissance, l'allaitement devrait logiquement être évité.

Pas de transmission par les contacts quotidiens

Il n'est pas possible de transmettre le VIH par un contact normal de la vie quotidienne. Par exemple, vous pouvez sans risque serrer la main des personnes infectées et avoir des contacts physiques étroits avec d'autres personnes. La transmission n'est pas non plus possible par la salive d'une personne infectée en raison de la faible charge virale.

Les insectes ne constituent pas non plus une voie de transmission appropriée, même s'ils ingèrent le sang d'une personne infectée et piquent ensuite une autre personne. Les quantités de sang transférées ne sont tout simplement pas suffisantes pour introduire suffisamment de virus dans l'organisme.

Symptômes

Les symptômes d'une infection par le VIH ne sont pas directement dus au virus. Il ne provoque aucun symptôme. Cependant, il détruit de plus en plus le système immunitaire, ce qui signifie qu'il n'est plus capable de se défendre contre les agents pathogènes. C'est pourquoi davantage d'infections surviennent et se propagent sans contrôle dans le corps.

Classification du CDC

Le Center of Disease Control a divisé l'infection par le VIH en trois catégories cliniques (catégories A à C) et trois plages de numération des cellules CD4. En combinant les catégories A, B et C avec les trois plages de numération des cellules CD4, on obtient neuf sous-gammes.

La classification exacte selon le schéma CDC permet de déterminer le bon moment pour le traitement. Après tout, il n'est pas toujours nécessaire de commencer immédiatement un traitement agressif pour tenir l'infection en échec. Il est souvent plus judicieux de commencer par suivre et observer de près l'évolution naturelle de l'infection par le VIH.

CDC Catégorie A

La catégorie A comprend à la fois l'infection aiguë symptomatique par le VIH, qui survient peu après l'infection, et le stade asymptomatique de l'infection par le VIH.

Une infection aiguë symptomatique du VIH survient chez environ la moitié des personnes nouvellement infectées. Dans une période d'une semaine à six semaines après l'infection, les personnes touchées développent des symptômes semblables à ceux de la grippe, tels que fièvre, maux de tête, maux de gorge, gonflement des ganglions lymphatiques et éruption cutanée discrète sur le tronc du corps.

L'infection asymptomatique par le VIH était autrefois appelée phase de latence. Il s'agit d'une phase sans symptômes qui peut durer quelques mois ou plusieurs années, selon la gravité de l'infection et l'état de santé de la personne infectée. Même si rien n'est remarqué, le virus continue à se multiplier pendant cette période et détruit de plus en plus de cellules CD4, dont la diminution peut être détectée par des tests.

CDC Catégorie B

Dans la catégorie B, les premiers symptômes qui indiquent une infection par le VIH apparaissent lentement. Les infections causées par l'affaiblissement du système immunitaire sont appelées infections opportunistes.

Il s'agit notamment des maladies et symptômes suivants :

  • augmentation permanente de la température corporelle
  • diarrhée chronique
  • infections fongiques récurrentes ou résistantes au traitement
  • Tendance à développer des carcinomes
  • des revêtements blancs, effaçables, sur le côté de la langue
  • Infestation étendue ou récurrente par le zona
  • Infections à l'herpès
  • Troubles du système nerveux (neuropathies périphériques)

CDC catégorie C

À ce stade, le sida apparaît comme le stade final de l'infection par le VIH. Pour cela, il faut que les symptômes dits "définissant le sida" se manifestent, ce qui indique que le système immunitaire a été gravement endommagé.

Il s'agit notamment de :

  • Infections fongiques dans l'œsophage, la trachée, les bronches et les poumons.
  • Inflammation du cerveau associée au VIH
  • Infection herpétique chronique
  • sarcome de Kaposi
  • Formation de lymphomes
  • Tuberculose
  • pneumonie répétée
  • infections répétées et graves à la salmonelle
  • Toxoplasmose du cerveau
  • Syndrome d'amaigrissement : perte de poids sévère non désirée avec diarrhée persistante et fatigue.
  • carcinomes cervicaux invasifs
  • Infections généralisées à cytomégalovirus

Diagnostic

Avant de pouvoir commencer une thérapie, il faut disposer d'un diagnostic fiable et détaillé. Ce n'est qu'après avoir déterminé l'évolution de l'infection que l'on peut choisir le bon traitement.

Antécédents médicaux

Comme pour toute autre maladie, l'anamnèse est un élément essentiel du diagnostic. En cas de suspicion d'infection par le VIH, on vous posera notamment des questions sur les sujets suivants :

  • Historique des voyages : Y a-t-il eu des voyages aux États-Unis, en Asie ou en Afrique ?
  • Maladies précédentes : Y a-t-il des infections en cours ? Quelles maladies infectieuses avez-vous déjà eues ? Y a-t-il d'autres maladies sous-jacentes ?
  • Antécédents sexuels : quels ont été les contacts avec combien et quels partenaires ? Y a-t-il déjà eu des maladies sexuellement transmissibles ?
  • Antécédents en matière de risques : Y a-t-il eu consommation de médicaments ou contact avec du sang étranger ?

Examen clinique

Lors de l'examen clinique, on vérifie s'il existe des signes d'infection par le VIH. En outre, l'état physique, y compris un examen neurologique de base, doit être effectué pour déterminer l'état de santé. Cela a un impact sur la thérapie et le pronostic.

Tests de laboratoire

L'infection par le VIH peut être détectée en laboratoire à l'aide de différentes méthodes. La méthode la plus simple et la plus économique est le test ELISA (enzyme-linked immunosorbent assay). Si le test ELISA est positif, un autre test d'anticorps anti-VIH est effectué pour confirmer le diagnostic. Si ce test est également positif, un troisième test, appelé test Western blot, est effectué. Ce n'est que lorsque les trois tests sont positifs que le diagnostic de "séropositivité" est posé. Cela devrait empêcher la transmission d'un résultat faussement positif.

Aspects juridiques du test VIH

Contrairement aux autres tests de laboratoire, le test VIH n'est autorisé que si vous avez donné votre propre consentement. Le résultat du test est bien entendu soumis au secret médical, qui ne peut être rompu qu'en cas d'urgence justifiée. En outre, une fois que vous avez été diagnostiqué séropositif, aucune thérapie ne peut vous être imposée.

Le résultat du test VIH

Si le test VIH est positif, cela signifie que le VIH est présent dans le sang. Toutefois, cela ne signifie pas que vous avez le sida. Cependant, il est possible de transmettre la maladie à une autre personne à tout moment, car les virus se propagent dans tout l'organisme. Un pronostic sur l'évolution de la maladie n'est pas possible avec un résultat de test positif. Pour cela, il faut d'abord déterminer la charge virale et le nombre de cellules CD4.

Si le test de dépistage du VIH est négatif, une infection par le VIH peut encore être présente. Les virus ont besoin d'au moins trois à douze semaines pour se multiplier à un point tel qu'ils peuvent être détectés par les tests. Un résultat négatif signifie donc uniquement que vous n'aviez pas le VIH dans votre sang il y a au moins trois mois.

Si le test VIH est positif

Un résultat de test positif est probablement choquant pour tout le monde, même si vous avez déjà envisagé cette possibilité. C'est facile à dire, mais difficilement réalisable, mais vous devriez essayer de ne pas vous laisser abattre par le diagnostic. Prenez votre temps et posez au médecin toutes les questions auxquelles vous pouvez penser. Il est souvent plus facile de le faire si vous prenez un autre rendez-vous quelques jours plus tard pour clarifier les questions restées sans réponse et discuter de la marche à suivre.

Outre les soins dispensés par le médecin, il existe également un certain nombre de centres de conseil et d'autres institutions qui peuvent vous apporter une aide supplémentaire si vous êtes diagnostiqué séropositif. De l'aide est également disponible sur internet sous la forme de sites d'information et de plateformes d'échange.

Votre propre réseau social devrait également être utilisé de manière à vous soutenir, si possible. Parler à votre partenaire peut être difficile, mais c'est tout à fait conseillé. D'autant plus que le partenaire doit également être testé afin d'exclure une infection ou de permettre une thérapie précoce.

Thérapie

Ces dernières années, des progrès rapides ont été réalisés dans la recherche sur l'infection par le VIH, ce qui a permis de mettre sur le marché de nombreux nouveaux médicaments. Ceux-ci sont non seulement plus efficaces, mais ont également moins d'effets secondaires. Cependant, il n'existe toujours pas de médicament capable de guérir le sida. La thérapie antirétrovirale peut toutefois prolonger énormément la vie et, surtout, améliorer la qualité de vie.

Le choix du médicament à utiliser pour le traitement doit être déterminé individuellement pour chaque cas. Non seulement le mode d'action joue un rôle, mais surtout la manière dont le médicament doit être pris et les effets secondaires qui peuvent survenir.

Entre action efficace et effets secondaires importants

Tous les médicaments utilisés pour la thérapie antirétrovirale sont des médicaments très puissants, mais ils ont non seulement un effet puissant, mais produisent également des effets secondaires importants. Pour choisir le bon médicament, il faut donc toujours essayer de trouver le bon équilibre entre l'effet et l'effet secondaire.

L'évolution de la maladie joue également un rôle important. Si l'infection progresse rapidement ou si les symptômes sont déjà présents, un traitement plus agressif est indiqué car les effets secondaires restent supportables par rapport aux symptômes de l'infection.

Quel que soit le cocktail de médicaments choisi avec un expert, les premiers effets positifs devraient déjà être visibles en quelques semaines dans les tests de laboratoire. La charge virale devrait diminuer de manière significative et, idéalement, les cellules CD4 devraient également se rétablir rapidement.

Groupes de médicaments pour le traitement de l'infection par le VIH

Actuellement, trois groupes de médicaments au total sont disponibles pour traiter l'infection par le VIH. L'objectif de la thérapie est de réduire la charge virale à un point tel que le virus ne puisse plus être détecté. Cela permet non seulement de ralentir la progression de l'infection, mais aussi de rendre plus difficile la transmission de l'infection.

Un aperçu des groupes de substances actives utilisées :

  • Inhibiteurs de fusion : le virus ne peut plus pénétrer dans la cellule et ne peut donc plus se reproduire.
  • Inhibiteurs de la transcriptase inverse : les virus qui se trouvent dans la cellule ne peuvent plus se reproduire.
  • Inhibiteurs de protéase : Les virus nouvellement formés dans la cellule ne peuvent plus être libérés et infecter les cellules voisines.

Avec ces trois groupes de substances actives, il faut tenir compte du fait que toutes les cellules ne peuvent jamais être protégées. On ne peut donc jamais empêcher complètement le virus de continuer à se multiplier.

Indication de la thérapie antirétrovirale

Le défi consiste à trouver le bon moment pour commencer la thérapie. Des voix s'élèvent en faveur d'un démarrage le plus tôt possible, ainsi que des experts qui pensent que la thérapie doit être commencée le plus tard possible. Le nombre de cellules CD4 et la charge virale constituent une indication importante du bon moment pour commencer le traitement.

En plus de la thérapie antirétrovirale, il faut bien sûr traiter efficacement tous les symptômes qui se manifestent en raison de l'infection par le VIH. En outre, des mesures doivent être prises pour prévenir d'autres infections.

Mesures de soutien pour l'infection par le VIH

Même si le traitement médicamenteux est la base de la thérapie du sida, les gens doivent agir eux-mêmes pour empêcher la progression de l'infection.

Cela commence par la recherche d'un spécialiste du sida compréhensif. Ce n'est qu'à cette condition que l'on peut garantir une bonne coopération à long terme. Les instructions que vous recevez du spécialiste doivent également être suivies à la lettre. La thérapie antirétrovirale est très stressante dans la vie quotidienne, car de nombreux médicaments aux effets secondaires importants doivent être pris à des moments précis. Ni le moment de la prise ni le dosage ne peuvent être modifiés indépendamment.

Pour prévenir d'autres infections, il faut non seulement se faire vacciner contre les agents pathogènes possibles, mais aussi minimiser les contacts avec ces derniers. Il s'agit notamment d'éviter les aliments crus (poisson, viande, œufs) et les produits laitiers non pasteurisés, mais aussi de faire très attention en manipulant les animaux domestiques. Se laver les mains fréquemment peut également réduire considérablement le taux d'infection.

Un mode de vie sain permet de renforcer le système immunitaire et donc de prévenir les infections. Cela inclut une alimentation suffisante et équilibrée, une activité physique adéquate et l'abstinence de drogues et de nicotine. En outre, un sommeil suffisant et des phases de relaxation sont nécessaires pour que le corps puisse récupérer. Le sport peut non seulement renforcer le système immunitaire, mais aussi réduire la dépression, qui survient souvent dans le contexte d'une infection par le VIH.

Bien entendu, une prudence particulière est requise lors de contacts intimes avec votre partenaire de vie. Un préservatif doit toujours être utilisé pour réduire l'infection. Une fois que le préservatif s'est rompu, une chimiothérapie prophylactique doit être commencée immédiatement. Ce traitement fonctionne mieux si vous le commencez dans les deux heures qui suivent l'infection éventuelle. Il est donc préférable d'en parler à l'avance à votre médecin.

Prévision

Les grands progrès de la thérapie antirétrovirale permettent une qualité de vie élevée et une phase de latence sans symptômes très étendue. Bien sûr, cela n'est vrai que si la thérapie est menée régulièrement et avec soin, malgré les effets secondaires importants des médicaments.

Cependant, comme la thérapie est très coûteuse et prend beaucoup de temps, seules les personnes vivant dans les zones industrialisées peuvent bénéficier de ce traitement très efficace. Les régions les plus pauvres du monde doivent encore vivre avec le fait que le VIH est une infection qui conduit inévitablement à une mort douloureuse et prolongée.

Prévention

Les chercheurs travaillent assidûment à la mise au point d'un vaccin qui prévient l'infection par le virus HI. Mais jusqu'à présent, aucune préparation efficace n'a été mise au point. Il n'est pas encore possible de prévoir quand un vaccin contre le VIH sera introduit sur le marché.

Grâce à diverses campagnes de sensibilisation, le nombre de nouvelles infections a été considérablement réduit depuis la découverte de la maladie. Récemment, cependant, il est devenu de plus en plus évident que la jeune génération n'est pas aussi consciente du danger du sida et ne se protège pas suffisamment contre l'infection.

Mesures d'autoprotection

La meilleure façon de se protéger est d'avoir des rapports sexuels protégés. Cela signifie qu'il faut toujours utiliser des préservatifs pour les rapports vaginaux et anaux. Lors d'un rapport sexuel oral, vous devez vous assurer qu'aucun sperme ou sang (par exemple du sang menstruel) ne pénètre dans votre bouche ou vos yeux.

La cohabitation avec une personne infectée et les contacts physiques étroits ne peuvent pas entraîner d'infection. Il est donc sans danger de partager des serviettes, de faire des câlins et d'embrasser.

Ad

Ad

Ton assistant personnel en matière de médicaments

Médicaments

Consultez ici notre vaste base de données de médicaments de A à Z, avec leurs effets et leurs ingrédients.

Substances

Toutes les substances actives avec leur application, leur composition chimique et les médicaments dans lesquels elles sont contenues.

Maladies

Causes, symptômes et options de traitement pour les maladies et blessures courantes.

Le contenu indiqué ne remplace pas la notice originale du médicament, notamment en ce qui concerne le dosage et l'effet des différents produits. Nous ne pouvons assumer aucune responsabilité quant à l'exactitude des données, car les données ont été en partie converties automatiquement. Un médecin doit toujours être consulté pour les diagnostics et autres questions de santé. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet ici.

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify.