Différentes addictions : déclencheurs, conséquences et issues

Un portrait d'une tête humaine en position latérale, composé de substances addictives comme des médicaments, une plante de cannabis, etc.

Ad

Les addictions peuvent avoir un impact considérable sur le quotidien d'une personne et entraîner des conséquences dramatiques sur son parcours de vie ainsi que sur sa santé psychique et physique. C'est le cas, par exemple, de l'alcoolisme, de la toxicomanie ou de la dépendance au jeu. Concrètement, quelles sont ces conséquences ? Qu'est-ce qui provoque une dépendance et quelles sont les possibilités pour les personnes concernées de surmonter leur problème ? Un aperçu.

Un portrait d'une tête humaine en position latérale, composé de substances addictives comme des médicaments, une plante de cannabis, etc.

/ @Adobe Stock / freshidea

Dépendance à la nicotine

Le tabagisme est l'une des addictions les plus répandues dans la société allemande - et souvent prise à la légère. Pourtant, la dépendance à la nicotine a de fortes répercussions sur la santé et fait partie, avec le manque d'activité physique et une alimentation malsaine, des plus grands facteurs de risque de maladies graves, voire mortelles. Environ 26,2 pour cent des personnes en Allemagne sont dépendants de la nicotine. Malgré une tendance à la baisse depuis quelques années, cela représente une part énorme de la population. Il n'est donc pas surprenant que 140.000 personnes meurent chaque année dans ce pays des suites du tabagisme actif. Mais même le tabagisme passif peut être mortel, puisqu'il concerne environ deux pour cent des décès. L'addiction à la nicotine est par conséquent une lourde charge non seulement pour les personnes dépendantes, mais aussi pour leur environnement social.

Les raisons pour lesquelles une personne commence à fumer sont individuelles. Souvent, la curiosité ou la pression des pairs jouent un rôle. Dans certains milieux, la cigarette est en outre toujours considérée comme "cool", malgré tous ses risques. Une fois que l'on tire sur une cigarette, on n'est pas encore dépendant. Il faut au contraire qu'il y ait un certain effet d'accoutumance, ce qui entraîne à la longue une dépendance tant psychique que physique. Cette dernière est causée par la nicotine, car elle constitue une substance très addictive qui agit directement sur le système de récompense du cerveau. Les personnes dépendantes à la nicotine qui souhaitent arrêter de fumer doivent donc agir à ces deux niveaux, et certaines situations "déclencheuses" peuvent poser problème ; la force de l'habitude, justement. La cigarette après le repas ou le fait de s'asseoir avec des amis qui fument également peut donc déclencher une grande pression addictive et il n'est pas facile pour les personnes concernées d'y résister. Que peuvent-elles faire pour y remédier ?

Il n'existe pas de stratégie unique et éprouvée pour arrêter de fumer. Chaque problème de dépendance est très individuel et doit être traité en conséquence. Comme nous venons de le voir, il est toutefois essentiel de travailler à la fois sur le plan physique et sur le plan mental afin de désamorcer tous les "déclencheurs". Contre la dépendance physique à la nicotine, on utilise souvent des substituts comme les patchs à la nicotine pour sevrer lentement le corps. Leur dose est progressivement réduite jusqu'à ce que les personnes concernées puissent se passer de nicotine sans pour autant ressentir la pression de la dépendance - du moins sous la forme de symptômes physiques de sevrage. Le niveau psychique est un peu plus compliqué et, selon la gravité et la durée de l'addiction, la pression de la dépendance peut durer toute la vie, c'est-à-dire que les personnes concernées doivent toujours résister à l'envie d'une cigarette, surtout dans les situations déjà mentionnées. Les programmes de désaccoutumance comportementale Le taux de réussite le plus élevé est enregistré dans les domaines suivantsLes programmes d'aide au sevrage tabagique peuvent être mis en place par les fumeurs eux-mêmes, alors qu'il est difficile d'arrêter de fumer de son propre chef, notamment parce qu'ils ne s'attaquent pas aux véritables causes de la dépendance.

Dépendance à l'alcool

Gros plan sur une bouteille de whisky renversée et presque vide avec, en arrière-plan, une personne endormie avec un verre de whisky à moitié plein.

/ @Adobe Stock / Photographee.eu

Alors que le tabagisme est largement accepté par la société, c'est moins le cas de l'alcoolisme. Les personnes concernées essaient donc généralement de cacher leur dépendance à leur entourage social. Dès que l'entourage l'apprend, l'addiction est donc déjà bien avancée et avec elle, les éventuels problèmes de santé. À long terme, la consommation continue d'alcool entraîne en effet des dommages au niveau des nerfs, des organes et du système immunitaire. Il en résulte par exemple un risque accru de cancer, divers troubles du muscle cardiaquele syndrome de Korsakov ou la cirrhose du foie, une "maladie alcoolique" typique. Le risque est donc élevé que l'alcoolisme soit tôt ou tard fatal et les personnes concernées ont donc une espérance de vie nettement réduite. Mais le psychisme et d'autres domaines de la vie, comme la vie sociale ou professionnelle, souffrent également de l'alcoolisme. À un moment donné, tout tourne autour de la question de savoir comment maintenir son niveau pour les personnes dépendantes.

Le problème de l'addiction à l'alcool est qu'elle se développe de manière insidieuse et que l'entourage social ne la remarque donc souvent pas au début. Le fait qu'une personne boive de l'alcool en public ne la révèle pas encore comme étant dépendante, contrairement au fait de fumer par exemple. Il n'est donc pas toujours facile de définir le point à partir duquel la consommation normale est devenue une dépendance anormale - et les personnes concernées ne veulent souvent pas reconnaître leur problème pendant longtemps. C'est pourquoi il faut généralement beaucoup de temps avant qu'elles ne soient prêtes à chercher l'aide nécessaire pour vaincre leur dépendance et, à ce moment-là, les conséquences sont déjà graves à tous les niveaux. Cela ne signifie pas pour autant qu'il n'est pas possible de le faire malgré tout.

Il est extrêmement difficile de surmonter seul une dépendance marquée à l'alcool. Celui qui prend des mesures précoces et renonce à l'alcool a souvent encore de bonnes chances de succès. Mais s'il existe déjà une forte dépendance psychique et physique, une aide professionnelle est vivement conseillée. Les groupes d'entraide tels que les "Alcooliques anonymes" sont un point de départ apprécié pour sauver la face. En effet, la dépendance à l'alcool s'accompagne souvent d'une grande honte. Pour ceux qui sont prêts à le faire ou qui n'arrivent pas à se débarrasser de la bouteille d'une autre manière, le sevrage alcoolique dans une clinique spécialisée est le choix le plus prometteur. Il s'agit d'une part d'une désintoxication physique, car le corps peut se remettre étonnamment bien et rapidement de la consommation d'alcool - et plus la dépendance a été courte, plus le risque de dommages durables est faible. D'autre part, les personnes concernées sont stabilisées psychologiquement afin de minimiser le taux de rechute après le sevrage. Dans certains cas, plusieurs tentatives sont néanmoins nécessaires pour surmonter durablement la dépendance à l'alcool, y compris dans des situations de vie difficiles.

Toxicomanie

Tout comme la dépendance à l'alcool et à la nicotine, la toxicomanie fait partie des addictions dites "liées à une substance". Cela signifie qu'une dépendance physique s'ajoute à la dépendance psychique. Dans ce cas, les personnes concernées peuvent toutefois être dépendantes de différentes substances. Il s'agit par exemple de médicaments prescrits ou non, de substances à sniffer ou de substances illégales comme les opiacés, la cocaïne, les hallucinogènes, le cannabis et les drogues de synthèse. En matière de toxicomanie, il convient donc de différencier ce dont les personnes sont dépendantes, car les conséquences peuvent également être différentes. Certaines drogues, comme l'héroïne ou le crystal meth, peuvent entraîner rapidement des problèmes physiques, voire la mort, tandis que pour d'autres, les conséquences tardives ne se font sentir qu'après de nombreuses années, comme c'est le cas pour le cannabis ou la cocaïne. Celles-ci dépendent toutefois toujours de la fréquence et de la quantité de consommation ainsi que de facteurs individuels tels que l'âge ou l'état de santé général.

Dans tous les cas, les conséquences sur le psychisme, la vie sociale et souvent aussi la vie professionnelle des personnes concernées sont dramatiques. La personnalité des toxicomanes peut être considérablement modifiée, et dans de nombreux cas, ils ressentent de la honte, un complexe d'infériorité ou même une dépression. Ces dernières peuvent aller jusqu'au suicide et la toxicomanie commence également à un moment donné à contrôler toute la vie. Il est donc important d'agir à temps et de prendre des contre-mesures. Les mesures utiles à cet effet dépendent de la substance à laquelle la personne est dépendante, ainsi que des raisons individuelles de la dépendance et de son ampleur. Plus le problème est ancien et grave, plus la thérapie est difficile.

Cette thérapie peut se faire soit en ambulatoire, soit en résidentiel, selon les cas. Plus l'addiction est forte, plus le traitement résidentiel est nécessaire et plus il dure longtemps. En effet, il faut alors Tout d'abord, le sevrage physique avoir lieu et il est également important de comprendre les causes psychologiques ainsi que les modèles de comportement afin de les briser. Même une thérapie à court terme comprend donc généralement environ 25 séances. Les thérapies à long terme, en revanche, peuvent nécessiter bien plus de 200 séances. Mais si l'on dispose du temps et de la volonté nécessaires et que l'on recherche le bon environnement (professionnel), il est tout à fait possible de surmonter une dépendance aux drogues et, à cet égard, le corps peut souvent se remettre de la consommation de manière étonnante. Les conséquences à long terme ne peuvent toutefois pas toujours être exclues, tout comme les rechutes. Une prise en charge durable, par exemple par des psychothérapeutes ou des conseillers en toxicomanie, est donc recommandée dans les cas graves.

Dépendance aux médicaments

Gros plan sur une femme qui tient des comprimés dans sa main.

/ @Adobe Stock / doucefleur

Comme nous l'avons déjà mentionné, il peut également y avoir une addiction aux médicaments prescrits ou non prescrits. On ne parle alors souvent pas de toxicomanie classique, mais d'addiction aux médicaments. Celle-ci peut avoir différentes causes, mais il s'agit le plus souvent de douleurs chroniques que les médicaments permettent de soulager ou d'états de stress psychique auxquels les substances addictives apportent une certaine échappatoire. Comme pour l'alcoolisme, l'addiction aux médicaments se développe en secret et de manière insidieuse et n'est donc remarquée que tardivement par l'environnement social ou les médecins traitants. Dans certains cas, elles se combinent même, mais l'addiction aux médicaments peut se développer beaucoup plus rapidement, c'est pourquoi il est conseillé d'être encore plus prudent avec les préparations correspondantes.

Sont considérés comme particulièrement dangereux en matière d'addiction Analgésiques, tranquillisants et somnifères. On estime que deux millions de personnes sont concernées en Allemagne et le nombre de cas non recensés pourrait être nettement plus élevé. L'addiction aux médicaments est particulièrement fréquente chez les personnes âgées, car elles ont davantage de problèmes de santé, comme des douleurs chroniques, et sont donc plus susceptibles d'être en contact avec les comprimés et autres. Mais les femmes aussi ont tendance à recourir aux médicaments plutôt qu'aux substances addictives dans des situations de vie difficiles. Chaque fois que des médicaments sont pris pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, les personnes concernées, leur entourage social ainsi que les médecins traitants devraient donc être attentifs. Il est toutefois difficile de surveiller la consommation de médicaments non prescrits. Les signes typiques d'une dépendance aux médicaments sont une augmentation constante de la dose, une véritable fixation sur le médicament, c'est-à-dire qu'il commence à déterminer le quotidien, et la prise au-delà de la prescription ou de la problématique réelle.

La sonnette d'alarme doit également être tirée lorsque les médicaments sont pris en cachette, car les personnes concernées savent alors souvent elles-mêmes (au moins inconsciemment) qu'elles ont un problème de dépendance. Comme l'abus de médicaments peut avoir toutes sortes de conséquences physiques et psychiques, il est important d'intervenir à temps dans ce cas également. Le médecin traitant ou le médecin de famille peut être le premier interlocuteur. Ensemble, ils peuvent réduire progressivement la dose afin d'initier un sevrage physique. Un traitement psychique sous la direction d'un professionnel devrait toutefois être poursuivi, par exemple dans le cadre d'une thérapie. En cas de dépendance psychique ou physique très prononcée, un séjour en milieu hospitalier peut en outre s'avérer judicieux. Afin de minimiser le risque de rechute, un accompagnement ultérieur est également important, de même qu'un traitement conjoint d'éventuels problèmes psychiques concomitants, qui sont souvent à l'origine de l'abus de médicaments - ou qui ont été causés par celui-ci. Avec un tel traitement global, les chances de guérison de la dépendance aux médicaments sont bonnes.

Dépendance au jeu

Outre ces addictions liées à une substance, qui entraînent (également) une dépendance physique, il existe des addictions dites non liées à une substance, qui constituent une dépendance purement psychique. Cela signifie au moins qu'il ne faut pas craindre des conséquences aussi dramatiques pour la santé physique que, par exemple, dans le cas de la dépendance à la nicotine, à l'alcool ou aux drogues. Néanmoins, de telles dépendances peuvent également entraver la vie à bien des égards, voire la contrôler complètement. Surmonter une dépendance psychique est loin d'être facile et, comme il n'y a pas d'abus de substances, des problèmes comme la dépendance au jeu sont souvent pris à la légère pendant longtemps.

Dans le cas d'une dépendance au jeu, les personnes ressentent une véritable compulsion à jouer à des jeux de hasard. Il peut s'agir d'un jeu spécifique ou de jeux de hasard en général - toujours dans l'espoir de gagner gros pour compenser les pertes antérieures. Tôt ou tard, la dépendance au jeu conduit donc à la ruine financière et a également des répercussions négatives sur la vie sociale et professionnelle. Les signes d'alerte typiques sont la poursuite du jeu malgré des pertes élevées ou lorsque les personnes concernées sont déjà endettées. Mais l'irritabilité face à ce thème ou le fait de cacher ses habitudes de jeu sont également des signaux d'alarme fréquents et les personnes concernées commencent à négliger tout le reste. La dépendance au jeu peut même entraîner des symptômes de sevrage, car elle agit sur le système de récompense du cerveau et y perturbe le contrôle des impulsions.

Pour éviter une dépendance au jeu, la prévention est la meilleure approche, raison pour laquelle de plus en plus de pays (fédéraux) Lancement de différents projets ont mis en place des mesures pour lutter contre la dépendance au jeu. Cela ne vaut pas seulement avant son apparition, mais les personnes déjà dépendantes peuvent également trouver de l'aide de diverses manières. En outre, il est toutefois recommandé de consulter un médecin afin d'entamer une thérapie professionnelle. Un sevrage physique n'est pas nécessaire pour ce type d'addiction, mais un traitement psychique l'est pour identifier les causes et les schémas de dépendance et les briser durablement. Différents types de thérapie ont fait leurs preuves : la psychothérapie individuelle, la thérapie motivationnelle et la thérapie cognitivo-comportementale. C'est aux thérapeutes traitants de décider ce qui est judicieux dans chaque cas. De même, il faut évaluer si une thérapie ambulatoire suffit ou si un séjour en milieu hospitalier est plus prometteur. Dans le traitement d'une dépendance au jeu, le soutien de la famille et des amis est particulièrement important. En cas d'endettement, il convient également de faire appel à un conseiller en matière de dettes afin de rétablir la situation financière - ce qui n'est bien sûr judicieux que si la personne concernée ne rechute pas et ne se retrouve donc pas à nouveau en situation de faillite financière.

Dépendance aux médias

En principe, une dépendance psychique à presque tout est possible, de la dépendance aux achats à la dépendance à la pornographie. Mais la dépendance aux médias est devenue un phénomène relativement nouveau. La raison en est la diffusion croissante des médias numériques, avec lesquels les enfants et les adolescents sont aujourd'hui déjà en contact. Le risque d'addiction existe donc déjà à un âge extrêmement sensible, mais la dépendance aux médias peut bien sûr aussi toucher les adultes. On estime à 220.000 le nombre d'enfants et d'adolescents concernés. sont déjà concernés - avec une forte tendance à la hausse. Les médecins sont donc alarmés et considèrent qu'il est avant tout du devoir des parents de surveiller les heures d'utilisation de leurs enfants lorsqu'il s'agit de médias sociaux, de jeux ou d'Internet en général.

Il est toutefois difficile de mettre en œuvre ce contrôle au quotidien, car les enfants ne sont pas sous surveillance permanente. Au plus tard à l'adolescence, les parents ne peuvent souvent qu'estimer le temps que leur fils ou leur fille passe sur les médias numériques. Il est donc d'autant plus important d'être attentif aux signes d'avertissement spécifiques dans ces cas également : Même lorsque les médias sont éteints, les pensées et les conversations ne tournent qu'autour de ce sujet. La consommation de médias devient en outre de plus en plus incontrôlée et les personnes concernées réagissent de manière irritable lorsqu'on leur demande d'y mettre fin ou lorsqu'on leur parle de leur comportement addictif. Les tentatives de réduction de l'utilisation des médias échouent et d'autres domaines de la vie, comme les amitiés ou les obligations à l'école, au travail et autres, sont de plus en plus négligés. Une fois de plus, la dissimulation est un signe d'alerte clair et la dépendance aux médias peut entraîner des troubles physiques tels que des troubles du sommeil ou des douleurs dorsales. Toute personne qui découvre de tels signes chez elle, chez d'autres personnes ou chez ses enfants devrait donc agir à temps. Au début, il suffit souvent de limiter la consommation de médias. Mais si une solide dépendance s'est déjà développée, ces tentatives échouent généralement, comme nous l'avons déjà mentionné.

Une aide professionnelle sous forme de thérapie est alors également nécessaire pour surmonter la dépendance aux médias. Il existe sur Internet de nombreuses offres d'aide pour les personnes concernées ou les parents, par exemple des auto-tests ou des listes de thérapeutes. Mais le pédiatre ou le médecin de famille est également un bon premier interlocuteur. Dans la plupart des cas, une psychothérapie ou une thérapie cognitivo-comportementale est alors prescrite. Selon la gravité de la maladie, cette thérapie peut se dérouler en ambulatoire ou en milieu hospitalier, en individuel ou en groupe. Il existe en outre, surtout pour les enfants, des approches thérapeutiques alternatives, par exemple sur le plan physique, qui peuvent être utiles dans certains cas. Elles peuvent par exemple favoriser la détente ou aiguiser les perceptions sensorielles et aider ainsi les personnes concernées à résister à la pression de la dépendance au quotidien. Il est en outre important pour le succès à long terme de la thérapie d'organiser différemment les loisirs, en ne se concentrant plus sur les médias, mais par exemple sur les amis ou les hobbies sportifs. Si cela réussit, les chances de guérison de la dépendance aux médias sont bonnes à tout âge.

Auteur

Medikamio

Dernière mise à jour

06.07.2022

Ad

Partager

Ad

Ton assistant personnel en matière de médicaments

Médicaments

Consultez ici notre vaste base de données de médicaments de A à Z, avec leurs effets et leurs ingrédients.

Substances

Toutes les substances actives avec leur application, leur composition chimique et les médicaments dans lesquels elles sont contenues.

Maladies

Causes, symptômes et options de traitement pour les maladies et blessures courantes.

Le contenu indiqué ne remplace pas la notice originale du médicament, notamment en ce qui concerne le dosage et l'effet des différents produits. Nous ne pouvons assumer aucune responsabilité quant à l'exactitude des données, car les données ont été en partie converties automatiquement. Un médecin doit toujours être consulté pour les diagnostics et autres questions de santé. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet ici.

This website is certified by Health On the Net Foundation. Click to verify.